powered by CADENAS

Social Share

Società Sportiva Calcio Naples (9810 views - Sports List)

La Società Sportiva Calcio Napoli, littéralement Société Sportive Football Naples, appelée SSC Napoli ou plus couramment Napoli en italien et SSC Naples en français, est un club de football italien fondé en 1926 et basé à Naples en Campanie. Créé sur l'initiative de l'homme d'affaires napolitain Giorgio Ascarelli sous le nom de Associazione Calcio Napoli, il change de nom avec l'actuel dénomination depuis 1964 (sauf de 2004 à 2006 où le club est renommé Napoli Soccer après la faillite). Le club joue en Série A, l'élite du football italien. La mascotte du club est « O' Ciuccio » (« L'âne » en napolitain), originellement un cheval héraldique, et c'est au Stadio San Paolo qu'il joue ses matchs à domicile. O Surdato 'nnammurato (Le Soldat Amoureux) est reconnu comme étant leur hymne historique depuis le 7 décembre 1975, où les tifosi entonnent spontanément la chanson composée par le célèbre auteur napolitain Aniello Califano, chantée par le musicien Enrico Cannio en 1915 et reprise par Massimo Ranieri en 1972. Depuis le décès du célèbre chanteur napolitain Pino Daniele, les supporters chantent de temps en temps la célèbre chanson Napule è (Naples est), en l'honneur du chanteur. Avec un palmarès qui contient deux Scudetti, cinq Coupes d'Italie, deux Supercoupes d'Italie et une Coupe UEFA (Ligue Europa) remportée en 1988-1989 avec la légende Diego Maradona, sans oublier une Coupe des Alpes et une Coupe de la Ligue anglo-italienne, le Napoli est l'équipe du sud de l'Italie ayant remporté le plus de titres au niveau national (9) et international (3) et, avec ses 76 participations, celle qui a fait le plus de matchs en Série A. Selon un sondage de La Repubblica réalisé en avril 2008, c'est la quatrième équipe italienne possédant le plus de supporters, derrière la Juventus, l'Inter Milan et le Milan AC. En 2012, le Deloitte Touche Tohmatsu classe le Napoli à la 4e place en Italie pour le chiffre d'affaires et à la 15e place en Europe. Il est à la 12e place comme coefficients des clubs au classement de l'UEFA en 2017. Le Napoli est aussi un des membres de l'Association européenne des clubs (ECA), organisation née en substitution du G-14 qui a été supprimée, et constituée des principaux clubs de football du continent, réunis afin d'obtenir une tutelle commune des droits sportifs, juridiques et de la télévision devant la FIFA.
Go to Article

Explanation by Hotspot Model

Società Sportiva Calcio Naples

Società Sportiva Calcio Naples

Società Sportiva Calcio Naples
SSC Naples
Généralités
Nom complet Società Sportiva Calcio Napoli
Surnoms I Partenopei
I Azzurri
I Napoletani
Fondation
(91 ans, 6 mois et 11 jours)
Statut professionnel Depuis 1930
Couleurs Bleu clair
Stade Stade San Paolo
(60 240 places)
Siège Via Alcide De Gasperi, 33
80100 Naples
Championnat actuel Serie A Tim
Propriétaire Filmauro S.r.l.
Président Aurelio De Laurentiis
Entraîneur Maurizio Sarri
Joueur le plus capé Giuseppe Bruscolotti (511)
Meilleur buteur Marek Hamšík (118)
Site web www.sscnapoli.it
Palmarès principal
National[1] Championnat d'Italie (2)
Championnat d'Italie D2 (1)
Coupe d'Italie (5)
Supercoupe d'Italie (2)
International[1] Ligue Europa (1)

Maillots

Domicile
Extérieur
Neutre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat d'Italie de football 2017-2018
0
Le club est basé à Naples, dans
la région de la Campanie (au sud de l'Italie).

La Società Sportiva Calcio Napoli, littéralement Société Sportive Football Naples, appelée SSC Napoli ou plus couramment Napoli en italien et SSC Naples en français, est un club de football italien fondé en 1926 et basé à Naples en Campanie.

Créé sur l'initiative de l'homme d'affaires napolitain Giorgio Ascarelli sous le nom de Associazione Calcio Napoli, il change de nom avec l'actuel dénomination depuis 1964 (sauf de 2004 à 2006 où le club est renommé Napoli Soccer après la faillite).

Le club joue en Série A, l'élite du football italien.

La mascotte du club est « O' Ciuccio » (« L'âne » en napolitain), originellement un cheval héraldique, et c'est au Stadio San Paolo qu'il joue ses matchs à domicile. O Surdato 'nnammurato (Le Soldat Amoureux) est reconnu comme étant leur hymne historique depuis le 7 décembre 1975[2], où les tifosi entonnent spontanément la chanson composée par le célèbre auteur napolitain Aniello Califano, chantée par le musicien Enrico Cannio en 1915 et reprise par Massimo Ranieri en 1972. Depuis le décès du célèbre chanteur napolitain Pino Daniele, les supporters chantent de temps en temps la célèbre chanson Napule è (Naples est), en l'honneur du chanteur.

Avec un palmarès qui contient deux Scudetti, cinq Coupes d'Italie, deux Supercoupes d'Italie et une Coupe UEFA (Ligue Europa) remportée en 1988-1989 avec la légende Diego Maradona, sans oublier une Coupe des Alpes et une Coupe de la Ligue anglo-italienne, le Napoli est l'équipe du sud de l'Italie ayant remporté le plus de titres au niveau national (9) et international (3) et, avec ses 76 participations, celle qui a fait le plus de matchs en Série A.

Selon un sondage de La Repubblica réalisé en avril 2008, c'est la quatrième équipe italienne possédant le plus de supporters, derrière la Juventus, l'Inter Milan et le Milan AC. En 2012, le Deloitte Touche Tohmatsu classe le Napoli à la 4e place en Italie pour le chiffre d'affaires et à la 15e place en Europe. Il est à la 12e place comme coefficients des clubs au classement de l'UEFA en 2017.

Le Napoli est aussi un des membres de l'Association européenne des clubs (ECA), organisation née en substitution du G-14 qui a été supprimée, et constituée des principaux clubs de football du continent, réunis afin d'obtenir une tutelle commune des droits sportifs, juridiques et de la télévision devant la FIFA[3].

Repères historiques

1er août 1926 Création du Napoli Calcio
6 décembre 1959 Inauguration du Stade San Paolo match Napoli-Juventus 2-1
21 juin 1962 1er victoire en Coupe d'Italie match Napoli-Spal 2-1
29 juin 1976 2e victoire en Coupe d'Italie match Napoli-Verona 4-0
16 septembre 1984 1er match de Maradona en Série A match Verona - Napoli 3-1
10 mai 1987 1er scudetto match Napoli - Fiorentina 1-1
13 juin 1987 3e victoire en Coupe d'Italie match Atalanta-Napoli 0-1
17 mai 1989 Victoire en Coupe de L'UEFA match Stuttgart-Napoli 3-3 (4-5)
29 avril 1990 2e scudetto match Napoli-Lazio 1-0
1er septembre 1990 1er victoire en Supercoupe d'Italie match Napoli-Juventus 5-1
2 août 2004 Faillite du SSC Napoli, repart de la Série C1 avec le nom du "Napoli Soccer"
23 mai 2006 Réacquisition de la dénomination de Società Sportiva Calcio Napoli abandonnée à cause de la faillite.
10 juin 2007 Promu l'année précédente en Série B, Naples termine deuxième derrière la Juventus et retrouve ainsi la Série A
18 mai 2008 L'année du retour en Série A, Naples termine huitième et se qualifie pour la coupe Intertoto
27 mai 2010 Fin mai, Naples retrouve l'Europe en terminant sixième du championnat, c'est-à-dire, la Ligue Europa.
29 mai 2011 Après une troisième place, les hommes de Walter Mazzarri se qualifient pour le tour direct de la Ligue des champions dans un groupe, un retour après 20 ans d'absences.
20 mai 2012 4e victoire en Coupe d'Italie match Juventus-Napoli 0-2
3 mai 2014 5e victoire en Coupe d'Italie match Fiorentina-Napoli 1-3
22 décembre 2014 2e victoire en Supercoupe d'Italie match Juventus-Napoli 2-2 (7-8 tab)

L'émergence d'un club

Le club est fondé en 1904 sous le nom de « Naples Foot-Ball & Cricket Club » rebaptisé Naples Foot-Ball Club en 1906.

En 1922, le club fusionne avec l'Internazionale Napoli et adopte le nom d'Internaples. Le , le club est rebaptisé Associazione Calcio Napoli. Il s'agit en fait d'une nouvelle fusion avec un tout nouveau club napolitain.

Le 25 juin 1964, le club est rebaptisé « Societa Sportiva Calcio Napoli ».

En 1968 et 1975, le club obtient la deuxième place du championnat mais il reste difficile de lutter contre des clubs aussi riches que le Milan AC ou la Juventus. Néanmoins, Naples remporte à deux reprises la coupe d'Italie (1962 et 1976).

Au début des années 1980, concevoir le Napoli comme une équipe de premier rang relève davantage de l'utopie, et pourtant la décennie qui va suivre sera bel et bien en grande partie napolitaine.

L'ère Maradona

Maradona en 2006 lors du Soccer Aid.

L'Histoire de Naples est donc irrémédiablement liée à celle du "Pibe de Oro", Diego Maradona. Au bout d'un feuilleton qui dure tout l'été 1984, l'ambitieux président Corrado Ferlaino enrôlait l'Argentin en provenance du FC Barcelone. Pour l'accueillir, pas moins de 70 000 supporters napolitains viennent au stade San Paolo.

Habitué au milieu du classement ou à lutter contre la relégation, le Napoli se métamorphose et remporte le championnat d'Italie à deux reprises (1987 et 1990) s'offrant même le doublé avec la coupe d'Italie en 1987. Le club obtient également deux secondes places de la série A en 1988 et 1989.

Sur la scène européenne, c'est le duo brésilo-argentin Careca - Maradona qui permet au club napolitain de remporter la coupe UEFA en 1989 contre les allemands du VfB Stuttgart.

Autour du prodige, le public napolitain a eu la chance de voir évoluer de grands noms tels que Careca, Alemão, Ciro Ferrara ou encore Fernando De Napoli.

La belle aventure s'arrête avec le départ de Diego Maradona, ce dernier étant contrôlé positif à la cocaïne à la fin de cette saison 1991 et après un ultime trophée (Supercoupe d'Italie).

« Tout le monde dit : celui-ci a été le meilleur de Barcelone, celui-ci a été le meilleur du Real Madrid, celui-ci a été le meilleur de Chelsea, celui-ci a été le meilleur… Moi je suis fier d'avoir été le meilleur à Naples. »

— (Diego Armando Maradona, Pendant la remise du Ballon d'or.)[4]

La descente progressive

L'après Maradona est sportivement mal géré puisque avec son départ, c'est l'ambition du club qui est revue à la baisse et la 4e place obtenue en 1992 marque la fin d'un cycle prestigieux.

Saisons après saisons, l'équipe est démantelée et ne joue progressivement plus le haut du tableau jusqu'à descendre en Série B en 1998. Une remontée en Série A en 2000 suivie d'une nouvelle rétrogradation illustre l'inévitable déclin du club.

En septembre 2004, le club touche le fond puisque qu'il est contraint à la relégation en Série C1 à la suite de la faillite.

De Laurentiis au pouvoir

Le club est alors racheté par Aurelio de Laurentiis pour 30 millions d'euros et le renomme "Napoli Soccer". Le club parvient à disputer les barrages pour monter en Série B à la fin de la saison 2004-2005. Après avoir écarté Sambenedettese, le club partenopeo s'incline face à Avellino et doit rester une nouvelle saison en Série C.

Lors de la saison 2005-2006, le président fait venir l'entraîneur E. REJA et réussit le tour de force de conserver le buteur argentin R. SOSA. Le SSC Napoli recrute le gardien de but expérimenté du Cagliari Calcio , Gennaro Iezzo, le défenseur de l'US Catanzaro, Gianluca Grava, l'uruguayen de Sambenedettese, Mariano Bogliacino et le buteur du Pescara Calcio, Emanuele Calaiò. En cours de saison, João Batista Inacio Pìa, l'attaquant brésilien de Bergame signe au club. Naples prend un excellent départ en championnat et ne se fait éliminer de la Coupe d'Italie qu'en huitième de finale contre la Roma. L'équipe finit à la première place et est promue à trois journées de la fin de saison. Il aura fallu deux saisons pour que le club sorte de la Série C.

Le 23 mai 2006, le président Aurelio De Laurentiis rachète les vieux trophées et le titre sportif perdus avec la faillite, ainsi la société reprend sa dénomination originale et historique : Società Sportiva Calcio Napoli.

Le dernier acte de la saison a été la finale de la Supercoupe de Série C1 perdue contre le Spezia.

2006 - 2007

Dans ce championnat de Serie B italienne 2006-2007, l'objectif est la montée, même si le président se laisse deux saisons pour le concrétiser. Objectif intéressant mais difficile et pour cause, la présence de clubs tels que la Juventus, le Genoa ou Bologne, complique assurément la tache.

Pour viser la promotion, l'équipe s'est pourvue de footballeurs de renom tels que Paolo Cannavaro (frère cadet de Fabio Cannavaro) en défense centrale, de Samuele Dalla Bona, et de joueurs fiables comme le défenseur central Maurizio Domizzi (Sampdoria Gênes mais prêté à l'Ascoli Calcio 1898), Christian Bucchi (Modène FC) et du milieu offensif Roberto De Zerbi (Calcio Catane), qui rejoignent Iezzo, Grava, Francesco Montervino, le meneur de jeu uruguayen Bogliacino ou le trio de buteurs Roberto Sosa-Piá-Emanuele Calaiò. De plus, l'entraîneur Edoardo Reja bénéficie d'une grande expérience du football italien.

Au bout d'un championnat régulier, l'équipe accroche la seconde place, derrière la Juventus de Didier Deschamps.

Paolo Cannavaro en étant capitaine chez les azzurris.

Le 10 juin 2007, la SSC Naples est officiellement promue en Série A après l'obtention du point du match nul contre le Genoa, également promu.

2007 - 2008

Pour s'installer durablement en Série A, le club recrute pour 5 ans les internationaux uruguayen Walter Gargano et argentin Ezequiel Lavezzi, l'espoir Slovaque de Bresia Marek Hamšík qui s'engage aussi pour 5 ans, l'attaquant uruguayen et le milieu italien de la Juventus Turin, Marcelo Zalayeta et Manuele Blasi de la Juventus Turin et le solide défenseur central de Parme AC, Matteo Contini.

Déçu par ses défenseurs, le jeune international espoir d'origine brésilienne Fabiano Santacroce arrive de Brescia Calcio en cours de saison au poste de latéral droit. Le club prête en contre partie l'offensif Roberto De Zerbi à Brescia.

La ligne d'attaque déçoit mais le gardien Gennaro Iezzo et sa ligne de défense, commandée par le duo Paolo Cannavaro-Maurizio Domizzi et bien mieux équilibrée depuis l'arrivée de F. Santacroce, stabilisent l'équipe en milieu de classement.

2008 - 2009

Pour la saison 2008-2009, l'entraîneur Edoardo Reja fait revenir le jeune défenseur latéral de 20 ans Luigi Vitale de son prêt au Virtus Lanciano puis décide de jouer en 3-5-2 et renforce son milieu de terrain. Il recrute des joueurs pour cela : l'international de la Sampdoria Gênes, Christian Maggio mais aussi les gauchers Daniele Mannini de Brescia Calcio, et Salvatore Aronica de la Regina, ainsi que Michele Pazienza le milieu de terrain de la Fiorentina. L'attaque ayant déçu, il recrute le buteur argentin du CA Independiente, German Denis, âgé de 26 ans pour 9 millions d'euros.

Le changement de tactique est difficile et certains joueurs ne sont plus au niveau, comme Grava ou les attaquants sud-américains Mariano Bogliacino et Pìa. Naples s'écroule au début de l'année 2009. E. Reja est remplacé par l'ancien sélectionneur Roberto Donadoni en mars. G. Denis ne marque pas. Seuls Marek Hamsik et Christian Maggio sont au niveau et le Napoli fini péniblement a la 12e place.

2009 - 2010

Roberto Donadoni effectue une bonne dizaine de changements dans l'effectif. Daniele Mannini, Luigi Vitale, Manuele Blasi et Marcelo Zalayeta quittent ainsi le club. Arrivent le gardien de but international Morgan De Sanctis qu'il fait revenir d'Espagne, le défenseur colombien Juan Camilo Zúñiga du Robur Sienne pour concurrencer l'argentin Jesús Dátolo arrivé en janvier dernier de Boca juniors, le milieu argentin de la Sampdoria Hugo Campagnaro et l'attaquant vedette de l'Udinese Calcio, Fabio Quagliarella, recruté pour plus de 18 millions d'euros pour jouer la ligue des champions de l'UEFA la saison prochaine.

L'objectif est le haut du classement mais dès octobre le président Aurelio De Laurentiis prend ses responsabilités : Walter Mazzarri est nommé entraîneur après sept journées de championnat. Gianluca Grava se réveille et éclipse Fabiano Santacroce, Christian Maggio se met à enchaîner les bons matchs à droite, Salvatore Aronica en latéral gauche, et Michele Pazienza au centre du terrain derrière Marek Hamšík retrouvent leurs niveaux. Le jeune Leandro Rinaudo s'impose au milieu de terrain où la recrue Luca Cigarini, deuxième plus cher joueur du dernier mercato estival, acheté 12 millions d'euros à l'Atalanta Bergame, déçoit. Il est cependant conservé jusqu'en juin alors que Jesús Dátolo est envoyé en Grèce à mi saison. Il est remplacé par l'ancien latéral international Andrea Dossena, du Liverpool Football Club.

Comme depuis trois saisons, Marek Hamšík est au-dessus du lot et le duo Ezequiel Lavezzi-Fabio Quagliarella fait une bonne saison. Avec eux et le nouveau coach, le Napoli parvient à terminer à la sixième place ; le club partenopeo jouera donc les barrages de l'Europa League.

2010 - 2011

L'objectif du mercato est de conserver Marek Hamšík, le président se montre inflexible. Par contre, il ne peut pas retenir Fabio Quagliarella ni Leandro Rinaudo qui rejoignent la Juventus de Turin. Et le club se sépare de quelques autres tel German Denis (cédé à l'Udinese Calcio pour 2 millions d'euros), Luca Cigarini prêté au FC Seville et Matteo Contini (prêté au Real Saragosse depuis janvier et définitivement transféré) qui n'étaient plus indispensables dans le groupe aux yeux de l'entraîneur.

Cet inter saison est marquée par l'arrivée en prêt de trois joueurs "offensifs" : Cristiano Lucarelli le buteur de Parme AC, Hassan Yebda le milieu de terrain du Benfica Lisbonne et surtout celui d'Edinson Cavani, l'attaquant uruguayen de Palerme qui marquera au total 104 buts en 138 matchs pour Naples.

Naples termine sur le podium de la Série A derrière le Milan AC, sacré champion, et l'Inter Milan, deuxième.

Parallèlement en coupe d'Italie, les Azzurri se font éliminer en quarts de finale par les futurs vainqueurs, l'Inter Milan.

En Europa League, après avoir éliminé Elfsborg en barrages (1-0, 2-0), les Partenopei tombent dans un groupe avec Liverpool, le Steaua Bucarest, et Utrecht. Les Azzurri terminent à la deuxième place derrière les Anglais avec seulement sept points et notamment quatre nuls. Ils affrontent alors Villareal CF en seizièmes de finale, mais se font éliminer (0-0, 1-2).

2011 - 2012

Le recrutement pour cette nouvelle saison, consiste à conserver Edinson Cavani et compléter la formation avec les milieux de terrain Blerim Dzemaili de Parme, Marco Donadel de la Fiorentina (mais qui décevra cette saison) et Gokhan Inler de l'Udinese. Enfin, l'Inter de Milan prête l'attaquant Goran Pandev. Les autres recrues (tel le défenseur uruguayen Miguel Britos ou l'argentin Ignacio Fideleff) n'auront que très peu de temps de jeu cette saison là.

Emoussés par leur belle campagne européenne, les Napolitains ne terminent qu'à la cinquième place du classement derrière la Juventus, le Milan AC, l'Udinese, et la Lazio Rome.

Le 20 mai 2012, au Stadio Olimpico, après avoir éliminé l'Inter Milan et l'AC Sienne, le Napoli affronte la Juventus, qui est championne d'Italie, lors de la finale de la Coupe d'Italie. Les Azzurri remportent le match 2-0 avec des buts d'Edinson Cavani et de Marek Hamšík. Cela représente leur 4e trophée et le premier depuis 25 ans.

En Ligue des champions, Naples tombe dans le groupe de la mort avec le Bayern Munich, Manchester City et Villarreal CF qui les avait éliminés la saison passée en Ligue Europa. Le club partenopeo termine deuxième derrière le Bayern Munich et devant Manchester City. En huitièmes de finale, ils affrontent le FC Chelsea, qu'ils battent à San Paolo (3-1) avec un but de Cavani et un doublé de Lavezzi. Malheureusement, au match retour, les Azzurri s'inclinent 4-1 à Stamford Bridge avec des buts de Didier Drogba, John Terry, Frank Lampard et Branislav Ivanović, et quittent la compétition.

2012 - 2013

Pour cette nouvelle saison, le club vise clairement le titre. Alessandro Gamberini et le Suisse Valon Behrami quittent la Fiorentina pour rejoindre Naples. Le coach incorpore aussi le jeune Lorenzo Insigne, un buteur prometteur de retour de prêt (à Foggia puis à Pescara).

Naples est la seule équipe durant cette saison à pouvoir tenir la cadence de la Juventus. Emmenés par un bon Edinson Cavani, qui finit meilleur buteur de Série A avec 29 buts et par un bon Marek Hamšík, qui finit meilleur passeur de Série A avec 14 passes décisives, les Azzurri finissent à la deuxième place du championnat, à 9 points de la Vieille Dame et devant le Milan AC.

En coupe d'Italie, Naples cède son titre à la Lazio Rome après avoir été éliminé en huitièmes de finale par Bologne.

Engagés également en Ligue Europa, les Azzurri se trouvent dans une poule à leur portée avec le Dnipro Dnipropetrovsk, le PSV Eindhoven, et l'AIK Solna. Le club partenopeo termine deuxième derrière les Ukrainiens, mais se fait sévèrement éliminer par la surprenante équipe du Viktoria Plzen (0-2, 0-3) en seizièmes de finale.

2013 - 2014

L’été 2013 marque un tournant pour le Napoli avec l’arrivée de Rafael Benitez au poste d’entraîneur, qui remplace Walter Mazzari, parti à l’Inter Milan. Le technicien espagnol opère un changement tactique avec le passage du 3-5-2 au 4-2-3-1 qui entraîne un grand remaniement de l’effectif azzurri. Plusieurs cadres sont cédés comme Hugo Campagnaro, ou Morgan de Sanctis mais le plus important reste la vente d'Edinson Cavani pour plus de 60 M€ permettant au Napoli de reconstruire une équipe notamment avec plusieurs joueurs du Real Madrid tels que Gonzalo Higuain, José Callejon, et Raul Albiol, ainsi que par le gardien espagnol Pepe Reina, prêté par Liverpool en passant par l'international belge Dries Mertens, le jeune gardien brésilien Rafael Cabral et le jeune attaquant colombien Duván Zapata.

Le Napoli commence sa saison sur les chapeaux de roues et est la seule équipe à pouvoir suivre la surprenante AS Roma. Les Azzurri s’inclinent face à la Roma (0-2) et se laissent distancer pendant que la Juventus refait son retard et prend la tête de la Série A. La troisième place est très serrée entre le club partenopeo et la Fiorentina.

En Ligue des champions, le Napoli se retrouve dans l’un des groupes les plus relevés avec Arsenal, le Borussia Dortmund et l’Olympique de Marseille. Malgré quatre victoires, tout comme Arsenal et le Borussia Dortmund, Naples est éliminé et est reversé en Ligue Europa.

Au mercato d'hiver le Napoli décide de se renforcer une nouvelle fois avec les achats du latéral gauche international algérien Faouzi Ghoulam , du défenseur Henrique Adriano Buss et du jeune Italo-Brésilien Jorge Luiz Frello dit Jorginho.

En février, tout s’accélère pour Naples, avec sa qualification pour la finale de la coupe d’Italie aux dépens de la Roma (2-3, 3-0), où le club retrouvera la Fiorentina qu’il parvient finalement à distancer en Série A. Le Napoli se qualifie également pour les huitièmes de finale de la Ligue Europa face à Swansea (0-0, 3-1) après un match retour où les Azzurri ont été virtuellement éliminés. En mars, le Napoli s’impose une nouvelle fois en championnat face à l’AS Roma (1-0) et se rapproche des Giallorossi.

Le Napoli dispute les huitièmes de finale de la Ligue Europa face au FC Porto. Malheureusement, après une défaite 1-0 au Portugal, le club partenopeo ne parvient pas à refaire son retard à San Paolo (2-2) et quitte la compétition en huitièmes de finale.

En mai, le Napoli retrouve en finale de la coupe d'Italie la Fiorentina et s'impose 3-1 grâce à un doublé de Lorenzo Insigne et d'un but de Dries Mertens dans les dernières secondes pour remporter leurs 5e coupe d'Italie de leurs histoires.

Le Napoli terminera la saison à la 3e place derrière la Juventus Football Club et l'Associazione Sportiva Roma et se qualifie pour les barrages de Ligue des champions.

2014 - 2015

Le , les azzurris gagnent leur seconde Supercoupe d'Italie de leur histoire, en battant la Juventus avec le résultat complet de 7-8 après tir au buts (le match s'étant terminé 2-2 après les temps supplémentaires) dans le match disputé à Doha, en Qatar.

Il seront éliminé en barrages de la Ligue des Champions par l'Athletic Bilbao en faisant 1-1 le match aller au Stade San Paolo et en perdant 3-1 le match retour en Espagne. Naples va alors participer à la Ligue Europa et va disposé du Trabzonspor en seizième de final (0-4 match aller et 1-0 match retour), du Dynamo Moscou en huitièmes (3-1 match aller et 0-0 match retour), VfL Wolfsbourg en quart (1-4 match aller et 2-2 match retour) et va renconter le Dnipro en demi-final et vont chuter 1-0 au match retour en Ukraine après le match nul à l'aller (1-1).

Il finiront cinquièmes du championnat à la fin de la saison et seront qualifié pour la Ligue Europa 2015-2016.

2015 - 2016

En Europa League, ils terminent premier de leur groupe en remportant toutes les rencontres aller ainsi que retour, contre Midtjylland (5-0, 1-4), Bruges (5-0, 0-1) et le Legia Varsovie (0-2, 5-2). Ils battent le record de buts inscrits en phase de poule avec 22 buts. Mais malheureusement ils tombent en seizièmes contre le Villarreal (1-0 à l'aller en Espagne, 1-1 à Naples).

Ils terminent deuxième en championnat en ayant été plusieurs semaines en tête avant de se faire surpasser par la Juventus. Les azzurris se qualifient pour la prochaine Ligue des champions. Cette saison marque également le départ de Gonzalo Higuaín, qui détient le record de buts marqués en championnat en une seule saison avec 36 buts, vers la Juventus, chose que les napolitains ne vont guère apprécier.

2016 - 2017

Le 2 août 2017, il arrive à la troisième place de l'Audi Cup édition 2017, une première dans son histoire.

Chronologie

  • 1904: Fondation du Naples Foot-Ball & Cricket Club.
  • 1906: Nouvelle dénomination : Naples Foot-Ball Club.
  • 1912: Sportiva Internazionale Napoli.
  • 1912-13: Naples éliminé de la phase de groupe, l'Internazionale Napoli éliminé finale centre-sud.
  • 1913-14: Naples éliminé phase de groupe, l'Internazionale Napoli éliminé en finale du centre-sud.
  • 1914-15: I gironi non furono completati.
  • 1919-20: Naples et le Pro Napoli éliminé de la phase de groupe, l'Internazionale Napoli éliminé de la demi-finale inter-régionale.
  • 1920-21: Internazionale Napoli éliminé, Naples éliminé en finale inter-régionale.
  • 1921-22: Naples et Internazionale Napoli sont éliminés de la phase de groupe du championnat.
  • 1922 : Fusion footBall Club Internaples.
  • 1922-23: Internaples éliminé en demi-finale de la ligue sud.
  • 1923-24: Internaples éliminé en demi-finale de la ligue sud.
  • 1924-25: Internaples éliminé à la phase de groupe.
  • 1925-26: Internaples éliminé de la finale de la ligue sud.
  • 1926 : Fondation de Associazione Calcio Napoli
  • 1926-27: 10° du groupe A de la division nationale.
  • 1927-28: 9° du groupe A de la division nationale.
  • 1928-29: 8° du groupe B de la division nationale. Accès à la nouvelle Série A.
  • 1929-30: 5° en Série A.
  • 1930-31: 6° en Série A.
  • 1931-32: 9° en Série A.
  • 1932-33: 3° en Série A.
  • 1933-34: 3° en Série A.
  • 1934-35: 7° en Série A.
  • 1935-36: 8° en Série A.
  • 1936-37: 13° en Série A.
  • 1937-38: 10° en Série A.
  • 1938-39: 5° en Série A.
  • 1939-40: 13° en Série A.
  • 1940-41: 7° en Série A.
  • 1941-42: 15° en Série A. Rétrogradation en Série B.
  • 1942-43: 3° en Série B.
  • 1943-45: Championnat suspendu pour cause de seconde guerre mondiale.
  • 1945-46: 1° dans le championnat centre-sud. Promu en Série A. 5° au classement final de la division nationale.
  • 1946-47: 8° en Série A.
  • 1947-48: 21° en Série A. Rétrogradation administrative en Série B.
  • 1948-49: 5° en Série B.
  • 1949-50: 1° en Série B. Promu en Série A.
  • 1950-51: 6° en Série A.
  • 1951-52: 6° en Série A.
  • 1952-53: 4° en Série A.
  • 1953-54: 5° en Série A.
  • 1954-55: 3° en Série A.
  • 1955-56: 14° en Série A.
  • 1956-57: 11° en Série A.
  • 1957-58: 4° en Série A.
  • 1958-59: 9° en Série A.
  • 1959-60: 14° en Série A.
  • 1960-61: 17° en Série A. Rétrogradation en Série B.
  • 1961-62: 2° en Série B. Promu en Série A. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 1962-63: 16° en Série A. Rétrogradation en Série B.
  • 1963-64: 8° en Série B.
  • 1964 : L'équipe prend la dénomination Società Sportiva Calcio Napoli.
  • 1964-65: 2° en Série B. Promu en Série A.
  • 1965-66: 3° en Série A. Vainqueur de la Coupe des Alpes.
  • 1966-67: 4° en Série A.
  • 1967-68: 2° en Série A.
  • 1968-69: 7° en Série A.
  • 1969-70: 6° en Série A.
  • 1970-71: 3° en Série A.
  • 1971-72: 8° en Série A.
  • 1972-73: 9° en Série A.
  • 1973-74: 3° en Série A.
  • 1974-75: 2° en Série A.
  • 1975-76: 5° en Série A. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 1976-77: 7° en Série A. Vainqueur de la Coupe de la ligue Anglo-italienne.
  • 1977-78: 6° en Série A.
  • 1978-79: 6° en Série A.
  • 1979-80: 11° en Série A.
  • 1980-81: 3° en Série A.
  • 1981-82: 4° en Série A.
  • 1982-83: 9° en Série A.
  • 1983-84: 11° en Série A.
  • 1984-85: 8° en Série A.
  • 1985-86: 3° en Série A.
  • 1986-87: Champion d'Italie. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 1987-88: 2° en Série A.
  • 1988-89: 2° en Série A. Vainqueur de la Coupe UEFA.
  • 1989-90: Champion d'Italie.
  • 1990-91: 7° en Série A. Vainqueur de la Supercoupe d'Italie.
  • 1991-92: 4° en Série A.
  • 1992-93: 11° en Série A.
  • 1993-94: 6° en Série A.
  • 1994-95: 7° en Série A.
  • 1995-96: 10° en Série A.
  • 1996-97: 12° en Série A.
  • 1997-98: 18° en Série A. Rétrogradation en Série B.
  • 1998-99: 9° en Série B.
  • 1999-00: 2° en Série B. Promu en Série A.
  • 2000-01: 16° en Série A. Rétrogradation en Série B.
  • 2001-02: 5° en Série B.
  • 2002-03: 16° en Série B.
  • 2003-04: 14° en Série B.
  • 2004 : Le club doit changer de nom pour Napoli Soccer. rétrogradation en Série C1.
  • 2004-05: 3° en Série C1 groupe B, le club dispute les playoffs.
  • 2005-06: 1° en Série C1 groupe B. Promu en Série B.
  • 2006 : Le club retrouve la dénomination Società Sportiva Calcio Napoli.
  • 2006-07: 2° en Série B. Promu en Série A.
  • 2007-08: 8° en Série A.
  • 2008-09: 12° en Série A.
  • 2009-10: 6° en Série A.
  • 2010-11: 3° en Série A.
  • 2011-12: 5° en Série A. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 2012-13: 2° en Série A.
  • 2013-14: 3° en Série A. Vainqueur de la Coupe d'Italie.
  • 2014-15: 5° en Série A. Vainqueur de la Supercoupe d'Italie.
  • 2015-16: 2° en Série A.
  • 2016-17: 3° en Série A.

Identité du club

Couleurs et symboles

Au moment de sa fondation en 1926, un maillot bleu clair (azzurro) et un short blanc fut adopté en hommage à la couleur officielle de la dynastie des Bourbons de Naples. Le premier symbole, c'est-à-dire le cheval, se référait au symbole de Naples pendant le Royaume des Deux-Siciles, tandis que la Sicile était représentée par le Triskèle. Le cheval est encore aujourd'hui le symbole de la Province de Naples. En conséquence de la dernière place obtenue par Naples dans sa première saison, les supporters décidèrent de remplacer le cheval avec l'âne, pour beaucoup d'années associées à la société partenopea.

Depuis, le bleu azzurro est resté la couleur officielle jusqu'à aujourd'hui.

En 1964-1966 le président Roberto Fiore décida de changer les couleurs du maillot: pendant cette saison, le Napoli joua avec un maillot blanc avec une bande transversale bleue. La saison suivante, le maillot redevenait le traditionnel. Depuis 1981, il apparut devant le maillot, le nom du sponsor principal.

La saison 2002-2003, disputée en Série B, fut la seconde et dernière saison ou il n'utilisèrent pas l'uniforme bleu. Dans cette saison, l'ancien sponsor technique Diadora habilla le Napoli avec des bandes verticales blanc-bleues, en style Argentine.

1926-60
1964-65
1986-1991
2002-03
2005-06
2008-09
2009-10
2010-11
2011-12
2015-16
2016-17

Historique des logos

Le premier blason de Naples, en 1926, était constitué d'un ovale avec au centre un cheval blanc appuyé sur un ballon et contourné par les initiales de la dénomination de cette époque de la société partenopea: "ACN" (Association Calcio Napoli), le tout sur fond bleu. Ce fut le blason de la société napolitaine pour un an seulement: en effet, complice probablement de la pénurie exprimée par l'équipe dans la saison de début, le club adopta un blason de forme circulaire avec un N couleur or sur fond bleu et le contour extérieur avec une couleur or.

Le blason changea en 1964 de nouveau, en concomitance avec l'échange de dénomination en Société Sportive Calcio Napoli: le N fut rapetissé pour faire place au sigle SSC Naples à ses pieds. En 1980, la couronne devint blanche et fut disposé en longueur, en sens circulaire, la dénomination de la société écrite en étendu. Sensibles les changements, le plus souvent chromatiques, apporté en 2002: la couronne devint bleue obscure, avec l'inscription de la société et le N central coloré de blanc.

À la suite de la faillite, l'inscription de la société fut éliminée de la couronne - maintenant de couleur bleu nuit - et remplacée avec une légende de la nouvelle dénomination de la société, Naples Soccer. Le Napoli, retrouvant la Série A en 2006, réacquis sa vieille dénomination de Société Sportive Calcio Napoli, la légende Napoli Soccer fut enlevée et la couronne racheta la couleur bleue.

Numéro retiré

No. Nat. Position Nom du joueur
10 M Diego Armando Maradona

Avec l'avènement de la règle de la numérotation fixe à partir de 1995, le Napoli pendant l'été de l'année 2000, retira le maillot numéro 10 appartenu à Diego Armando Maradona de 1984 à 1991, comme un hommage à sa classe et à la contribution considérable offerte durant 7 saisons avec le maillot azzurro. Dans l'ordre, les derniers à avoir mis la 10 bleue avec l'avènement de la numérotation fixe furent Fausto Pizzi (en 1995-1996), Beto (en 1996 -1997), Igor Protti (en 1997-1998, dernier footballeur à avoir joué et marqué un but avec le 10 est Claudio Bellucci (1998-2000) en Série B.

Cependant, pour motifs réglementaires, le numéro fut réimprimé sur les maillots de Naples depuis 2004 à 2006 en Série C1, tournoi où la vieille numérotation survit du chiffre 1 au numéro 11. Le dernier footballeur à mettre et signer un but avec ce maillot dans une compétition officielle fut Mariano Bogliacino dans un match à domicile du 18 mai 2006 contre La Spezia, valable pour la finale du match retour de la Supercoupe de C1; honneur qu'il lui appartient aussi pour la dernière apparition en championnat, le 12 mai 2006 dans le match à la maison contre le Lanciano. En ce qui concerne le championnat exclusivement, il va par contre au footballeur argentin Sosa l'honneur d'avoir été le dernier à mettre la 10 au Stadio San Paolo, et en même temps à marquer, dans la compétition contre le Frosinone du 30 avril 2006.

Sponsors et équipementiers

Puma (entreprise)
Sponsors officiels équipementiers
  • Puma (1978-1980)
  • NR (Ennerre) (1980-1984)
  • Linea Time (1984-1985)
  • NR (Ennerre) (1985-1991)
  • Umbro (1991-1994)
  • Lotto (1994-1997)
  • Nike (1997-2000)
  • Diadora (2000-2003)
  • Legea (2003-2004)
  • Kappa (2004-2006)
  • Diadora (2006-2009)
  • Macron (2009-2015)
  • Kappa (2015-)
Puma (entreprise)
 
Sponsors techniques
  • Snaidero (1981-1982)
  • Cirio (1982-1983)
  • Latte Berna (1983-1984)
  • Cirio (1984-1985)
  • Buitoni (1985-1988)
  • Mars (1988-1991)
  • Voiello (1991-1994)
  • Record Cucine (1994-1996)
  • Centrale latte di Napoli (1996-1997)
  • Polenghi (1997-1999)
  • Peroni (1999-2003)
  • Russo di Cicciano (2003-2004)
  • Sky Captain - Christmas in Love - Manuale d'amore - Mandi (2004-2005)
  • Lete (2005-2011)
  • Lete - MSC Crociere (2011-2014)
  • Lete - Pasta Garofalo (2014-2016)
  • Lete - Pasta Garofalo - Kimbo (2016-)

Joueurs et personnalités du club

Présidents

Le tableau suivant présente la liste des présidents du club depuis 1926.

# Nom Période
1 Giorgio Ascarelli 1926-1927
2 Comité provisoire 1927
3 Nicola Sansanelli 1927
4 Gustavo Zinzaro 1927-1928
5 Giovanni Maresca Donnorso di Serracapriola 1928-1929
6 Giorgio Ascarelli 1929-1930
7 Giovanni Maresca Donnorso di Serracapriola 1930-1931
8 Eugenio Coppola 1931-1932
9 Vincenzo Savarese 1932-1936
10 Achille Lauro 1936-1940
11 Gaetano Del Pezzo 1940
12 Tommaso Leonetti 1940-1941
13 Luigi Piscitelli 1941-1943
# Nom Période
14 Annibale Fienga 1943-1945
15 Vincenzo Savarese 1945-1946
16 Pasquale Russo 1946-1948
17 Giuseppe Muscariello 1948
18 Egidio Musollino 1948-1951
19 Alfonso Cuomo 1951-1952
20 Achille Lauro 1952-1954
21 Alfonso Cuomo 1954-1963
22 Luigi Scuotto 1963-1964
23 Roberto Fiore 1964-1967
24 Gioacchino Lauro 1967-1968
25 Antonio Corcione 1968-1969
26 Corrado Ferlaino 1969-1971
# Nom Période
27 Ettore Sacchi 1971-1972
28 Corrado Ferlaino 1972-1983
29 Marino Brancaccio 1983
30 Corrado Ferlaino 1983-1993
31 Ellenio Gallo 1993-1995
32 Vincenzo Schiano di Colella 1995-1996
33 Gian Marco Innocenti 1996-1998
34 Federico Scalingi 1998-2000
35 Giorgio Corbelli 2000-2002
36 Salvatore Naldi 2002-2004
37 Paolo Bellamio 2004
38 Nicola Rascio 2004
39 Aurelio De Laurentiis 2004-

Entraîneurs

Le tableau suivant présente la liste des entraineurs du club depuis 1926.

# Nom Période
1 Antonio Kreutzer 1926-1927
2 Bino Skasa 1927
3 Rolf Steiger &
Giovanni Terrile &
Ferenc Molnar
1927-1928
4 Otto Fischer 1928-1929
5 William Garbutt 1929-1935
6 Károly Csapkay 1935-1936
7 Angelo Mattea 1936-1938
8 Eugen Payer 1938
9 Paolo Jodice 1938-1939
10 Adolfo Baloncieri 1939-1940
11 Antonio Vojak 1940-1943
12 Giuseppe Innocenti 1943
13 Raffaele Sansone 1945-1946
14 Attila Sallustro &
Giovanni Vecchina
1947-1948
15 Arnaldo Sentimenti 1948
16 Felice Borel &
Paolo Jodice
1948-1949
17 Domenico Mattioli &
Luigi de Manes
1949
18 Vittorio Mosele 1949
19 Vittorio Mosele 1949
20 Eraldo Monzeglio 1949-1956
21 Amedeo Amadei 1956-1959
22 Annibale Frossi 1959
23 Amedeo Amadei 1959-1961
24 Amedeo Amadei &
Renato Cesarini
1961
25 Attila Sallustro 1961
# Nom Période
26 Fioravante Baldi 1961-1962
27 Bruno Pesaola 1962
28 Bruno Pesaola &
Eraldo Monzeglio
1962-1963
29 Roberto Lerici 1963-1964
30 Giovanni Molino 1964
31 Bruno Pesaola 1964-1968
32 Giuseppe Chiappella &
Egidio Di Costanzo
1968-1969
33 Giuseppe Chiappella 1969-1973
34 Luis Vinicio 1973-1976
35 Alberto del Frati 1976
36 Bruno Pesaola 1976-1977
37 Rosario Rivellino 1977
38 Giovanni di Marzio 1977-1978
39 Luis Vinicio 1978-1980
40 Angelo Sormani 1980
41 Rino Marchesi 1980-1982
42 Massimo Giacomini 1982
43 Bruno Pesaola 1982-1983
44 Pietro Santi 1983-1984
45 Rino Marchesi 1984-1985
46 Ottavio Bianchi 1985-1989
47 Alberto Bigon 1989-1991
48 Claudio Ranieri 1991-1993
49 Ottavio Bianchi 1993
50 Marcello Lippi 1993-1994
51 Vincenzo Guerini 1994
52 Vujadin Boškov &
Jarbas Faustinho Cané
1994-1995
# Nom Période
53 Vujadin Boškov &
Aldo Sensibile
1995-1996
54 Luigi Simoni 1996-1997
55 Vincenzo Montefusco 1997
56 Bortolo Mutti 1997
57 Carlo Mazzone 1997
58 Giovanni Galeone 1997-1998
59 Vincenzo Montefusco 1998
60 Renzo Ulivieri 1998-1999
61 Vincenzo Montefusco 1999
62 Walter Novellino 1999-2000
63 Zdeněk Zeman 2000
64 Emiliano Mondonico 2000-2001
65 Luigi De Canio 2001-2002
66 Franco Colomba 2002
67 Sergio Buso 2002
68 Francesco Scoglio 2002-2003
69 Franco Colomba 2003
70 Andrea Agostinelli 2003
71 Luigi Simoni 2003-2004
72 Giampiero Ventura 2004
73 Edoardo Reja 2004-2009
74 Roberto Donadoni 2009
75 Walter Mazzarri 2009-2013
76 Rafael Benítez 2013-2015
77 Maurizio Sarri 2015-

Transferts les plus chers de l'histoire du club

Arrivées
Rang Joueurs Indemnité[5] Provenance Année
1er Gonzalo Higuaín 37 M€ Real Madrid CF 2013
2e Arkadiusz Milik 32 M€ Ajax Amsterdam 2016
3e Nikola Maksimović 25 M€ Torino FC 2016
4e Edinson Cavani 19 M€ US Palermo 2010
5e Gökhan Inler 18 M€ Udinese Calcio 2011
5e Leonardo Pavoletti 18 M€ Genoa CFC 2017
6e Fabio Quagliarella 17 M€ Udinese Calcio 2009
7e Piotr Zieliński 14 M€ Udinese Calcio 2016
8e Manolo Gabbiadini 13 M€ UC Sampdoria 2015
Départs
Rang Joueurs Indemnité[5] Destination Année
1er Gonzalo Higuaín 90 M€[6] Juventus FC 2016
2e Edinson Cavani 64 M€ Paris SG 2013
3e Ezequiel Lavezzi 27 M€ Paris SG 2012
4e Manolo Gabbiadini 17 M€ Southampton FC 2017
5e Fabio Quagliarella 15 M€ Juventus FC 2010
6e Leonardo Pavoletti 10 M€ Cagliari Calcio 2017
7e Víctor Ruiz 8 M€ Valence CF 2011
8e Gökhan Inler 7 M€ Leicester City 2015

Effectif professionnel actuel

Effectif professionnel actuel du SSC Naples pour la saison 2017-2018
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[Note 1] Nom Date de naissance Sélection[Note 2] Club précédent Contrat
1 G Cabral, RafaelRafael Cabral 20/05/1990 (27 ans)
Santos FC 2013-2018
22 G Sepe, LuigiLuigi Sepe 08/05/1991 (26 ans)
0 Formé au club 2011-2019
25 G Reina, PepePepe Reina 31/08/1982 (35 ans) Espagne Bayern Munich 2015-2018
6 D  Rui, MárioMário Rui 27/05/1991 (26 ans)
AS Roma 2017-2018
11 D Maggio, ChristianChristian Maggio 11/02/1982 (36 ans) Italie UC Sampdoria 2008-2018
21 D Chiricheș, VladVlad Chiricheș 14/11/1989 (28 ans) Roumanie Tottenham 2015-2020
23 D Hysaj, ElseidElseid Hysaj 20/02/1994 (23 ans) Albanie Empoli FC 2015-2021
26 D Koulibaly, KalidouKalidou Koulibaly 20/06/1991 (26 ans) Sénégal KRC Genk 2014-2021
31 D Ghoulam, FaouziFaouzi Ghoulam 01/02/1991 (27 ans) Algérie Saint-Étienne 2014-2018
33 D Albiol, RaúlRaúl Albiol 04/09/1985 (32 ans) Espagne Real Madrid 2013-2020
62 D Tonelli, LorenzoLorenzo Tonelli 17/01/1990 (28 ans)
Empoli FC 2016-2020
5 M Allan, Allan 08/01/1991 (27 ans)
Udinese 2015-2019
8 M Jorginho, Jorginho 20/12/1991 (26 ans) Italie Hellas Vérone 2014-2020
17 M Hamšík, MarekMarek Hamšík  27/07/1987 (30 ans) Slovaquie Brescia Calcio 2007-2020
20 M Zieliński, PiotrPiotr Zieliński 20/05/1994 (23 ans) Pologne Udinese 2016-2021
27 M Machach, ZinédineZinédine Machach 05/01/1996 (22 ans)
Toulouse FC 2018-2023
30 M Rog, MarkoMarko Rog 19/07/1995 (22 ans) Croatie Dinamo Zagreb 2017-2021
42 M Diawara, AmadouAmadou Diawara 17/07/1997 (20 ans)
Bologne FC 2016-2021
7 A Callejón, JoséJosé Callejón 11/02/1987 (31 ans) Espagne Real Madrid 2013-2020
14 A Mertens, DriesDries Mertens 06/05/1987 (30 ans) Belgique PSV Eindhoven 2013-2020
18 A Leandrinho, Leandrinho 11/10/1998 (19 ans)
AA Ponte Preta 2017-2021
24 A Insigne, LorenzoLorenzo Insigne 04/06/1991 (26 ans) Italie 0 Formé au club 2012-2022
37 A Ounas, AdamAdam Ounas 11/11/1996 (21 ans) Algérie Girondins de Bordeaux 2017-2022
99 A Milik, ArkadiuszArkadiusz Milik 28/02/1994 (23 ans) Pologne Ajax Amsterdam 2016-2021
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Francesco Calzona
Préparateur(s) physique(s)
  • Francesco Sinatti
  • Davide Ranzato
  • Davide Losi
Entraîneur(s) des gardiens
Médecin(s)
  • Alfonso De Nicola

Légende

Joueurs prêtés

Le tableau suivant liste l'effectif des joueurs en prêts pour la saison 2017-2018.

Joueurs en prêt
P. Nat. Nom Date de naissance Sélection Club en prêt
G Nikita Contini (21 ans) US Pontedera
D Nikola Maksimović (26 ans) Serbie FK Spartak Moscou
D Giuseppe Nicolao (23 ans) AS Melfi
D Daniele Celiento (23 ans) AS Viterbese
D Emanuele Allegra (23 ans) AC Lumezzane
D Antonio Granata (21 ans) Sicula Leonzio
D Marco Supino (21 ans) Plaisance Calcio
D Armando Anastasio (21 ans) Parme Calcio
D Sebastiano Luperto (21 ans) Empoli FC
D Igor Łasicki (22 ans) Wisła Płock
M Alberto Grassi (22 ans) Italie espoirs SPAL 2013
M Jacopo Dezi (26 ans) - Parme Calcio
M Luca Palmiero (21 ans) Cosenza Calcio
M Antonio Romano (21 ans) Casertana FC
Joueurs en prêt
P. Nat. Nom Date de naissance Sélection Club en prêt
M Emanuele Giaccherini (32 ans) Chievo Vérone
M Mario Prezioso (21 ans) AS Bisceglie
A Roberto Inglese (26 ans) Chievo Vérone
A Gennaro Tutino (21 ans) Cosenza Calcio
A Alfredo Bifulco (21 ans) Pro Verceil
A Luigi Liguori (19 ans) Fidelis Andria
A Roberto Insigne (23 ans) Parme Calcio
A Antonio Negro (19 ans) Paganese Calcio

Joueurs emblématiques

Article détaillé : Catégorie:Joueur du SSC Naples.

Stades et sièges

Les stades

Les petites villes des sociétés de football qui précédèrent la fondation du Naples utilisèrent différents terrains de foot. Naples joua depuis 1904 à 1912 à, Rue Campegna à Fuorigrotta, une des dix municipalités de la ville napolitaine, donc il s'établit à l’Agnano, pendant que l’Internapoli jouait à Bagnoli. Le siège d’Agnano fut confirmé en 1922, quand les deux sociétés s'assemblèrent pour donner vie à l'Internaples.

Le stade San Paolo qui accueil les matches du club depuis 1959.

Le premier terrain de foot utilisé par Naples fut le stade militaire de l'Arenaccia: voulut par Alberico Albricci, il fut inauguré en 1923 et assigné en 1926 au nouveau-né club partenopeo. En 1929 le président Giorgio Ascarelli commissionna la construction d'un nouveau stade situé dans le quartier Luzzatti, dans les alentours de la gare Centrale. Projetée par Amedeo D'Albora, l'installation, initialement dénommée stade Vésuve, pouvait contenir 40 000 spectateurs et fut inaugurée le 23 février 1930 avec le match entre les azzurri et la Juventus, terminé 2-2. Peu de temps après Ascarelli vint manquer et le stade fut intitulé au "furor de peuple", mais par la suite les lois raciales fascistes imposèrent un autre échange de nom en Stade Partenopeo. Renouvelé et agrandi à l'occasion de 1934, l'installation fut complètement rasé au sol des bombardements alliés au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Le club s'établit donc au stade Arturo Collana du Vomero déjà utilisé provisoirement aux temps des travaux de restructuration de l'installation précédente. Renommé pour un bref délai Stade de la Libération dans l'après-guerre, il était cependant inadéquat aux exigences du club: emblématique la situation en laquelle fut jouée Naples - Juventus (4-3 le résultat final) du 20 avril 1958, avec le public rangé sur la limite des lignes de jeu.

Il fut alors projeté une nouvelle installation dans le quartier de Fuorigrotta. Initialement baptisé stade du Soleil, fut baptisé finalement stade San Paolo pour célébrer la tradition selon laquelle saint Paul, en voyage vers Rome, aurait accosté dans cette zone de l'actuel Naples. Le 6 décembre 1959 le nouveau stade fut inauguré, curieusement dans un match contre la Juventus, comme à l'occasion de l'inauguration du stade Vésuve 29 ans auparavant, et qui a fini sur le score de 2-1 pour les partenopei. Le projet initial prévoyait un seul anneau mais par la suite vint en adjoint un second, situé en dessous du niveau routier. Partiellement remodernisé en vue des championnats d'Europe 1980 et des Mondiaux1990 il vint doté de la toiture actuelle et du troisième anneau qui porta le numéro à 76 824 de places assises. Par la suite, des problèmes logistiques ont imposé la fermeture du troisième anneau avec une réduction de la capacité à 60 240 places, qui en font le troisième plus grand stade de l'italie pour capacité après le stade Giuseppe Meazza de Milan et le Stade olympique de Rome. Avec une piste d'athlétisme légère de 8 couloirs, des gymnases pour la boxe, le fitness la lutte libre, le Stade San Paolo représente la principale installation omnisports de la ville.

Pour les années avenir, il est prévu la construction d'un nouveau stade, à la même place que le San Paolo, qui sera démolit, à cause de problème de pelouse.

Les Sièges

Il se reporte de suite la liste des sièges officiels utilisés par la SSC Naples au cours de son histoire.

  • 1945 Palazzina annessa (Stade Vomero)
  • 1966 Rue Massimo Stanzione, 14
  • 1967 Rue Chiatamone, 57
  • 1970 Rue Petrarca, 141
  • 1972 Rue Caravaggio, 112
  • 1973 Rue Crispi, 4
  • 1977 Rue Vicinale Paradiso, 70 (Centre Paradiso di Soccavo)
  • 1985 Piazza dei Martiri, 30
  • 1991 Rue Vicinale, 70 (Centre Paradiso di Soccavo)
  • 2004 Rue Jacopo De Gennaro (stade San Paolo)
  • 2004 Rue Alcide De Gasperi, 33
  • 2006 Castel Volturno (CE) (centre technique)

Supporters

Un club fortement soutenu

Stade San Paolo

Le public napolitain est sans aucun doute l'un des plus passionnés de football sur le vieux continent et l'un de ceux qui font les plus belles ambiances du monde[7], mais il est d'abord le reflet d'une ville (ancienne colonie grecque au même titre que Marseille ou Barcelone) avec une forte identité, au caractère méridional.

À l'image des inégalités entre Nord et Sud de l'Italie, le club a toujours fait avec des moyens bien inférieurs à ceux des clubs du Nord comme le Milan AC ou la Juventus. Mais c'est avec beaucoup de fierté que les Napolitains ont toujours soutenu le club représentant leur ville. C'est pendant la glorieuse ère de Maradona que le public napolitain atteint la reconnaissance italienne et européenne. Même au fond du gouffre, les tifosi sont toujours restés fidèles au club, puisque durant leurs deux saisons en Série C, c'étaient en moyenne 50 000 supporters qui venaient encourager les bleus et blancs. Ils n'hésitent pas à suivre en nombre leur équipe en déplacement à travers toute l'italie.

Le Napoli est le sujet de conversation privilégiée de toute la ville et de toute la région; ce qui d'ailleurs s'est souvent révélé comme un certain handicap, l'attente très importante et l'impatience de retrouver les gloires passées ont souvent ralenti la reconstruction du club avec un projet à long terme[réf. nécessaire]. On peut compter sur les doigts d'une main le nombre de villes en Europe où le club a cette importance pour ses habitants[réf. nécessaire].

La tifoseria napolitaine est jumelée avec celle du Genoa et il existe un fort rapport d'amitié avec celles de Catane et de Palerme.

Affluences

Affluences du SSC Naples au stade San Paolo depuis la saison 1962-1963[8]
Stade San Paolo

Rapports avec les autres clubs

Club jumelé 

Clubs amis 

Club rivaux 

Les supporteurs Azzurri ont des mauvais rapports surtout avec les équipes du Nord. Les "Grosses" rivalités avec l'Inter Milan, le Milan AC et surtout la Juventus naquirent dans la deuxième moitié des années 1980, avec les partenopei qui défiaient la "Triade" du Nord pour leur disputer le titre de Champion d'Italie.

L'hostilité des ultras avec les supporteurs de la Lazio naît du jumelage qui liait, dans les années 1980, les Napolitains et leurs "cousins" romains, qui fut par la suite brisé après le bras d'honneur de Salvatore Bagni du 25 octobre 1987. Une rivalité existe également avec les giallorossi de l'AS Rome, leurs rencontres étant considérées comme le Derby du Soleil. De « petites » rivalités existent avec la Sampdoria, le Vérone et la Reggina entre autres.

Les Derbys

Contrairement à tout ce qui est arrivé aux autres métropoles comme Turin, Milan et Rome, le Napoli est la seule expression du football de haut niveau comme chef-lieu de la Campanie et donc il y n'a pas un derby dans le sens étroit du terme. Malgré cela, les Azzurri sont coprotagonistes de deux derbys spéciaux en Italie :

  • Derby de la Campanie, terme utilisé pour les défis des Partenopei avec les autres équipes de la Campanie, en particulier avec celles d'Avellino et de Salerne.
  • Derby du Soleil, appelé aussi Derby du Sud, à l'apogée de la popularité dans les années 1970 et 80, qui voit s'affronter les Azzurri et l'AS Roma, les deux premières équipes de l'Italie centre-méridionale à avoir été admis à la Série A, à l'époque dénommée Division Supérieur, dans la saison 1926 -1927.

Palmarès, records & statistiques

Titres


Compétitions nationales Compétitions internationales
Compétitions nationales non officielles Compétitions internationales non officielles
  • Trophée Acqua LETE Cup (2) :
  • Trophée MSC Cup (2) :

Adversaires européens

Trajectoire en championnats

Records

  • Victoire la plus large :
    • Napoli - Anaunia 17 - 0 (Amical Juillet 2017)
  • Victoire la plus large à l'extérieur :
    • Bologne - Napoli 1 - 7 (Série A 2016-17)
  • Défaite la plus large :
    • Torino - Napoli 11 - 0 (Campionato Nazionale 1927-28)
  • Défaite la plus large à domicile :
    • Napoli - Bologne 1 - 6 (Série A 1938-39)
  • Victoires consécutives en Série A (13) :

Statistiques individuelles

Le joueur qui détient le record de présences en championnat est Antonio Juliano, avec 394 matchs, 355 en Série A. En ce qui concerne seulement la Série A, il va par contre à Giuseppe Bruscolotti avec 387 présences; ce dernier détient le record de présences totales aussi entre championnat et coupes (511 présences).

Le joueur qui a marqué le plus de buts en absolu avec le maillot de Naples est Marek Hamsik. Il fait ainsi tomber le record de Diego Maradona, qui remontait à 1991, année de la dernière saison de l'argentin dans le club italien.

Le record en championnat appartient à Attila Sallustro, avec 104 buts. En revanche, le joueur avec le plus de buts en Série A est Antonio Vojak (102).

Plus grand nombre de présences
Nationalité Joueur Présences
Giuseppe Bruscolotti 511
Antonio Juliano 505
Marek Hamšík 475
Moreno Ferrario 396
Ciro Ferrara 322
Christian Maggio 302
Paolo Cannavaro 278
Bruno Gramaglia 275
Carlo Buscaglia 273
Attila Sallustro 268
Luigi Pogliana 263
Lorenzo Insigne 240
José Callejón 238
Meilleurs buteurs
Nationalité Joueur Buts
Marek Hamšík 118
Diego Armando Maradona 115
Attila Sallustro 107
Edinson Cavani 104
Antonio Vojak 103
José Altafini 97
Careca 96
Gonzalo Higuaín 91
Dries Mertens 86
Giuseppe Savoldi 77
José Callejón 70
Luís Vinício 70
Cané 70


This article uses material from the Wikipedia article "Società Sportiva Calcio Naples", which is released under the Creative Commons Attribution-Share-Alike License 3.0. There is a list of all authors in Wikipedia

Sports List

Air sports
• Aerobatics
• Air racing
• Cluster ballooning
• Hopper ballooning

Wingsuit flying
• Gliding
• Hang gliding
• Powered hang glider
• Human powered aircraft
• Model aircraft
• Parachuting
• Banzai skydiving
• BASE jumping
• Skydiving
• Skysurfing
• Wingsuit flying
• Paragliding
• Powered paragliding
• Paramotoring
• Ultralight aviation

Archery
• Field archery
• Flight archery
• Gungdo
• Indoor archery
• Kyūdō
• Popinjay
• Target archery

Ball-over-net games
• Badminton
• Ball badminton
• Biribol
• Bossaball
• Fistball
• Footbag net
• Football tennis
• Footvolley
• Hooverball
• Jianzi
• Padel
• Peteca
• Pickleball
• Platform tennis
• Sepak takraw
• Sipa
• Throwball
• Volleyball
• Beach volleyball
• Water volleyball
• Paralympic volleyball
• Wallyball
• Ringo


Basketball family
• Basketball
• Beach basketball
• Deaf basketball
• Streetball
• Water basketball
• Wheelchair basketball
• Cestoball
• Korfball
• Netball
• Fastnet
• Indoor netball
• Ringball
• Slamball

Bat-and-ball (safe haven)
• Baseball
• Softball
• Slow pitch
• Fast-pitch softball
• 16-inch softball
• Bat and trap
• British baseball – four posts
• Brännboll – four bases
• Corkball – four bases (no base-running)
• Cricket – two creases
• Indoor cricket
• Limited overs cricket
• One Day International
• Test cricket
• Twenty20
• Danish longball
• Kickball
• Kilikiti
• Lapta – two salos (bases)
• The Massachusetts Game – four bases
• Matball
• Oina
• Old cat – variable
• Over-the-line – qv
• Palant
• Pesäpallo – four bases
• Punchball
• Rounders – four bases or posts
• Scrub baseball – four bases (not a team game per se)
• Stickball – variable
• Stool ball – two stools
• Tee-ball
• Town ball – variable
• Vigoro – two wickets
• Wireball
• Wiffleball

Baton twirling
• Baton twirling

Acro sports
• Ballet
• Dancing
• Cheerleading
• Gymnastics

Performance sports
• Drum corps
• Marching band

Board sports

• Skateboarding
• Scootering
• Casterboarding
• Freeboard (skateboard)
• Longboarding
• Streetboarding
• Skysurfing
• Streetluge
• Snowboarding
• Mountainboarding
• Sandboarding
• Snowkiting
• Surfing
• Wakesurfing
• Bodyboarding
• Riverboarding
• Skimboarding
• Windsurfing
• Wakeboarding
• Kneeboarding
• Paddleboarding

Catch games
• Dodgeball
• Ga-ga
• Keep away
• Kin-Ball
• Newcomb ball
• Quidditch
• Rundown (a.k.a. Pickle)
• Yukigassen

Climbing

• Abseiling
• Aid climbing
• Ice climbing
• Mixed climbing
• Mountaineering
• Rock climbing
• Bouldering
• Deep-water soloing
• Sport climbing
• Traditional climbing
• Other
• Canyoning (Canyoneering)
• Coasteering
• Hiking
• Rope climbing
• Pole climbing

Cycling

• Artistic cycling
• BMX
• Cyclo-cross
• Cross-country mountain biking
• Cycle polo
• Cycle speedway
• Downhill mountain biking
• Dirt jumping
• Enduro mountain biking
• Freestyle BMX
• Hardcourt Bike Polo
• Road bicycle racing
• Track cycling
• Underwater cycling

Skibob
• Skibobbing

Unicycle

• Mountain unicycling
• Unicycling
• Unicycle basketball
• Unicycle hockey
• Unicycle trials
Combat sports: wrestling and martial arts
• Aiki-jūjutsu
• Aikido
• Jujutsu
• Judo
• Brazilian jiu-jitsu
• Sambo (martial art)
• Sumo
• Wrestling
• Amateur wrestling
• Greco-Roman wrestling
• Freestyle wrestling
• Folk wrestling
• Boli Khela
• Collar-and-elbow
• Cornish wrestling
• Dumog
• Glima
• Gouren
• Kurash
• Lancashire wrestling
• Catch wrestling
• Malla-yuddha
• Mongolian wrestling
• Pehlwani
• Professional wrestling
• Schwingen
• Shuai jiao
• Ssireum
• Varzesh-e Pahlavani
• Yağlı Güreş
• Greek wrestling

Striking

• Choi Kwang-Do
• Cockfighting
• Boxing
• Bokator
• Capoeira
• Fujian White Crane
• Karate
• Kenpō
• Kickboxing
• Lethwei
• Muay Thai
• Pradal serey
• Sanshou
• Savate
• Shaolin Kung Fu
• Sikaran
• Silat
• Subak
• Taekkyeon
• Taekwondo
• Taidō
• Tang Soo Do
• Wing Chun
• Zui quan

Mixed or hybrid
• Baguazhang
• Bando
• Bartitsu
• Bujinkan
• Hapkido
• Hwa Rang Do
• Jeet Kune Do
• Kajukenbo
• Kalaripayattu
• Krav Maga
• Kuk Sool Won
• Marine Corps Martial Arts Program
• Mixed martial arts
• Northern Praying Mantis
• Ninjutsu
• Pankration
• Pencak Silat
• Sanshou
• Shidōkan Karate
• Shōrin-ryū Shidōkan
• Shoot boxing
• Shootfighting
• Shorinji Kempo
• Systema
• T'ai chi ch'uan
• Vajra-mushti
• Vale tudo
• Vovinam
• Xing Yi Quan
• Zen Bu Kan Kempo

Weapons
• Axe throwing
• Battōjutsu
• Boffer fighting
• Eskrima
• Egyptian stick fencing
• Fencing
• Gatka
• Hojōjutsu
• Iaidō
• Iaijutsu
• Jōdō
• Jogo do pau
• Jūkendō
• Jittejutsu
• Kendo
• Kenjutsu
• Krabi–krabong
• Kung fu
• Kyūdō
• Kyūjutsu
• Modern Arnis
• Naginatajutsu
• Nguni stick-fighting
• Okinawan kobudō
• Shurikenjutsu
• Silambam
• Sōjutsu
• Sword fighting
• Wushu
• Kumdo
• Wing Chun


Skirmish
• Airsoft
• Laser tag
• Paintball


Cue sports
• Carom billiards
• Three-cushion
• Five-pins
• Balkline and straight rail
• Cushion caroms
• Four-ball (yotsudama)
• Artistic billiards
• Novuss (and cued forms of carrom)
• Pocket billiards (pool)
• Eight-ball
• Blackball (a.k.a. British eight-ball pool)
• Nine-ball
• Straight pool (14.1 continuous)
• One-pocket
• Three-ball
• Seven-ball
• Ten-ball
• Rotation
• Baseball pocket billiards
• Cribbage (pool)
• Bank pool
• Artistic pool
• Trick shot competition
• Speed pool
• Bowlliards
• Chicago
• Kelly pool
• Cutthroat
• Killer
• Russian pyramid
• Snooker
• Sinuca brasileira
• Six-red snooker
• Snooker plus
• Hybrid carom–pocket games
• English billiards
• Bottle pool
• Cowboy
• Obstacle variations
• Bagatelle
• Bar billiards
• Bumper pool
• Table Sports
• Foosball


Equine sports
• Buzkashi
• Barrel racing
• Campdrafting
• Cirit
• Charreada
• Chilean rodeo
• Cross country
• Cutting
• Dressage
• Endurance riding
• English pleasure
• Equitation
• Eventing
• Equestrian vaulting
• Gymkhana
• Harness racing
• Horse racing
• Horseball
• Hunter
• Hunter-jumpers
• Jousting
• Pato
• Reining
• Rodeo
• Show jumping
• Steeplechase
• Team penning
• Tent pegging
• Western pleasure


Fishing
• Angling
• Big-game fishing
• Casting
• Noodling
• Spearfishing
• Sport fishing
• Surf fishing
• Rock fishing
• Fly fishing
• Ice fishing

Flying disc sports

• Beach ultimate
• Disc dog
• Disc golf
• Disc golf (urban)
• Dodge disc
• Double disc court
• Flutterguts
• Freestyle
• Freestyle competition
• Goaltimate
• Guts
• Hot box
• Ultimate

Football

• Ancient games
• Chinlone
• Cuju
• Episkyros
• Harpastum
• Kemari
• Ki-o-rahi
• Marn Grook
• Woggabaliri
• Yubi lakpi
• Medieval football
• Ba game
• Caid
• Calcio Fiorentino
• Camping (game)
• Chester-le-Street
• Cnapan
• Cornish hurling
• Haxey Hood
• Knattleikr
• La soule
• Lelo burti
• Mob football
• Royal Shrovetide Football
• Uppies and Downies
• Association football
• Jorkyball
• Paralympic football
• Powerchair Football
• Reduced variants
• Five-a-side football
• Beach soccer
• Futebol de Salão
• Futsal
• Papi fut
• Indoor soccer
• Masters Football
• Street football
• Freestyle football
• Keepie uppie
• Swamp football
• Three sided football
• Australian football
• Nine-a-side footy
• Rec footy
• Metro footy
• English school games
• Eton College
• Field game
• Wall game
• Harrow football
• Gaelic football
• Ladies' Gaelic football
• Gridiron football
• American football
• Eight-man football
• Flag football
• Indoor football
• Arena football
• Nine-man football
• Six-man football
• Sprint football
• Touch football
• Canadian football
• Street football (American)
• Rugby football
• Beach rugby
• Rugby league
• Masters Rugby League
• Mod league
• Rugby league nines
• Rugby league sevens
• Tag rugby
• Touch football
• Wheelchair rugby league
• Rugby union
• American flag rugby
• Mini rugby
• Rugby sevens
• Tag rugby
• Touch rugby
• Rugby tens
• Snow rugby
• Hybrid codes
• Austus
• Eton wall game
• International rules football
• Samoa rules
• Speedball
• Universal football
• Volata


Golf

• Miniature golf
• Match play
• Skins game
• Speed golf
• Stroke play
• Team play
• Shotgun start

Gymnastics

• Acrobatic gymnastics
• Aerobic gymnastics
• Artistic gymnastics
• Balance beam
• Floor
• High bar
• Parallel bars
• Pommel horse
• Still rings
• Uneven bars
• Vault
• Juggling
• Rhythmic gymnastics
• Ball
• Club
• Hoop
• Ribbon
• Rope
• Rope jumping
• Slacklining
• Trampolining
• Trapeze
• Flying trapeze
• Static trapeze
• Tumbling

Handball family
• Goalball
• Hitbal
• Tchoukball
• Team handball
• Beach handball
• Czech handball
• Field handball
• Torball
• Water polo

Hunting

• Beagling
• Big game hunting
• Deer hunting
• Fox hunting
• Hare coursing
• Wolf hunting

Ice sports
• Bandy
• Rink bandy
• Broomball
• Curling
• Ice hockey
• Ringette
• Ice yachting
• Figure skating


Kite sports
• Kite buggy
• Kite fighting
• Kite landboarding
• Kitesurfing
• Parasailing
• Snow kiting
• Sport kite (Stunt kite)

Mixed discipline
• Adventure racing
• Biathlon
• Duathlon
• Decathlon
• Heptathlon
• Icosathlon
• Modern pentathlon
• Pentathlon
• Tetrathlon
• Triathlon

Orienteering family
• Geocaching
• Orienteering
• Rogaining
• Letterboxing
• Waymarking

Pilota family
• American handball
• Australian handball
• Basque pelota
• Jai alai
• Fives
• Eton Fives
• Rugby Fives
• Frisian handball
• Four square
• Gaelic handball
• Jeu de paume
• Palla
• Patball
• Valencian pilota

Racquet (or racket) sports
• Badminton
• Ball badminton
• Basque pelota
• Frontenis
• Xare
• Beach tennis
• Fives
• Matkot
• Padel
• Paleta Frontón
• Pelota mixteca
• Pickleball
• Platform tennis
• Qianball
• Racketlon
• Racquetball
• Racquets
• Real tennis
• Soft tennis
• Speed-ball
• Speedminton
• Squash
• Hardball squash
• Squash tennis
• Stické
• Table tennis
• Tennis
Remote control
• Model aerobatics
• RC racing
• Robot combat
• Slot car racing

Rodeo-originated
• Bullriding
• Barrel Racing
• Bronc Riding
• Saddle Bronc Riding
• Roping
• Calf Roping
• Team Roping
• Steer Wrestling
• Goat Tying

Running
• Endurance
• 5K run
• 10K run
• Cross-country running
• Half marathon
• Marathon
• Road running
• Tower running
• Ultramarathon
• Sprint
• Hurdles

Sailing / Windsurfing
• Ice yachting
• Land sailing
• Land windsurfing
• Sailing
• Windsurfing
• Kiteboarding
• Dinghy sailing

Snow sports
• Alpine skiing
• Freestyle skiing
• Nordic combined
• Nordic skiing
• Cross-country skiing
• Telemark skiing
• Ski jumping
• Ski touring
• Skijoring
• Speed skiing

Sled sports

• Bobsleigh
• Luge
• Skibobbing
• Skeleton
• Toboggan

Shooting sports
• Clay pigeon shooting
• Skeet shooting
• Trap shooting
• Sporting clays
• Target shooting
• Field target
• Fullbore target rifle
• High power rifle
• Benchrest shooting
• Metallic silhouette
• Practical shooting
• Cowboy action shooting
• Metallic silhouette shooting
Stacking
• Card stacking
• Dice stacking
• Sport stacking

Stick and ball games
• Hornussen

Hockey
• Hockey
• Ball hockey
• Bando
• Bandy
• Rink bandy
• Broomball
• Moscow broomball
• Field hockey
• Indoor field hockey
• Floorball
• Ice hockey

Ice hockey 
 • Pond hockey
• Power hockey
• Ringette
• Sledge hockey
• Underwater ice hockey
• Roller hockey
• Inline hockey
• Roller hockey (Quad)
• Skater hockey
• Rossall Hockey
• Spongee
• Street hockey
• Underwater hockey
• Unicycle hockey

Hurling and shinty
• Cammag
• Hurling
• Camogie
• Shinty
• Composite rules shinty-hurling

Lacrosse
• Lacrosse
• Box lacrosse
• Field lacrosse
• Women's lacrosse
• Intercrosse


Polo
• Polo
 • Bicycle polo
• Canoe polo
• Cowboy polo
• Elephant polo
• Horse polo
• Segway polo
• Yak polo

Street sports
• Free running
• Freestyle footbag
• Freestyle football
• Powerbocking
• Parkour
• Scootering
• Street workout

Tag games

• British bulldogs (American Eagle)
• Capture the flag
• Hana Ichi Monme
• Hide and seek
• Jugger
• Kabaddi
• Kho kho
• Kick the can
• Oztag
• Red rover
• Tag

Walking
• Hiking
• Backpacking (wilderness)
• Racewalking
• Bushwhacking
• Walking

Wall-and-ball
• American handball
• Australian handball
• Basque pelota
• Butts Up
• Chinese handball
• Fives
• Gaelic handball
• International fronton
• Jorkyball
• Racquetball
• Squash
• Squash tennis
• Suicide (game)
• Valencian frontó
• Wallball
• Wallyball

Aquatic & paddle sports
• Creeking
• Flyak
• Freeboating
• Sea kayaking
• Squirt boating
• Surf kayaking
• Whitewater kayaking

Rafting
• Rafting
• White water rafting

Rowing
• Rowing (sport)
• Gig racing
• Coastal and ocean rowing
• Surfboat
• Single scull
Other paddling sports
• Dragon boat racing
• Stand up paddle boarding
• Water polo
• Canoe polo
• Waboba

Underwater
• Underwater football
• Underwater rugby
• Underwater hockey

Competitive swimming
• Backstroke
• Breaststroke
• Butterfly stroke
• Freestyle swimming
• Individual medley
• Synchronized swimming
• Medley relay

Kindred activities
• Bifins (finswimming)
• Surface finswimming

Subsurface and recreational
• Apnoea finswimming
• Aquathlon (underwater wrestling)
• Freediving
• Immersion finswimming
• Scuba diving
• Spearfishing
• Snorkelling
• Sport diving (sport)
• Underwater hockey
• Underwater orienteering
• Underwater photography (sport)
• Underwater target shooting
Diving
• Cliff diving
• Diving

Weightlifting
• Basque traditional weightlifting
• Bodybuilding
• Highland games
• Olympic weightlifting
• Powerlifting
• Strength athletics (strongman)
• Steinstossen

Motorized sports
• Autocross (a.k.a. Slalom)
• Autograss
• Banger racing
• Board track racing
• Demolition derby
• Desert racing
• Dirt track racing
• Drag racing
• Drifting
• Folkrace
• Formula racing
• Formula Libre
• Formula Student
• Hillclimbing
• Ice racing
• Kart racing
• Land speed records
• Legends car racing
• Midget car racing
• Monster truck
• Mud bogging
• Off-road racing
• Pickup truck racing
• Production car racing
• Race of Champions
• Rally raid
• Rallycross
• Rallying
• Regularity rally
• Road racing
• Short track motor racing
• Snowmobile racing
• Sports car racing
• Sprint car racing
• Street racing
• Stock car racing
• Time attack
• Tractor pulling
• Touring car racing
• Truck racing
• Vintage racing
• Wheelstand competition

Motorboat racing
• Drag boat racing
• F1 powerboat racing
• Hydroplane racing
• Jet sprint boat racing
• Offshore powerboat racing
• Personal water craft

Motorcycle racing
• Auto Race
• Board track racing
• Cross-country rally
• Endurance racing
• Enduro
• Freestyle motocross
• Grand Prix motorcycle racing
• Grasstrack
• Hillclimbing
• Ice racing
• Ice speedway
• Indoor enduro
• Motocross
• Motorcycle drag racing
• Motorcycle speedway
• Off-roading
• Rally raid
• Road racing
• Superbike racing
• Supercross
• Supermoto
• Supersport racing
• Superside
• Track racing
• Trial
• TT racing
• Free-style moto

Marker sports
• Airsoft
• Archery
• Paintball
• Darts

Musical sports
• Color guard
• Drum corps
• Indoor percussion
• Marching band

Fantasy sports
• Quidditch
• Hunger Games(Gladiating)
• Pod Racing
• Mortal Kombat(MMA)

Other
• Stihl Timbersports Series
• Woodsman

Overlapping sports
• Tennis
• Polocrosse
• Badminton
• Polo

Skating sports
• Aggressive inline skating
• Artistic roller skating
• Figure skating
• Freestyle slalom skating
• Ice dancing
• Ice skating
• Inline speed skating
• Rinkball
• Rink hockey
• Roller derby
• Roller skating
• Short track speed skating
• Skater hockey
• Speed skating
• Synchronized skating

Freestyle skiing
• Snowboarding
• Ski flying
• Skibob
• Snowshoeing
• Skiboarding