powered by CADENAS

Social Share

TSV 1860 Munich (football) (11037 views - Sports List)

La section football du Turn- und Sportverein München von 1860, couramment abrégé en TSV München von 1860 ou 1860 München ou simplement 60 et partiellement francisé en TSV 1860 Munich ou Munich 1860 est un club de football allemand fondé en 1899 comme section football du Turnverein von 1860, club omnisports basé à Munich et fondé en 1860. Il dispute ses premiers matchs officiels en 1902 puis participe aux championnats de la fédération sud-allemande. Champion de Munich en 1909, le 1860 se distingue avec le FC Wacker Munich comme l'un des principaux concurrents du Bayern Munich et participe aux championnats de premier niveau de sa fédération. Scindé entre 1924 et 1934 entre TV 1860 et SV 1860, le club s'implique sous le Troisième Reich dans la collaboration avec les autorités nazies. Dirigé par la Sturmabteilung (SA), le TSV 1860 remporte avec le Tschammer-Pokal 1942, la Coupe d'Allemagne, son premier trophée d'envergure nationale. Par la suite membre fondateur de l'Oberliga Sud, le club s'impose à la fin des années 1950 comme le plus prestigieux de Munich. Il réalise dans les années 1960 ses meilleures performances. Devenu professionnel en 1963, le TSV 1860 dispute la finale de la Coupe d'Europe des Vainqueurs de Coupe en 1965 et est champion d'Allemagne en 1966. Il participe alors régulièrement aux compétitions européennes. Relégué en 1970 en Regionalliga (deuxième niveau), le TSV 1860 perd son ascendant sur la ville de Munich et, malgré un court retour en Bundesliga en 1977-1978 et 1980-1981, le club est relégué administrativement en 1982 en Bayernliga (troisième niveau). La nomination du président Karl-Heinz Wildmoser en 1990 amorce le renouveau du club, qui retrouve le plus haut niveau en 1994. À la fin des années 1990, le TSV 1860 joue à nouveau le haut de tableau, mais dès 2004, le club est relégué en 2. Bundesliga, où l'équipe professionnelle évolue depuis.
Go to Article

Explanation by Hotspot Model

TSV 1860 Munich (football)

TSV 1860 Munich (football)

TSV 1860 Munich (football)
TSV 1860 Munich
Généralités
Nom complet Turn- und Sportverein München von 1860 e. V.
Surnoms Die Löwen (Les Lions)
Fondation (omnisports)
(section football)
Couleurs Bleu ciel et blanc
Stade Grünwalder Stadion
(12 500 places)
Siège 81 547 Munich
Championnat actuel Regionalliga Bayern (D4)
Président Robert Reisinger
Entraîneur Vítor Pereira
Site web www.tsv1860.de (de)
Palmarès principal
National[1] Championnat d'Allemagne (1)
Coupe d'Allemagne (2)

Maillots

Domicile
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat d'Allemagne de football D2 2016-2017
0

La section football du Turn- und Sportverein München von 1860, couramment abrégé en TSV München von 1860 ou 1860 München ou simplement 60 et partiellement francisé en TSV 1860 Munich ou Munich 1860 est un club de football allemand fondé en 1899 comme section football du Turnverein von 1860, club omnisports basé à Munich et fondé en 1860. Il dispute ses premiers matchs officiels en 1902 puis participe aux championnats de la fédération sud-allemande. Champion de Munich en 1909, le 1860 se distingue avec le FC Wacker Munich comme l'un des principaux concurrents du Bayern Munich et participe aux championnats de premier niveau de sa fédération.

Scindé entre 1924 et 1934 entre TV 1860 et SV 1860, le club s'implique sous le Troisième Reich dans la collaboration avec les autorités nazies. Dirigé par la Sturmabteilung (SA), le TSV 1860 remporte avec le Tschammer-Pokal 1942, la Coupe d'Allemagne, son premier trophée d'envergure nationale. Par la suite membre fondateur de l'Oberliga Sud, le club s'impose à la fin des années 1950 comme le plus prestigieux de Munich. Il réalise dans les années 1960 ses meilleures performances. Devenu professionnel en 1963, le TSV 1860 dispute la finale de la Coupe d'Europe des Vainqueurs de Coupe en 1965 et est champion d'Allemagne en 1966. Il participe alors régulièrement aux compétitions européennes.

Relégué en 1970 en Regionalliga (deuxième niveau), le TSV 1860 perd son ascendant sur la ville de Munich et, malgré un court retour en Bundesliga en 1977-1978 et 1980-1981, le club est relégué administrativement en 1982 en Bayernliga (troisième niveau). La nomination du président Karl-Heinz Wildmoser en 1990 amorce le renouveau du club, qui retrouve le plus haut niveau en 1994. À la fin des années 1990, le TSV 1860 joue à nouveau le haut de tableau, mais dès 2004, le club est relégué en 2. Bundesliga, où l'équipe professionnelle évolue depuis.

Sommaire

Historique

Débuts du club (1899-1924)

Le Münchner Turnverein (en français : « Association de gymnastique munichoise ») est fondé le dans le cadre du mouvement gymnique allemand, mais est rapidement interdit. Le club est refondé le [2] et grandit doucement : de 150 membres en 1860, il passe à 800 en 1885 et 1 739 en 1900[3].

Le football commence à se développer à Munich à la fin du XIXe siècle. Les premiers clubs de football fondés sont le 1. Münchner Fußball-Club von 1896 et le FC Nordstern 1896 München, tous deux créés en 1896. La section football du TSV 1860 Munich débute en 1899. Elle est fondée le comme TV-Unterabteilung für Kicker (ce qui peut se traduire approximativement en français par « Sous-section du TV pour le [jeu de] bottage[note 1] »)[4]. Comme ailleurs en Allemagne, le football commence au TV 1860 de manière plutôt informelle, et les premiers footballeurs jouent dans la rue[4]. Malgré l'opposition que les dirigeants des Turnvereine portaient généralement au football et à l'influence britannique dans le sport[H 1], la section football du TV 1860 prend un essor important et devient une branche dynamique du club omnisports[3].

En comparaison avec le reste de l'Allemagne du Sud — Alsace-Lorraine, Bade, Wurtemberg, Hohenzollern et Hesse — le football arrive donc relativement tardivement à Munich, pourtant plus grande ville de la région[C 1],[note 2]. Les premières équipes munichoises se divisent en deux catégories : d'une part, les sections football des grands Turnvereine, clubs omnisports centrés sur la gymnastique, notamment le Turnverein vom Jahre 1860 (TV 1860) et le Männer-Turn-Verein von 1879 (MTV 1879) ; et d'autre part un grand nombre de clubs nouveaux, centrés uniquement sur le football, comme le FC Nordstern, le FC Bayern et le FC Wacker[C 1].

Le , le TV 1860 dispute son premier match officiel face au 1. Münchner Fußball-Club von 1896. Le match est perdu 4-2[5]. À l'automne 1903, le TV 1860 joint le Münchner Fußballbund, fédération munichoise de football et, en 1905, il rejoint le Süddeutscher Fußball-Verband, fédération d'Allemagne du Sud[3]. En 1909, le club remporte pour la première fois le Championnat de Munich, acquérant ainsi le premier titre de son histoire[4].

En 1911, le TV 1860 s'installe sur un terrain de la Grünwalder Straße, connu plus tard comme Grünwalder Stadion[5]. Le TV 1860 évolue alors en Classe A, championnat de premier niveau qu'il fréquente depuis 1905[6]. Il y réalise sa meilleure performance en 1909, où il est troisième de son groupe, derrière le MTV 1879 et le FC Bayern, mais devant le FC Wacker et la Turngemeinde[6]. En 1912-1913, le club termine huitième et dernier de sa poule d'Ostkreis-Liga, championnat qui remplace la Classe A, désormais deuxième niveau. Ainsi, les Sechsziger subissent la première relégation de leur histoire[7]. De ce fait, en 1913-1914, le TV 1860 évolue en Classe A, championnat de deuxième niveau dont il finit champion, ce qui lui permet de retrouver l'élite régionale[6]. Les championnats sont toutefois interrompus en 1914-1915 mais reprennent pour le reste de la Première Guerre mondiale. À l'issue du Championnat d'Automne 1915, le TV 1860 affronte le FC Bayern en finale de la Kriegsgaumeisterschaft, à l'avantage du FC Bayern (2-0; 1-1)[6]. Au printemps 1916, les deux clubs sont dans une situation analogue, mais cette fois-ci, c'est le TV 1860 qui s'impose et accède à la finale de Bavière du Sud, puis à la finale régionale[6].

Après une brève interruption des championnats en raison de la Révolution allemande de 1918-1919, ceux-ci reprennent rapidement, dès l'automne 1919[C 2],[F 1]. C'est à cette période que le club adopte la dénomination historique de Turn- und Sportverein München von 1860[3]. Le TSV 1860 fait alors partie des trois clubs dominant le football à Munich, avec le FC Bayern et le FC Wacker[C 3] se distinguant au cours des années 1920 comme une « troisième force » dans le football munichois[F 2]. Le Süddeutscher Fußball-Verband, (en français : Fédération de football d'Allemagne du Sud), amputé de l'Alsace-Lorraine, divise ses championnats de premier niveau en dix poules de Kreisliga[8]; en 1919-1920, le 1860 finit deuxième du groupe Südbayern (en français : « Bavière du Sud »), dont sept des dix clubs participants proviennent d'ailleurs de Munich[9].

Scission entre TV 1860 et SV 1860 (1924-1934)

En 1924, le club est scindé en deux, entre Sportverein SV 1860 Munich et Turnverein TV 1860 Munich[E 1]. La division se justifie par des raisons politiques et sportives, le TSV 1860 étant tiraillé d'une part entre l'influence communiste apportée par les ouvriers membres du club et l'influence nationaliste découlant de l'adhésion à la Deutsche Turnerschaft, mais également par les tensions opposant les gymnastes aux autres sections, plus « orientées vers la compétition »[E 1]. Malgré la scission, les deux clubs restent très proches d'un point de vue organisationnel et très imbriqués l'un dans l'autre[E 1].

Deuxième de Bezirksliga en 1927[10], le TSV 1860[note 3] remporte les repêchages et se qualifie pour le championnat pour le titre national[11]. Vainqueur du FC Schalke 04 en huitièmes de finale et du VfB Leipzig en quarts de finale, le club munichois quitte la compétition à l'issue des demi-finales, battu 4-1 par le futur champion : le 1. FC Nuremberg[12],[13]. En juin 1927, le TSV 1860 remporte un tournoi international organisé à Paris[E 2]. Peu après, il remporte la Goldene Schale (en français : « coquille d'or »), compétition amicale organisée par le FC Wacker[F 3].

En 1929, Heinrich Zisch, président emblématique du club, devient président unique du SV 1860 et du TV 1860[E 1].

Au début des années 1930, de plus en plus de membres actifs du club rejoignent le NSDAP et les SA. Parallèlement, les SA qui souhaitent pratiquer le sport choisissent en priorité le TV 1860[14]. Le TV 1860 compte notamment parmi ses membres Wilhelm Brückner, adjudant personnel du Chancelier du Reich[E 3]. En 1931, comme en 1927, le SV 1860 participe au championnat pour le titre national[E 1] après avoir remporté les play-off nationaux[15] et atteint la finale, jouée face au tenant du titre, le Hertha BSC[16]. Les Munichois s'inclinent sur le score de 3-2 dans un match à l'arbitrage contesté; le club aurait d'ailleurs reçu peu après un télégramme du Hertha BSC déclarant « Nous félicitons les vrais champions d'Allemagne »[E 1],[note 4].

Quand les Nazis arrivent au pouvoir, en janvier 1933, la cellule nationale-socialiste au sein du TV 1860 a déjà atteint un poids suffisant pour prendre l'ascendant sur le club et, avec le soutien du maire de Munich Karl Fiehler, elle en prend la direction[14]. À partir de 1933, les championnats allemands sont réorganisés et les meilleurs clubs participent aux Gauligen, championnat sous l'égide des autorités nazies. En 1933-1934, le SV 1860 finit deuxième, juste derrière le 1. FC Nuremberg[17].

Le , le TV 1860 et le SV 1860 fusionnent pour former à nouveau le TSV 1860[E 4]. La réunion se fait en parallèle d'une centralisation forcée des mouvements sportifs sous l'autorité du gouvernement nazi, arrivé au pouvoir en janvier 1933[E 4].

Le TSV 1860 sous l'emprise des SA (1934-1945)

Dès 1934 et jusqu'à la chute du Troisième Reich, la gestion du club est assurée par les membres du club également membres de la Sturmabteilung (SA), organisation paramilitaire du NSDAP[E 4].

Selon Anton Löffelmeier, le TSV 1860 est le club munichois qui s'est le plus impliqué dans la collaboration avec les autorités nazies pendant cette période[18]. En effet, le TSV 1860, omnisports par nature, était doté d'une importante section de gymnastique[note 5], membre de la Deutsche Turnerschaft, association qui regroupe l'ensemble des clubs de ce genre au niveau national. Cette dernière était très impliquée dans la machine de propagande nazie, ce qui a facilité la nazification du club dans son entier[19]. En raison de cet engagement, les joueurs du TSV 1860 sont envoyés au Reichsarbeitsdienst, sorte de service civil obligatoire, plutôt qu'enrôlés dans la Wehrmacht, l'armée allemande, et envoyés au front[20]. Ce traitement de faveur leur permettait de rester sur Munich et donc de continuer à jouer au football. À partir de 1942, les voyages de plus de 50 km sont interdits, en conséquence de quoi la Gauliga Bayern est divisée en deux[E 5]. Le TSV 1860 est le premier champion du groupe Südbayern (en français : Bavière du Sud), où son seul concurrent sérieux était le FC Bayern[E 5].

À l'issue de la saison 1940-1941, le TSV 1860 remporte pour la première fois la Gauliga Bavière[F 4]. Affecté au groupe 4 du tournoi final, ses trois victoires sont insuffisantes pour se qualifier pour les demi-finales du Championnat d'Allemagne de football 1940-1941, place qui échoue au Rapid Vienne, qui finira par ailleurs champion[21],[note 6].

En novembre 1942, le TSV 1860 remporte avec le Tschammer-Pokal 1942, la Coupe d'Allemagne, son premier trophée d'envergure nationale, ce qui lui permet de sortir de l'ombre du FC Bayern[E 6]. En octobre 1943, un bombardement allié endommage sérieusement le Grünwalder Stadion[E 6]. Par la suite, les championnats de Bavière et en particulier la Gauliga 1944 sont annulés, alors que le TSV 1860 était troisième[E 6]. Pour la saison 1944-1945, les championnats de Bavière sont divisés en cinq groupes, dont un regroupant la région de Munich. Le TSV 1860 y côtoie d'autres clubs de Munich, de Fürstenfeldbruck et d'Ingolstadt. En raison de l'avancée de la guerre, les championnats sont interrompus et les matchs manquants jamais joués. Le TSV 1860 était alors deuxième[22].

Vers la Bundesliga (1945-1963)

En application des accords de Yalta, la Bavière est intégrée à la Zone d'occupation américaine en Allemagne dès mai 1945. Le TSV 1860 est membre fondateur de l'Oberliga Sud, nouveau championnat de premier niveau mis d'abord en place au niveau des zones d'occupation alliée puis selon des groupes géographiques[23],[A 1]. Pour sa première saison après la guerre, le TSV 1860 finit neuvième des seize clubs engagés en Amerikanische Zonenmeisterschaft (en français : Championnat de la Zone américaine)[24]. Le club vit en parallèle une dénazification de ses instances dirigeantes, ce qui le handicape par rapport à d'autres clubs qui voient au contraire revenir leurs dirigeants d'avant 1933[25].

En raison d'une réforme des championnats allemands visant à l'introduction du professionnalisme, la saison 1962-1963 est la dernière à adopter le format des Oberligen[26]. La sélection des équipes autorisées à disputer la saison suivante dans la nouvelle poule nationale professionnelle se fait suivant un classement pondéré des douze dernières saisons, mais le classement de la dernière saison est déterminant pour les clubs candidats. L'équipe de l'entraîneur Max Merkel commence la saison avec difficultés[F 5] mais termine toutefois vainqueur du groupe Sud, devant le 1. FC Nuremberg[27] et gagne ainsi le droit de participer à la nouvelle Bundesliga, qui adopte le format d'un championnat national professionnel. Ainsi, en 1963, le TSV 1860 participe au dernier tournoi final organisé par le DFB pour le titre de champion d'Allemagne. Affecté au groupe II avec le BV 09 Borussia Dortmund, le VfB Borussia Neunkirchen et le Hambourg SV, le TSV 1860 bat le Borussia Neunkirchen et le HSV, mais est battu 4-0 par le Borussia Dortmund, ce qui l'empêche d'atteindre la finale[B 1].

Âge d'or du club (1963-1970)

Sélectionné parmi les seize clubs autorisés à disputer le nouveau championnat professionnel, la Bundesliga 1963-1964, le TSV 1860 finit septième[28]. Cette saison ouvre la voie à une période dorée pour le club qui « enchaîne les coups » pendant les trois années qui suivent[28].

En 1964, le TSV 1860 participe à sa première compétition européenne, la Coupe d'Europe des Vainqueurs de Coupe. Le club atteint la finale, qu'il perd 2-0 face à West Ham United[A 2]

Lent déclin (1970-1990)

De 1970 à 1977, le TSV 1860 joue la montée en Bundesliga, finissant souvent à quelques points seulement de cet objectif[A 3]. Pour sa première saison à ce niveau, les Sechziger finissent quatrièmes sur dix-neuf, dans un groupe largement dominé par le 1. FC Nürnberg[29]. En 1974, en raison d'une réforme des championnats, le TSV 1860 rejoint la nouvelle 2. Bundesliga qui remplace la Regionalliga au deuxième niveau du système pyramidal d'organisation des championnats[A 3].

Au printemps 1981, la gestion financière des Lions commence à devenir problématique et le club ne peut rembourser un emprunt de 3,5 millions de Marks qu'elle doit à l'Hypo-Bank[30]. Toutefois, l'action conjuguée de Peter Englert, Sepp Hilz et Franz Bickel, mécènes du club, permet de préparer la saison suivante avec une relative sérénité[30]. Le club construit une équipe compétitive mais « pas trop chère », menée notamment par le buteur Rudi Völler[30]. À l'issue de la saison 1981-1982 toutefois, malgré la quatrième place du club en 2. Bundesliga, le DFB décide de retirer sa licence à la section football du TSV 1860 pour raisons financières[30].

Ère Wildmoser et retour au professionnalisme (1990-2004)

En 2. Bundesliga 1993-1994, le , avant la dernière journée, un des trois places qualificatives pour la Bundesliga est encore accessible au TSV 1860. Tandis que le Hamburger SV perd face au VfL Wolfsbourg, le TSV 1860 bat le FC Sankt Pauli, avec lequel il était à égalité de points ; ainsi, le club munichois termine la saison à la troisième place et devient le premier club bavarois à réussir la double-montée Bayernliga-Bundesliga, championnat qu'il retrouve pour la première fois depuis 1981[31].

La saison 2003-2004, marquée notamment par un scandale de corruption impliquant le président Wildmoser et un imbroglio sur le limogeage de l'entraîneur Falko Götz provoquant la démission du vice-président du club[32], est tout aussi compliquée sur le plan sportif.

Stagnation en 2. Bundesliga (2004-2017)

Pour sa première saison en 2. Bundesliga depuis 1994, le club se fixe comme objectif la remontée immédiate. Toutefois, dès décembre 2004, à la suite d'une défaite 5-1 face à l'Alemannia Aachen, l'entraîneur Rudolf Bommer estime l'objectif impossible à tenir et est remercié peu après[32]. Après une seconde moitié de saison de meilleure facture, marquée notamment par une série de 16 matchs sans défaite[33], les Lions finissent quatrièmes, à quatre points seulement de la troisième place[2],[34].

En 2014, selon l'ancien entraîneur Reiner Maurer, la crise que vit le club se justifie par « une rupture avec de nombreux joueurs qui ne connaissent ni la Ligue ni la langue »[35]. Le club, qui vise la montée en Bundesliga, commence la saison en ne récoltant que six points en sept rencontres et en renvoyant son entraîneur[36]. Éprouvant de grandes difficultés à domicile[37], le club finit seizième, à égalité de points avec le premier relégué, le FC Erzgebirge Aue, et doit disputer les barrages de relégation[38] qu'il remporte face au Holstein Kiel, gagnant le match retour grâce à un but marqué dans le temps additionnel[39],[40].

En 2015-2016, le TSV 1860 réalise une saison calamiteuse si bien qu'en avril 2016, l'équipe se classe encore avant-dernière et les dirigeants envisagent sérieusement une relégation historique en 3. Liga[41]. Sous l'entraineur par intérim Daniel Bierofka, le TSV parvient in extremis à sauver sa place en 2. Bundesliga grâce à trois victoires consécutives en fin de saison[42].

Relégation au niveau régional (depuis 2017)

En 2016-17, l'équipe termine 16ème de 2. Bundesliga après une défaite 1-2 contre 1. FC Heidenheim 1846. Ils font 1-1 et 0-2 dans les matchs de relégation contre Jahn Regensburg et sont donc relégués. Le directeur général Ian Ayre et le président Peter Cassalette ont démissionné de leur poste[43],[44]. Le , il est annoncé que 1860 n'est pas en mesure d'obtenir une licence en 3. Liga pour la saison 2017-18. Par conséquent, le club descend en 4ème division, la Regionalliga Bayern[45].

Palmarès et résultats sportifs

Titres et trophées

Avant l'introduction du professionnalisme et l'accession du club à la Bundesliga en 1963, le TSV 1860 Munich remporte plusieurs titres régionaux et remporte notamment son groupe de Gauliga Bayern en 1941 et en 1943. Après la Seconde Guerre mondiale, le TSV 1860 termine champion d'Oberliga Sud en 1963, remportant également deux 2. Oberliga, le championnat de niveau directement inférieur.

Le TSV 1860 remporte son premier titre de niveau national en 1942, où le club gagne le DFB-Pokal pour la première fois. Le club remporte un second DFB-Pokal en 1964, puis est champion d'Allemagne pour la seule fois de son histoire à l'issue de la Bundesliga 1965-1966. C'est à la même période que le club réalise ses meilleures performances européennes, avec notamment une finale de la Coupe d'Europe des Vainqueurs de Coupe 1964-1965.

Relégué en 1970, le club est champion de 2. Bundesliga Süd en 1979, puis, à la suite du retrait de sa licence professionnelle, remporte trois fois la Bayernliga dans les années 1980.

Le tableau suivant liste le palmarès du TSV 1860 dans les principales compétitions officielles auxquelles il a participé :

Compétitions internationales Compétitions nationales Compétitions régionales
  • 2. Oberliga Süd (2) :
    • Champion : 1955, 1957
  • Bayernliga (3) :
    • Champion : 1984, 1991, 1993
    • Vice-champion : 1986, 1990

Parcours en Coupe d'Allemagne

Tschammer-Pokal (1935-1945)

La première Coupe d'Allemagne est organisée en 1935 : le Tschammer-Pokal, nommée d'après Hans von Tschammer qui en est à l'origine[46].

En 1942, le TSV 1860 atteint la finale, qu'il dispute le au Stade olympique de Berlin face au FC Schalke 04[F 6]. Le TSV 1860 s'impose 2-0 grâce à des réalisations de Heinz Krückeberg et Ernest Wilimowski[F 6]. Ce premier trophée d'envergure nationale constitue une grande victoire pour le club, alors soutenu par le NSDAP et dirigé par les SA[E 6]. L'année suivante, en 1943, le TSV 1860 est toutefois éliminé dès le premier tour par son rival du Bayern Munich[47].

DFB-Pokal (depuis 1953)

Sous la direction de Max Merkel, l'équipe remporte la compétition pour la deuxième fois en 1963-1964 en battant l'Eintracht Francfort 2-0 en finale[48].

En 2015-2016, le TSV 1860 est éliminé en huitièmes de finale par le VfL Bochum[49].

Parcours en Coupe de la Ligue

En 1972, la Fédération allemande de football organise une compétition d'avant-saison en ouverture des Jeux olympiques d'été de 1972, disputés à Munich : le Liga-Pokal (en français : Coupe de la Ligue)[50]. Le TSV 1860 est affecté au groupe 8, avec le FC Bayern Munich, le FC Bayern Hof et le VfB Stuttgart[51]. Pour son premier match dans la compétition, le , le club s'impose 3-0 face au FC Bayern Hof[52]. Le , en inauguration du Stade olympique de Munich, le TSV 1860 affronte le FC Bayern Munich devant 80 000 spectateurs, un record, et s'incline 3-1[53]. Enfin, le , le 1860 perd 5-1 face au VfB Stuttgart, bien qu'ayant tenu le 0-0 jusqu'à la mi-temps[54]. Lors du cycle retour, le TSV 1860 ne gagne aucun match, obtenant un nul 0-0 face à Stuttgart le [55] mais perdant 5-3 face au FC Bayern Munich le [56] puis à nouveau 5-3 face au FC Bayern Hof le [57]. Dernier de sa poule, le club est éliminé de la compétition[58].

Le DFL-Liga Pokal n'est pas reconduit est n'est réintroduit qu'en 1997 sous une forme différente, seules les six équipes les mieux classées de Bundesliga étant invitées[59]. Ses performances lors de la saison 1999-2000 permettent au TSV 1860 de participer au tour préliminaire où il affronte le 1. FC Kaiserslautern. Le club palatin, déjà participant en 1998 et 1999[60], élimine le TSV 1860 le sur le score de 2-0, grâce à des buts d'Igli Tare à la 8e minute et de Jeff Strasser à la 23e minute[61].

Participation aux compétitions européennes

En 1964, le TSV 1860, vainqueur du DFB-Pokal, est qualifié pour la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe 1964-1965, première compétition européenne qu'il dispute[28]. Pour son entrée dans la compétition, au premier tour, le TSV 1860 élimine l'US Luxembourg après l'avoir battu 0-4 à au match aller et 6-0 au match retour[62]. Le , en huitièmes de finale, l'équipe bat le FC Porto 1-0. Le nul 1-1 qu'il obtient en match retour suffit à le qualifier pour les quarts de finale[63] où il affronte le Legia Varsovie. Le , le TSV 1860 l'emporte 4-0 sur le club polonais[64]. Au match retour, les deux clubs se neutralisent (0-0), permettant au TSV 1860 de continuer dans la compétition[65].

Bilan sportif

Records et distinctions

Joueurs et entraîneurs

En 1981-1982, le buteur Rudi Völler, auteur de 37 buts en 37 matchs joués, est meilleur buteur de 2. Bundesliga[30].

En 1999-2000, l'attaquant Martin Max, auteur de 19 buts, termine meilleur buteur du championnat[G 1]. Il est à nouveau meilleur buteur en 2001-2002, avec 18 réalisations[G 1].

En 2008, Klaus Fischer se classait, avec 535 matchs joués, sixième joueur le plus capé de Bundesliga. Fischer, qui évoluait au TSV 1860 de 1968 à 1970, a joué 60 matchs sous le maillot bleu et blanc[G 2],[66]. Fischer est également, avec 268 buts marqués dont 28 au TSV 1860, le deuxième meilleur buteur de l'histoire de la Bundesliga[G 3].

Depuis 2005, la Fédération allemande de football récompense les meilleurs jeunes footballeurs allemands avec la Médaille Fritz Walter. En 2006, le joueur du TSV 1860 Lars Bender remporte une médaille d'or dans la catégorie des moins de 17 ans, tandis que ses coéquipiers Alexander Eberlein et Sven Bender reçoivent respectivement une médaille d'argent dans la catégorie des moins de 18 ans et de bronze dans la catégorie des moins de 17 ans[67]. En 2008, Florian Jungwirth est honoré par une médaille d'argent dans la catégorie des moins de 19 ans[68]. En 2010, Peniel Mlapa reçoit une médaille d'or dans la catégorie des moins de 19 ans[69].

Championnat professionnel

Dans le classement perpétuel de la Bundesliga, en 2008, le TSV 1860 se classait à la vingtième position, avec 20 saisons disputées, comme l'Eintracht Brunswick[G 4]. En 2016, le TSV 1860 n'est plus que 21e[70].

En Bundesliga, le match le plus riche en buts est une victoire 9-2 le face au Hambourg SV[71].

En 2. Bundesliga, la plus longue série de matchs sans défaite date de 2004-2005, où l'équipe reste invaincue de la 18e à la 33e journée, soit pendant 16 rencontres[33]. La plus longue série de matchs sans victoire date de 2015, où le club ne gagne aucun match entre la 34e journée de la saison 2015-2015 et la 12e journée de la saison 2015-2016, soit pendant 13 matchs[33].

Structure du club

Structures sportives

Stade

À partir de 1904, les joueurs s'entraînent sur un terrain sur le Schyrenwiese, situé à proximité d'un bâtiment appartenant au club et faisant office de club-house[4]. Le siège du club est basé depuis 1908 dans le quartier populaire de Giesing, à Munich[E 7].

En 1911, les footballeurs du Turnverein s'installent sur un terrain situé au sur la Grünwalder Straße, qui sert alors pour les matchs officiels du club[5]. En 1922, le TSV 1860 achète ce terrain, qui appartenait auparavant à la ville de Munich et y entreprend la construction d'un stade de football moderne[E 1]. Le stade est inauguré quatre ans plus tard sous le nom de Heinrich-Zisch-Stadion[E 1], dénomination choisie en l'honneur d'un ancien président du club[5]. Ainsi, en 1926, le TSV 1860 dispose d'un stade d'une capacité de 40 000 places[72].

Construit pour les Jeux olympiques d'été de 1972, l'Olympiastadion est utilisé conjointement par les deux clubs. Le TSV 1860 ne déménage toutefois que partiellement à l'Olympiastadium, conservant un pied à terre au Grünwalder[D 1]. À partir des années 1990, où les deux clubs évoluent en Bundesliga, le stade devient impopulaire, en particulier auprès des fans du FC Bayern, car « il ne correspond plus aux attente du football moderne »[D 1].

En 2001, le Bayern Munich et le TSV 1860 Munich engagent conjointement des négociations pour la construction d'un nouveau stade[D 1]. En juillet 2001, la municipalité décide d'attribuer des terrains pour la construction du nouveau stade, dans le district de Fröttmaning[D 1] dans la périphérie nord de Munich. En février 2002, les deux clubs choisissent de concert le projet du cabinet d'architectes Herzog & DeMeuron[D 2]. Le stade est inauguré pour la Coupe du monde de football de 2006 sous le nom FIFA World Cup Stadium Munich avant d'être renommé pour des raisons de naming « Allianz Arena ».

Dans les années 2010, la baisse de niveau sportif des Lions entraîne une diminution des affluences. Ainsi, la WM-Arena, d'une capacité de 70 000 places, devient trop grande pour le club. De ce fait, en 2016, le club prévoit un retour complet au Grünwalder Stadion, onze ans après l'avoir officiellement quitté[73].

Autres équipes

Centre de formation

Depuis la saison 2001-2002, les clubs professionnels allemands sont obligés de disposer d'un centre de formation des jeunes footballeurs[74]. Le TSV 1860 se dote alors d'un centre de formation, la Löwen-Fußball-Akademie (en français : Académie de football des Lions). La première pierre du nouveau bâtiment destiné à accueillir les jeunes footballeurs est posée en juin 2001 et le bâtiment est officiellement terminé le [75], en présence de la Ministre d'État bavaroise de l'enseignement et des affaires culturelles Monika Hohlmeier. Le nouveau bâtiment comprend quatorze logements, occupés en 2003 par douze jeunes joueurs du club et deux joueurs-visiteurs chinois[76].

Malgré la relégation en 2. Bundesliga, le centre de formation du TSV 1860 reste une « excellente et productive académie », l'une des meilleures d'Allemagne[77]. En outre, en raison de sa forte popularité à Munich et dans ses alentours, le club parvient à attirer nombre de joueurs de talents, qu'il parvient à entraîner jusqu'au plus haut niveau[77]. Ainsi, dans les années 2000 et 2010, le TSV 1860 est notamment le club formateur des jumeaux Lars et Sven Bender, de Kevin Volland, Julian Weigl, Fabian Johnson ou de Julian Baumgartlinge[77].

En parallèle de son académie de football, le TSV 1860 propose depuis la fin des années 1990, à travers la Löwen-Fußballschule (en français : École de football des lions), une offre sportive destinée aux enfants et adolescents de 8 à 14 ans. La Löwen-Fußballschule n'ouvre que pendant les vacances de printemps et d'été et dispense des activités sportives variées sous la tutelle des entraîneurs juniors du TSV 1860[78].

Association omnisports

Le TSV 1860 Munich est avant tout un club omnisports, dont les origines remontent à mars 1848. Fondé une première fois le et rapidement dissout en raison des lois restrictives du Royaume de Bavière, le club est refondé le sous le nom de Münchener Turnverein[3]. Il entretient dans ses premières années une rivalité certaine avec le MTV 1879, l'autre grand Turnverein de la ville[3].

Aspects juridiques et économiques

Statut juridique et légal

Depuis le , la section football du TSV 1860 est gérée par la TSV München von 1860 GmbH und Co. KGaA[B 2],[note 8].

Éléments comptables

En 1982, le club, qui vient de manquer de peu une remontée immédiate en Bundesliga, accuse une dette de 8 millions de Marks[30]. La situation financière exsangue du club pousse la Fédération allemande à retirer sa licence au TSV 1860, qui est alors contraint de repartir en Bayernliga (troisième niveau), avec un statut amateur[30].

Sponsors

Principaux sponsors et équipementiers du club depuis 1963[79]
Période Équipementier Sponsor Branche
1963–1973 Adidas Pas de sponsor
1973–1976 Frucade Boissons
1976–1979 Puma
1979–1981 Beiersdorf Cosmétiques
1981–1983 Hedos Habillement
1983–1986 Vereinigte Versicherung Assurances
1986–1988 Löwenbräu Brasserie
1988–1990 Karnehm Mobilier
1990–1991 Hacker-Pschorr Brasserie
1991–1993 Lancia Automobile
1993–1994 Lotto Ha-Ra Nettoyage
1994–1995 Löwenbräu Brasserie
1995–1999 Nike
1999–2002 FTI Tourisme
2002–2005 Liqui Moly Lubrifiants
2005–2006 Festina Montres
2006–2007 Kappa Bwin Vêtements de sport
2007–2008 Trenkwalder Ressources humaines
2008–2009 Erima
2009–2010 Liqui Moly Lubrifiants
2010–2011 Comarch Informatique
2011–2013 Uhlsport Aston Martin Automobile
2013–2015 Volkswagen Automobile
2015– Macron

En 2016, la banque Stadtsparkasse München, filiale du Deutscher Sparkassen- und Giroverband, propose des cartes bancaires aux couleurs du TSV 1860[J 1].

Personnalités du club

Présidents

Le TSV 1860 étant un club omnisports, la liste des présidents de la section football se confond avec celle des présidents du TSV 1860 omnisport et remonte de ce fait jusqu'en 1860, date de fondation de la structure principale.

En 1934 ou 1935, Fritz Ebenböck reste président pendant un mois seulement[18]. Malgré son court mandat, la présidence d'Ebenböck constitue un tournant pour le club, ce dernier étant un nazi notoire, membre du NSDAP depuis 1922[18]. De 1936 à 1945, c'est le SA Emil Ketterer qui préside le club[48]. À partir de 1941, la gestion de la section football échoit à Sebastian Gleixner, membre nazi du conseil municipal de Munich et décrit unanimement comme « impitoyable »[3]. Gleixner, qui arborait fièrement son uniforme des SA, le revolver à la ceinture, est un symbole de la nazification réussie des dirigeants du 1860[18].

En 2004, le président du club Karl-Heinz Wildmoser est accusé de corruption dans le cadre d'une affaire retentissante liée à la construction du FIFA World Cup Stadium Munich[80]. Le versement d'un pot-de-vin de 2,6 millions d'euros est notamment mis en cause. Cette affaire prend une telle ampleur que les responsables politiques allemands craignent alors qu'elle entame la crédibilité de l'Allemagne pour l'organisation de la Coupe du monde de football de 2006[80].

Gerhard Mayrhofer, président depuis juillet 2013, se retire en juin 2015 en raison d'une lutte d'influence avec l'actionnaire majoritaire Hasan Ismaik[81]. Début 2016, il quitte définitivement le club en raison de ce même différend[82]. Son successeur est Peter Cassalette[81]. Cassalette, qui se veut « rassembleur » dans un club « en plein chaos » tant en raison des mauvais résultats sportifs que du conflit avec les actionnaires jordaniens, est reconduit en assemblée générale en 2016, mais avec seulement 238 des 401 suffrages exprimés[83].

Liste des présidents

Le tableau suivant présente la liste des présidents du club depuis 1848[A 4].

Présidents du TSV 1860 Munich
Rang Nom Période
1 T. Främke 1848
2 Adolf Schwarz 1848-1849
3 A. Sander 1849
4 Zacharias Lechner 1850
5 Anton Birklein 1850
de 1850 à 1860 : président non-connu
6 Ludwig Schnittler 1860-1861
7 Johann Lautenhammer 1862-1867
8 Heinrich Kutzner 1868-1869
9 Eugen Gogel 1870
10 Matthias Waigerleitner 1871-1880
11 Heinrich Kutzner (2) 1881-1889
12 Georg Näher 1890-1900
13 Karl Uhl 1901-1907
Rang Nom Période
14 Nikolaus Schmelz 1908-1913
15 Heinrich Zisch 1914-1918
16 Nikolaus Schmelz (2) 1919
17 Ernst Müller-Meiningen 1919
de 1924 à 1934 : séparation entre SV 1860 et TV 1860
18 Fritz Ebenböck 1935
19 Ludwig Holzer 1936
20 Emil Ketterer 1937-1945
21 Willi Scholl 1946
22 Alfred Radschuweit 1947
23 / Heinz Treptau 1948-1951
24 Adalbert Wetzel 1952-1969
25 Franz Sackmann 1969-1974
26 Erich Riedl 1974-1981
Rang Nom Période
27 Richard Müller 1982-1983
28 Karl Heckl 1984-1988
29 Liselotte Knecht 1988-1992
30 Karl-Heinz Wildmoser 1992-2004
31 Karl Auer 2004-2006
32 Alfred Lehner 2006-2007
33 Albrecht von Linde 2007-2008
34 Rainer Beek 2008-2011
35 Dieter Schneider 2011-2013
36 Hep Monatzeder avril-juillet 2013
37 Gerhard Mayrhofer 2013-2015
38 Peter Cassalette Depuis 2015

Le tableau suivant présente les présidents du SV 1860 et du TV 1860 pendant la scission[A 4] :

SV 1860
Rang Nom Période
1 Heinrisch Zisch 1925-1930
2 Robert Werner 1931-1932
3 Fritz Ebenbock 1934
TV 1860
Rang Nom Période
1 Ernst Müller-Meiningen 1925-1929
2 Heinrisch Zisch 1929-1932
3 Wilhelm Hacker 1933-1934

Entraîneurs

Premiers entraîneurs (1913-1945)

En 1913, le prestigieux footballeur anglais Fred Spiksley[84] est le premier entraîneur connu du 1860. Après avoir été entraîneur en Suède, Spiksley profite de sa notoriété pour entraîner en Allemagne, mais il ne reste que peu de temps au TV 1860. Avant la Première Guerre mondiale, il est connu comme entraîneur du 1. FC Nuremberg[85].

Max Breunig, « premier joueur majeur en Allemagne », ancien capitaine du Karlsruher FV et de l'équipe d'Allemagne dans les années 1910, prends l'équipe munichoise en main pour la première fois en 1925[86]. Surnommé « der Lehrer » (en français : le professeur), il mène le SV 1860 en demi-finale du tour final pour le titre national du Championnat d'Allemagne où il est éliminé par le 1. FC Nuremberg, futur champion[87]. L'ancien international autrichien Richard Dombi Kohn, arrive au SV 1860 en 1928 en tant qu'entraîneur. Dans un club de plus en plus imprégné par le nazisme, il est l'un des rares juifs tolérés[88]. Il quitte le club en 1930 et revient à Munich en 1931, pour entraîner le FC Bayern, qu'il mène vers son premier titre de champion d'Allemagne[89]. Entre-temps, Max Breunig revient au SV 1860.

En 1935-1936, Rudolf Prokoph est entraîneur de l'équipe[90],[91].

Le défenseur des Lions Max Schäfer, finaliste pour le titre de Champion d'Allemagne en tant que joueur en 1931[92] reprend l'équipe en qualité d'entraîneur en 1937[93]. En 1942, c'est sous sa direction que le TSV 1860 remporte son premier trophée national : le DFB-Pokal[94].

Temps des succès (1945-1969)

En 1945, c'est l'ancien capitaine de l'équipe nationale allemande[95] et entraîneur-joueur du FC Bayern Ludwig Goldbrunner qui prend les rênes de l'équipe[96]. L'ancien gardien international Georg Ertl, au TSV 1860 de 1931 à 1943 le remplace en 1946[97],[98].

Déclin et reconstruction (1969-1992)

En 1991, l'entraîneur Karsten Wettberg promeut l'équipe en 2. Bundesliga, championnat qu'elle avait quitté en 1982. L'obtention de cette montée fait de lui une figure populaire de la culture Sechzig, même s'il ne parvient pas à maintenir le club qui retrouve la Bayernliga dès la saison suivante[99].

Entraîneurs en 1. et 2. Bundesliga (depuis 1992)

Le club, relégué en Bayernliga (troisième niveau), engage officiellement Werner Lorant le [100]. Lorant entraîne les Sechsziger pendant neuf ans, jusqu'en 2001, les menant jusqu'en Ligue des Champions de l'UEFA[101]. En raison de ses performances sportives, les meilleures du club depuis les années 1960, et de son caractère entier, il est considéré comme « une légende » parmi les fans du TSV 1860[102].

En 2003, l'ancien international junior est-allemand Falko Götz est nommé entraîneur. En raison des mauvais résultats de l'équipe, Götz est publiquement remercié par le vice-président du club Hannes Zehetmair en avril 2004, sans en être informé préalablement, provoquant un scandale dans les sphères du club[103] à la suite duquel Zehetmair est contraint à la démission[104].

À l'été 2004, le club engage Rudi Bommer avec comme objectif la remontée immédiate, mais ce dernier est remercié au bout de cinq mois en raison de ses performances jugées décevantes, inaugurant ainsi une certaine instabilité sur le poste d'entraîneur. Ainsi, fin 2013, après dix ans en 2. Bundesliga, l'équipe première a connu neuf entraîneurs différents[105]. Pessimiste quant aux chances de remontées immédiate du club, Bommer est congédié en décembre 2004 et remplacé par son adjoint, Reiner Maurer[32]. Ce dernier reste jusqu'en 2006 et est ainsi, avec 871 jours aux commandes de l'équipe, l'entraîneur ayant eu le plus long mandat depuis la relégation[105].

Pour la saison 2014-2015, le club engage le Néerlandais Ricardo Moniz, notamment Champion d'Autriche en 2012 avec le Red Bull Salzbourg. Ce dernier essaye d'imposer un football offensif, mais sans succès et est remercié après seulement sept matchs en raison des mauvaises performances de l'équipe. Il est remplacé par son adjoint, Markus von Ahlen, qui reprend ainsi la tête de l'équipe[36]. Von Ahlen est pour sa part démis de ses fonctions dès février 2015 sans avoir réussi à renouer avec les résultats[37].

Liste des entraîneurs

Le tableau suivant présente la liste des entraîneurs du club depuis 1913.

Entraineurs du TSV 1860[71]
Rang Nom Période
1 Fred Spiksley 1913
2 Josef Braumüller 1919-1925
3 Max Breunig 1925-1928
4 Richard Kohn 1928-1930
5 / Max Breunig (2) 1930-1934
6 Josef Rechenmacher 1934-1935
7 Rudolf Prokoph 1935-1936
8 Josef Braumüller (2) 1936-1937
9 Max Schäfer 1937-1938
10 Dietrich Tillmann 1938-1938
11 Otto Eckhardt 1939-1940
12 Franz Schmeifler 1940-1941
13 Max Schäfer (2) 1941-1945
14 Ludwig Goldbrunner 1945-1946
15 Georg Ertl 1946
16 / Max Schäfer (3) 1946-1951
17 Josef Molzer 1951-1952
18 Fred Harthaus 1952-1953
Rang Nom Période
19 Max Schäfer (4) 1953-1956
20 Hans Hipp 1956-1961
21 Max Merkel 1961-1966
22 Hans-Wolfgang Weber 1966-1967
23 Gunther Baumann 1967
24 Albert Sing 1967-1968
25 Hans Pilz 1968-1969
26 Fritz Langner 1969
27 Franz Binder 1969-1970
28 Hans Tilkowski 1970-1972
29 Alexander Schwartz 1972-1973
30 Rudi Gutendorf 1973-1974
31 Max Merkel (2) 1974-1975
32 Heinz Lucas 1975-1978
33 Eckhard Krautzun 1978-1979
34 Alfred Baumann 1979
35 Carl-Heinz Rühl 1979-1981
36 Vaclav Halama 1981-1982
Rang Nom Période
37 Willibert Kremer 1982
38 Bernd Schumm &
Kurt Schwarzhuber
1982
39 Erich Beer 1983
40 Bernd Patzke 1983-1984
41 Octavian Popescu 1984
42 Erich Beer 1984
43 Vaclav Halama 1984-1986
44 Dieter Kurz 1986
45 Fahrudin Jusufi 1986-1987
46 Thomas Zander 1987
47 Uwe Klimaschefski 1987-1988
48 Willi Bierofka 1988-1990
49 Karsten Wettberg 1990-1992
50 Werner Lorant 1992-2001
51 Peter Pacult 2001-2003
52 Falko Götz 2003-2004
53 Gerald Vanenburg 2004
Rang Nom Période
54 Rudolf Bommer 2004
55 Reiner Maurer 2004-2006
56 Walter Schachner 2006-2007
57 Marco Kurz 2007-2009
58 Uwe Wolf 2009
59 Ewald Lienen 2009-2010
60 Reiner Maurer (2) 2010-2012
61 Alexander Schmidt 2012-2013
62 Friedhelm Funkel 2013-2014
63 Markus von Ahlen 2014
64 Ricardo Moniz juin-sept. 2014
65 Markus von Ahlen (2) 2014-2015
66 Torsten Fröhling 2015
67 Benno Möhlmann 2015-2016
68 Kosta Runjaic 2016-nov. 2016
69 Vítor Pereira jan. 2017-

Joueurs

Vice-champions d'Allemagne 1931

Lors de la finale du championnat national pour le titre de 1931 face au Hertha BSC, le gardien de but est Alwin Riemke, arrivé au club en 1930 en provenance du VfB Leipzig[106]. Riemke avait déjà participé au tournoi final de la DFB l'année précédente, avec son ancien club[107], éliminé dès les huitièmes de finale par le Kieler SV Holstein[108].

En défense, Max Schäfer, au club depuis 1927, en est déjà un joueur emblématique[92]. Il est soutenu par l'ancien pilier du TSV 1896 Rain Fritz Neumayr[109].

Au milieu, l'entraîneur Max Breunig aligne Fritz Eiberle, futur international allemand[110], Ludwig Stock[111].

Les autres joueurs alignés sont Josef Wendl, Alois Pledl, Ludwig Lachner, Gustav Thalmeier, Ludwig Stiglbauer, Otto Oeldenberger et Anton Huber[112].

Après-guerre (1945-1963)

À la fin des années 1950, le défenseur Günter Rahm est un joueur récurrent de l'effectif. Il n'est toutefois pas très apprécié de l'entraîneur Max Merkel qui lui donne ce « conseil sarcastique » : « Ne joue pas, quand tu as la balle, donne la à quelqu'un d'autre »[F 7].

Équipe des années 1960 et champions d'Allemagne 1966 (1963-1969)

Le , Rudolf Zeiser est le premier buteur du club en Bundesliga face au KSV Hessen Kassel[F 8]. Le , pour sa première sélection en équipe d'Allemagne de l'Ouest, Rudi Brunnenmeier marque un but face à la sélection suédoise, au qualifications pour la Coupe du monde 1966[H 2].

L'équipe de la remontée (1982-1994)

Le capitaine du TSV 1860 au tournant des années 1990 Roland Kneißl est considéré comme « une légende » au TSV 1860. Surnommé « Magic »[note 9] en raison de son efficacité offensive en Bayernliga, il est l'un des « héros de la remontée » qui permettent au TSV 1860 de retrouver la 2. Bundesliga en 1991. En 1994, il est encore l'un des meneurs de l'équipe qui parvient à remonter en Bundesliga[113].

Le TSV 1860 à nouveau Bundesligist (1994-2004)

Au club de 1995 à 2003, le Bulgare Daniel Borimirov, réputé pour son jeu plutôt rugueux, se distingue comme « un des plus grands Lions de légende de tous les temps »[114]. Avec 239 matchs de Bundesliga à son actif, il est le quatrième joueur le plus capé du club dans ce championnat[A 5].

Joueurs en 2. Bundesliga (depuis 2004)

Équipe d'Allemagne

En 1927, Eugen Kling est le premier Lion à être sélectionné en équipe d'Allemagne[A 6]. Kling honore sa seule sélection le lors d'un match amical contre le Danemark[115],[116]. L'année suivante, Josef Hornauer est sélectionné trois fois, pour deux buts marqués[A 6], dont un face à la Suisse pendant les Jeux olympiques d'Amsterdam[H 3].

Lors d'un match amical face à la Suisse, en 1933, le milieu Fritz Eiberle honore sa seule sélection en équipe d'Allemagne[110].

Joueurs formés au club

L'international U19 Daniel Baier, formé au TSV 1860, fait ses débuts professionnels en 2003, à 19 ans seulement[117]. En mai 2007, il est transféré pour environs 450 000 euros au VfL Wolfsbourg[118]. Il devient par la suite, avec le FC Augsbourg, un joueur d'envergure européenne[119].

En Bundesliga 2015-2016, les effectifs des clubs comptent 19 joueurs formés au TSV 1860. Au Borussia VfL Mönchengladbach jouent notamment l'international autrichien Martin Stranzl et l'international américain Fabian Johnson, qui ont fait leurs premiers pas professionnels chez les Lions[120]. Au VfL Wolfsbourg, on retrouve les internationaux allemands Marcel Schäfer et Christian Träsch, au TSV 1860 de 2003 à 2007[120].

Liste

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.   (juin 2016).

Image et identité

Un club populaire au passé politique

L'implantation du club dans le quartier populaire de Giesing à Munich a permis au club d'obtenir le soutien des classes ouvrières, ceci dès ses premières années[E 1]. Ainsi, le TSV 1860 est réputé comme étant le club des travailleurs et des ouvriers[121]. L'implantation du club à Giesing est tellement forte que désormais, selon le journaliste David Schelp, ce n'est plus le quartier qui donne son identité au club, mais le club qui donne son identité au quartier et à ses habitants[122]. À Giesing, le TSV 1860 est omniprésent à travers des graffitis, des drapeaux et des fanions, au point que certains habitants se plaignent des nuisances provoquées par la présence du club, tandis que d'autres arguent que « le blanc et le bleu sont les bijoux de Giesing » et participent grandement à son charme[123].

Rivalités et amitiés

Avec le FC Bayern Munich

Article détaillé : Derby de Munich.

Le derby de Munich que le TSV 1860 dispute face au FC Bayern Munich est une rencontre très populaire tant à l'échelle locale que nationale. L'engouement autour de la rencontre provient tant de l'opposition identitaire et sportive des deux clubs que du fait qu'il n'y a que très peu de derbys stricto sensu dans le football allemand[124]. Les deux clubs s'opposent jusque dans les contextes de leurs créations respectives, relevant de deux mouvances de politique sportive différentes. En effet, les premières équipes munichoises se divisent en deux catégories : d'une part, les sections football des grands Turnvereine, clubs omnisports centrés sur la gymnastique dont fait partie le TSV 1860 ; et d'autre part un grand nombre de clubs nouveaux, centrés uniquement sur le football, comme le FC Bayern[C 1]. Le football, comme tous les nouveaux sports d'origine britannique est alors considéré par ses nouveaux clubs comme « une alternative aux disciplines « nationalistes », « patriotiques » et parfois antisémites » pratiquées au cours du XIXe siècle dans les Turnvereine, dont la discipline principale fut longtemps la gymnastique[125],[126].

Une opposition purement politique s'est également creusée entre les deux clubs. Le passé trouble du TSV 1860 durant le Troisième Reich fait que des groupuscules néonazis continuent de phagocyter la base de supporteurs du club, tandis que les groupes ultras du FC Bayern sont réputés plus à gauche[127]. Les affrontements en marge des derbys restent toutefois plutôt rares[127]. Enfin, le derby cristallise également une opposition sociale, entre le FC Bayern, club de la Schikeria, c'est-à-dire de la haute société munichoise, et surnommé à ce titre Schicki-Micki-Verein (en français : « l'association bon chic bon genre ») ; et le TSV 1860, réputé comme étant le club des travailleurs et des ouvriers[121].

Les premières années du derby voient une domination nette du FC Bayern. À partir de 1916, les derbys s'équilibrent à l'exception de la période 1943-1949, largement à l'avantage du Bayern. Depuis 1971, le FC Bayern a retrouvé son hégémonie, le TSV 1860 n'ayant remporté que sept derbys toutes compétitions confondues depuis cette date. Entre 1902 et 2008, sur les 204 confrontations[note 10], 102 ont été remportées par le FC Bayern contre 50 pour le TSV 1860. À la suite de la relégation du TSV 1860 en 2. Bundesliga (deuxième niveau), aucun derby n'a eu lieu en championnat depuis 2004, les supporteurs se reportant sur l'opposition des équipes réserves, en Regionalliga (troisième puis quatrième niveau depuis 2008)[note 11].

Rivalités régionales

Le match opposant le TSV 1860 au 1. FC Nuremberg est parfois appelé Oberbayrisch-fränkische Derby (en français : « Derby de Haute-Bavière et de Franconie » ou, littéralement, « Derby haut-bavarois et franconien »)[128].

Le club entretient également une rivalité avec le SpVgg Greuther Fürth. En 2016, le derby présente un enjeu important car les deux clubs sont engagés dans la lutte pour en maintien en 2. Bundesliga[129]. La même année, le transfert du Slovène Goran Sukalo du Greuther vers le TSV 1860 est « un choc » pour le club de Fürth[130].

Dans les années 2000, en 2. Bundesliga, les derbys face au FC Augsbourg constituent également des temps forts du championnat[131].

Couleurs et maillot

Les couleurs du TSV 1860 sont le bleu et le blanc. Le club n'a pourtant pas défini de nuance officielle de bleu, et les tifos des supporteurs s'étalent sur un large panel de bleus, allant du bleu ciel au bleu marine en passant par le bleu roi ou le bleu prussien. Un ancien sponsor a même laissé au club la couleur turquoise[132]. Selon des supporteurs interrogés par le Münchner Wochenanzeiger (de), le bleu du club doit être « assez léger mais pas enfantin » ou « puissant mais pas trop foncé »[132].

Les couleurs du club sont si importantes pour ce dernier que les dirigeants du club signent leurs éditos dans le périodique du club Das Vereinsmagazin par « Mit weiß-blauen Grüßen » (en français : salutations blanches et bleues), expression dérivée de « Mit freundlichen Grüßen » ou « Mit herzlichen Grüßen » (en français : « salutations cordiales », ou « cordialement »)[J 2].

Blason du club

En 1911, le lion est choisi comme emblème officiel du club omnisports[4].

Dénomination du club

Historique des noms et des fusions[3]
 
 
Münchner Turnverein
1848-1860-1862
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Münchener Turnverein
1862-1866
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Turnverein München
1866-1900
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Turnverein München von 1860
1900-1919
 
 
 
 
 
 
 
 
Turn- und Sportverein München von 1860
1919-1924
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Turnverein München von 1860
1924-1934
 
Sportverein München von 1860
1924-1934
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Turn- und Sportverein München von 1860
depuis 1934

Affluences et supporteurs

À la fin des années 1950, le club est si populaire que les supporteurs sont obligés de se tenir debout sur des caisses pour assister aux rencontres, notamment les affiches les plus populaires, comme le match face au 1. FC Nuremberg du [28].

Le , le TSV 1860 bat le record d'affluences du Stade olympique de Munich à l'occasion d'un match l'opposant au FC Augsbourg qui, selon certaines estimations, aurait attiré jusqu'à 100 000 spectateurs[A 3]. Ce pic fait également du club le détenteur du record mondial des affluences dans un championnat de deuxième niveau[A 3],[133]. En fait, seuls 79 à 80 000 tickets ont été vendus, mais des mouvements de foule aux entrées du stade ont permis à de nombreux supporteurs sans billets de rentrer quand même dans l'enceinte[134].

Évolution de la moyenne de spectateurs à domicile du TSV 1860 Munich depuis 1964


This article uses material from the Wikipedia article "TSV 1860 Munich (football)", which is released under the Creative Commons Attribution-Share-Alike License 3.0. There is a list of all authors in Wikipedia

Sports List

Air sports
• Aerobatics
• Air racing
• Cluster ballooning
• Hopper ballooning

Wingsuit flying
• Gliding
• Hang gliding
• Powered hang glider
• Human powered aircraft
• Model aircraft
• Parachuting
• Banzai skydiving
• BASE jumping
• Skydiving
• Skysurfing
• Wingsuit flying
• Paragliding
• Powered paragliding
• Paramotoring
• Ultralight aviation

Archery
• Field archery
• Flight archery
• Gungdo
• Indoor archery
• Kyūdō
• Popinjay
• Target archery

Ball-over-net games
• Badminton
• Ball badminton
• Biribol
• Bossaball
• Fistball
• Footbag net
• Football tennis
• Footvolley
• Hooverball
• Jianzi
• Padel
• Peteca
• Pickleball
• Platform tennis
• Sepak takraw
• Sipa
• Throwball
• Volleyball
• Beach volleyball
• Water volleyball
• Paralympic volleyball
• Wallyball
• Ringo


Basketball family
• Basketball
• Beach basketball
• Deaf basketball
• Streetball
• Water basketball
• Wheelchair basketball
• Cestoball
• Korfball
• Netball
• Fastnet
• Indoor netball
• Ringball
• Slamball

Bat-and-ball (safe haven)
• Baseball
• Softball
• Slow pitch
• Fast-pitch softball
• 16-inch softball
• Bat and trap
• British baseball – four posts
• Brännboll – four bases
• Corkball – four bases (no base-running)
• Cricket – two creases
• Indoor cricket
• Limited overs cricket
• One Day International
• Test cricket
• Twenty20
• Danish longball
• Kickball
• Kilikiti
• Lapta – two salos (bases)
• The Massachusetts Game – four bases
• Matball
• Oina
• Old cat – variable
• Over-the-line – qv
• Palant
• Pesäpallo – four bases
• Punchball
• Rounders – four bases or posts
• Scrub baseball – four bases (not a team game per se)
• Stickball – variable
• Stool ball – two stools
• Tee-ball
• Town ball – variable
• Vigoro – two wickets
• Wireball
• Wiffleball

Baton twirling
• Baton twirling

Acro sports
• Ballet
• Dancing
• Cheerleading
• Gymnastics

Performance sports
• Drum corps
• Marching band

Board sports

• Skateboarding
• Scootering
• Casterboarding
• Freeboard (skateboard)
• Longboarding
• Streetboarding
• Skysurfing
• Streetluge
• Snowboarding
• Mountainboarding
• Sandboarding
• Snowkiting
• Surfing
• Wakesurfing
• Bodyboarding
• Riverboarding
• Skimboarding
• Windsurfing
• Wakeboarding
• Kneeboarding
• Paddleboarding

Catch games
• Dodgeball
• Ga-ga
• Keep away
• Kin-Ball
• Newcomb ball
• Quidditch
• Rundown (a.k.a. Pickle)
• Yukigassen

Climbing

• Abseiling
• Aid climbing
• Ice climbing
• Mixed climbing
• Mountaineering
• Rock climbing
• Bouldering
• Deep-water soloing
• Sport climbing
• Traditional climbing
• Other
• Canyoning (Canyoneering)
• Coasteering
• Hiking
• Rope climbing
• Pole climbing

Cycling

• Artistic cycling
• BMX
• Cyclo-cross
• Cross-country mountain biking
• Cycle polo
• Cycle speedway
• Downhill mountain biking
• Dirt jumping
• Enduro mountain biking
• Freestyle BMX
• Hardcourt Bike Polo
• Road bicycle racing
• Track cycling
• Underwater cycling

Skibob
• Skibobbing

Unicycle

• Mountain unicycling
• Unicycling
• Unicycle basketball
• Unicycle hockey
• Unicycle trials
Combat sports: wrestling and martial arts
• Aiki-jūjutsu
• Aikido
• Jujutsu
• Judo
• Brazilian jiu-jitsu
• Sambo (martial art)
• Sumo
• Wrestling
• Amateur wrestling
• Greco-Roman wrestling
• Freestyle wrestling
• Folk wrestling
• Boli Khela
• Collar-and-elbow
• Cornish wrestling
• Dumog
• Glima
• Gouren
• Kurash
• Lancashire wrestling
• Catch wrestling
• Malla-yuddha
• Mongolian wrestling
• Pehlwani
• Professional wrestling
• Schwingen
• Shuai jiao
• Ssireum
• Varzesh-e Pahlavani
• Yağlı Güreş
• Greek wrestling

Striking

• Choi Kwang-Do
• Cockfighting
• Boxing
• Bokator
• Capoeira
• Fujian White Crane
• Karate
• Kenpō
• Kickboxing
• Lethwei
• Muay Thai
• Pradal serey
• Sanshou
• Savate
• Shaolin Kung Fu
• Sikaran
• Silat
• Subak
• Taekkyeon
• Taekwondo
• Taidō
• Tang Soo Do
• Wing Chun
• Zui quan

Mixed or hybrid
• Baguazhang
• Bando
• Bartitsu
• Bujinkan
• Hapkido
• Hwa Rang Do
• Jeet Kune Do
• Kajukenbo
• Kalaripayattu
• Krav Maga
• Kuk Sool Won
• Marine Corps Martial Arts Program
• Mixed martial arts
• Northern Praying Mantis
• Ninjutsu
• Pankration
• Pencak Silat
• Sanshou
• Shidōkan Karate
• Shōrin-ryū Shidōkan
• Shoot boxing
• Shootfighting
• Shorinji Kempo
• Systema
• T'ai chi ch'uan
• Vajra-mushti
• Vale tudo
• Vovinam
• Xing Yi Quan
• Zen Bu Kan Kempo

Weapons
• Axe throwing
• Battōjutsu
• Boffer fighting
• Eskrima
• Egyptian stick fencing
• Fencing
• Gatka
• Hojōjutsu
• Iaidō
• Iaijutsu
• Jōdō
• Jogo do pau
• Jūkendō
• Jittejutsu
• Kendo
• Kenjutsu
• Krabi–krabong
• Kung fu
• Kyūdō
• Kyūjutsu
• Modern Arnis
• Naginatajutsu
• Nguni stick-fighting
• Okinawan kobudō
• Shurikenjutsu
• Silambam
• Sōjutsu
• Sword fighting
• Wushu
• Kumdo
• Wing Chun


Skirmish
• Airsoft
• Laser tag
• Paintball


Cue sports
• Carom billiards
• Three-cushion
• Five-pins
• Balkline and straight rail
• Cushion caroms
• Four-ball (yotsudama)
• Artistic billiards
• Novuss (and cued forms of carrom)
• Pocket billiards (pool)
• Eight-ball
• Blackball (a.k.a. British eight-ball pool)
• Nine-ball
• Straight pool (14.1 continuous)
• One-pocket
• Three-ball
• Seven-ball
• Ten-ball
• Rotation
• Baseball pocket billiards
• Cribbage (pool)
• Bank pool
• Artistic pool
• Trick shot competition
• Speed pool
• Bowlliards
• Chicago
• Kelly pool
• Cutthroat
• Killer
• Russian pyramid
• Snooker
• Sinuca brasileira
• Six-red snooker
• Snooker plus
• Hybrid carom–pocket games
• English billiards
• Bottle pool
• Cowboy
• Obstacle variations
• Bagatelle
• Bar billiards
• Bumper pool
• Table Sports
• Foosball


Equine sports
• Buzkashi
• Barrel racing
• Campdrafting
• Cirit
• Charreada
• Chilean rodeo
• Cross country
• Cutting
• Dressage
• Endurance riding
• English pleasure
• Equitation
• Eventing
• Equestrian vaulting
• Gymkhana
• Harness racing
• Horse racing
• Horseball
• Hunter
• Hunter-jumpers
• Jousting
• Pato
• Reining
• Rodeo
• Show jumping
• Steeplechase
• Team penning
• Tent pegging
• Western pleasure


Fishing
• Angling
• Big-game fishing
• Casting
• Noodling
• Spearfishing
• Sport fishing
• Surf fishing
• Rock fishing
• Fly fishing
• Ice fishing

Flying disc sports

• Beach ultimate
• Disc dog
• Disc golf
• Disc golf (urban)
• Dodge disc
• Double disc court
• Flutterguts
• Freestyle
• Freestyle competition
• Goaltimate
• Guts
• Hot box
• Ultimate

Football

• Ancient games
• Chinlone
• Cuju
• Episkyros
• Harpastum
• Kemari
• Ki-o-rahi
• Marn Grook
• Woggabaliri
• Yubi lakpi
• Medieval football
• Ba game
• Caid
• Calcio Fiorentino
• Camping (game)
• Chester-le-Street
• Cnapan
• Cornish hurling
• Haxey Hood
• Knattleikr
• La soule
• Lelo burti
• Mob football
• Royal Shrovetide Football
• Uppies and Downies
• Association football
• Jorkyball
• Paralympic football
• Powerchair Football
• Reduced variants
• Five-a-side football
• Beach soccer
• Futebol de Salão
• Futsal
• Papi fut
• Indoor soccer
• Masters Football
• Street football
• Freestyle football
• Keepie uppie
• Swamp football
• Three sided football
• Australian football
• Nine-a-side footy
• Rec footy
• Metro footy
• English school games
• Eton College
• Field game
• Wall game
• Harrow football
• Gaelic football
• Ladies' Gaelic football
• Gridiron football
• American football
• Eight-man football
• Flag football
• Indoor football
• Arena football
• Nine-man football
• Six-man football
• Sprint football
• Touch football
• Canadian football
• Street football (American)
• Rugby football
• Beach rugby
• Rugby league
• Masters Rugby League
• Mod league
• Rugby league nines
• Rugby league sevens
• Tag rugby
• Touch football
• Wheelchair rugby league
• Rugby union
• American flag rugby
• Mini rugby
• Rugby sevens
• Tag rugby
• Touch rugby
• Rugby tens
• Snow rugby
• Hybrid codes
• Austus
• Eton wall game
• International rules football
• Samoa rules
• Speedball
• Universal football
• Volata


Golf

• Miniature golf
• Match play
• Skins game
• Speed golf
• Stroke play
• Team play
• Shotgun start

Gymnastics

• Acrobatic gymnastics
• Aerobic gymnastics
• Artistic gymnastics
• Balance beam
• Floor
• High bar
• Parallel bars
• Pommel horse
• Still rings
• Uneven bars
• Vault
• Juggling
• Rhythmic gymnastics
• Ball
• Club
• Hoop
• Ribbon
• Rope
• Rope jumping
• Slacklining
• Trampolining
• Trapeze
• Flying trapeze
• Static trapeze
• Tumbling

Handball family
• Goalball
• Hitbal
• Tchoukball
• Team handball
• Beach handball
• Czech handball
• Field handball
• Torball
• Water polo

Hunting

• Beagling
• Big game hunting
• Deer hunting
• Fox hunting
• Hare coursing
• Wolf hunting

Ice sports
• Bandy
• Rink bandy
• Broomball
• Curling
• Ice hockey
• Ringette
• Ice yachting
• Figure skating


Kite sports
• Kite buggy
• Kite fighting
• Kite landboarding
• Kitesurfing
• Parasailing
• Snow kiting
• Sport kite (Stunt kite)

Mixed discipline
• Adventure racing
• Biathlon
• Duathlon
• Decathlon
• Heptathlon
• Icosathlon
• Modern pentathlon
• Pentathlon
• Tetrathlon
• Triathlon

Orienteering family
• Geocaching
• Orienteering
• Rogaining
• Letterboxing
• Waymarking

Pilota family
• American handball
• Australian handball
• Basque pelota
• Jai alai
• Fives
• Eton Fives
• Rugby Fives
• Frisian handball
• Four square
• Gaelic handball
• Jeu de paume
• Palla
• Patball
• Valencian pilota

Racquet (or racket) sports
• Badminton
• Ball badminton
• Basque pelota
• Frontenis
• Xare
• Beach tennis
• Fives
• Matkot
• Padel
• Paleta Frontón
• Pelota mixteca
• Pickleball
• Platform tennis
• Qianball
• Racketlon
• Racquetball
• Racquets
• Real tennis
• Soft tennis
• Speed-ball
• Speedminton
• Squash
• Hardball squash
• Squash tennis
• Stické
• Table tennis
• Tennis
Remote control
• Model aerobatics
• RC racing
• Robot combat
• Slot car racing

Rodeo-originated
• Bullriding
• Barrel Racing
• Bronc Riding
• Saddle Bronc Riding
• Roping
• Calf Roping
• Team Roping
• Steer Wrestling
• Goat Tying

Running
• Endurance
• 5K run
• 10K run
• Cross-country running
• Half marathon
• Marathon
• Road running
• Tower running
• Ultramarathon
• Sprint
• Hurdles

Sailing / Windsurfing
• Ice yachting
• Land sailing
• Land windsurfing
• Sailing
• Windsurfing
• Kiteboarding
• Dinghy sailing

Snow sports
• Alpine skiing
• Freestyle skiing
• Nordic combined
• Nordic skiing
• Cross-country skiing
• Telemark skiing
• Ski jumping
• Ski touring
• Skijoring
• Speed skiing

Sled sports

• Bobsleigh
• Luge
• Skibobbing
• Skeleton
• Toboggan

Shooting sports
• Clay pigeon shooting
• Skeet shooting
• Trap shooting
• Sporting clays
• Target shooting
• Field target
• Fullbore target rifle
• High power rifle
• Benchrest shooting
• Metallic silhouette
• Practical shooting
• Cowboy action shooting
• Metallic silhouette shooting
Stacking
• Card stacking
• Dice stacking
• Sport stacking

Stick and ball games
• Hornussen

Hockey
• Hockey
• Ball hockey
• Bando
• Bandy
• Rink bandy
• Broomball
• Moscow broomball
• Field hockey
• Indoor field hockey
• Floorball
• Ice hockey

Ice hockey 
 • Pond hockey
• Power hockey
• Ringette
• Sledge hockey
• Underwater ice hockey
• Roller hockey
• Inline hockey
• Roller hockey (Quad)
• Skater hockey
• Rossall Hockey
• Spongee
• Street hockey
• Underwater hockey
• Unicycle hockey

Hurling and shinty
• Cammag
• Hurling
• Camogie
• Shinty
• Composite rules shinty-hurling

Lacrosse
• Lacrosse
• Box lacrosse
• Field lacrosse
• Women's lacrosse
• Intercrosse


Polo
• Polo
 • Bicycle polo
• Canoe polo
• Cowboy polo
• Elephant polo
• Horse polo
• Segway polo
• Yak polo

Street sports
• Free running
• Freestyle footbag
• Freestyle football
• Powerbocking
• Parkour
• Scootering
• Street workout

Tag games

• British bulldogs (American Eagle)
• Capture the flag
• Hana Ichi Monme
• Hide and seek
• Jugger
• Kabaddi
• Kho kho
• Kick the can
• Oztag
• Red rover
• Tag

Walking
• Hiking
• Backpacking (wilderness)
• Racewalking
• Bushwhacking
• Walking

Wall-and-ball
• American handball
• Australian handball
• Basque pelota
• Butts Up
• Chinese handball
• Fives
• Gaelic handball
• International fronton
• Jorkyball
• Racquetball
• Squash
• Squash tennis
• Suicide (game)
• Valencian frontó
• Wallball
• Wallyball

Aquatic & paddle sports
• Creeking
• Flyak
• Freeboating
• Sea kayaking
• Squirt boating
• Surf kayaking
• Whitewater kayaking

Rafting
• Rafting
• White water rafting

Rowing
• Rowing (sport)
• Gig racing
• Coastal and ocean rowing
• Surfboat
• Single scull
Other paddling sports
• Dragon boat racing
• Stand up paddle boarding
• Water polo
• Canoe polo
• Waboba

Underwater
• Underwater football
• Underwater rugby
• Underwater hockey

Competitive swimming
• Backstroke
• Breaststroke
• Butterfly stroke
• Freestyle swimming
• Individual medley
• Synchronized swimming
• Medley relay

Kindred activities
• Bifins (finswimming)
• Surface finswimming

Subsurface and recreational
• Apnoea finswimming
• Aquathlon (underwater wrestling)
• Freediving
• Immersion finswimming
• Scuba diving
• Spearfishing
• Snorkelling
• Sport diving (sport)
• Underwater hockey
• Underwater orienteering
• Underwater photography (sport)
• Underwater target shooting
Diving
• Cliff diving
• Diving

Weightlifting
• Basque traditional weightlifting
• Bodybuilding
• Highland games
• Olympic weightlifting
• Powerlifting
• Strength athletics (strongman)
• Steinstossen

Motorized sports
• Autocross (a.k.a. Slalom)
• Autograss
• Banger racing
• Board track racing
• Demolition derby
• Desert racing
• Dirt track racing
• Drag racing
• Drifting
• Folkrace
• Formula racing
• Formula Libre
• Formula Student
• Hillclimbing
• Ice racing
• Kart racing
• Land speed records
• Legends car racing
• Midget car racing
• Monster truck
• Mud bogging
• Off-road racing
• Pickup truck racing
• Production car racing
• Race of Champions
• Rally raid
• Rallycross
• Rallying
• Regularity rally
• Road racing
• Short track motor racing
• Snowmobile racing
• Sports car racing
• Sprint car racing
• Street racing
• Stock car racing
• Time attack
• Tractor pulling
• Touring car racing
• Truck racing
• Vintage racing
• Wheelstand competition

Motorboat racing
• Drag boat racing
• F1 powerboat racing
• Hydroplane racing
• Jet sprint boat racing
• Offshore powerboat racing
• Personal water craft

Motorcycle racing
• Auto Race
• Board track racing
• Cross-country rally
• Endurance racing
• Enduro
• Freestyle motocross
• Grand Prix motorcycle racing
• Grasstrack
• Hillclimbing
• Ice racing
• Ice speedway
• Indoor enduro
• Motocross
• Motorcycle drag racing
• Motorcycle speedway
• Off-roading
• Rally raid
• Road racing
• Superbike racing
• Supercross
• Supermoto
• Supersport racing
• Superside
• Track racing
• Trial
• TT racing
• Free-style moto

Marker sports
• Airsoft
• Archery
• Paintball
• Darts

Musical sports
• Color guard
• Drum corps
• Indoor percussion
• Marching band

Fantasy sports
• Quidditch
• Hunger Games(Gladiating)
• Pod Racing
• Mortal Kombat(MMA)

Other
• Stihl Timbersports Series
• Woodsman

Overlapping sports
• Tennis
• Polocrosse
• Badminton
• Polo

Skating sports
• Aggressive inline skating
• Artistic roller skating
• Figure skating
• Freestyle slalom skating
• Ice dancing
• Ice skating
• Inline speed skating
• Rinkball
• Rink hockey
• Roller derby
• Roller skating
• Short track speed skating
• Skater hockey
• Speed skating
• Synchronized skating

Freestyle skiing
• Snowboarding
• Ski flying
• Skibob
• Snowshoeing
• Skiboarding