powered by CADENAS

Social Share

Alliage plutonium-gallium (9199 views - Material Database)

L'alliage plutonium-gallium est un alliage de plutonium et de gallium utilisé dans les noyaux des armes nucléaires (en), le composant d'une arme nucléaire où la réaction en chaîne de fission débute. Cet alliage a été développé dans le cadre du Projet Manhattan.
Go to Article

Alliage plutonium-gallium

Alliage plutonium-gallium

L'alliage plutonium-gallium est un alliage de plutonium et de gallium utilisé dans les noyaux des armes nucléaires (en), le composant d'une arme nucléaire où la réaction en chaîne de fission débute. Cet alliage a été développé dans le cadre du Projet Manhattan.

Vue d'ensemble

Le plutonium métallique possède de nombreux allotropes solides. La phase δ est la moins dense et la plus facilement usinable. Elle se forme entre 310 et 452 °C à pression ambiante (1 atmosphère) et est thermodynamiquement instable à des températures plus basses. Cependant, le plutonium peut être stabilisé en phase δ par alliage avec une petite quantité d'un autre métal. L'alliage utilisé préférentiellement contient 3,0–3,5 %mol. (0,8–1,0 %m) de gallium.

Pu–Ga a de nombreux avantages[1] :

  • stable entre −75 et 475 °C,
  • très faible dilatation thermique,
  • faible sensibilité à la corrosion (4 % du taux de corrosion de plutonium pur),
  • bonne coulabilité ; puisque le plutonium possède la rare propriété que son état liquide est plus dense que son état solide, la tendance à former des bulles et des défauts internes est diminuée.

Utilisation dans des armes nucléaires

La phase δ stabilisée Pu–Ga est ductile et peut être enroulée en feuilles et usinée par des méthodes conventionnelles. Elle est adaptée pour une mise en forme par pressage à chaud (en) à environ 400 °C. Cette méthode a été utilisée pour la mise en forme des premiers noyaux d'armes nucléaires.

Des noyaux plus modernes sont produits par moulage. Des tests sous-critiques ont montré que les performances du plutonium moulé ou façonné sont les mêmes[2],[3]. Étant sonné que la transition ε-δ a lieu durant le refroidissement, le façonnement de Pu-Ga est beaucoup moins problématique que celui de plutonium pur[4].

Production

Les alliages de plutonium peuvent être produits en ajoutant un métal au plutonium en fusion. Cependant, si le métal allié est suffisamment réducteur, le plutonium peut être ajouté sous forme d'oxydes ou ou d'halogénures. La phase δ plutonium–gallium et les alliages plutonium–aluminium sont produits par ajout de fluorure de plutonium(III) à du gallium ou de l'aluminium liquide, ce qui a l'avantage d'éviter de traiter directement avec le plutonium métallique hautement réactif[5].

Développement

Au cours du Projet Manhattan, la quantité maximum d'atomes dilués au sein du plutonium qui n'affecte pas l'efficacité de l'explosion a été calculée à 5 %mol.. Deux éléments stabilisants ont été considérés, le silicium et l'aluminium. Cependant, seul l'aluminium a produit des alliages satisfaisant. Mais la tendance de l'aluminium à réagir avec les particules α et émettre des neutrons limite sa teneur maximale à 0,5 %mol. ; l'élément suivant l'aluminium au sein des éléments du groupe 13, le gallium, a donc été testé et a été jugé satisfaisant[6],[7].


41xx steelAL-6XNAlGaAlloy 20Aimant AlNiCoAlumelAluminiumAluminium alloyCuproaluminiumAluminium-lithium alloyAmalgame (métallurgie)Bronze arséniéArsenical copperBell metalBérylliumBronze au bérylliumBillon (alliage)BirmabrightBismanolBismuthLaitonBrightrayBronzeBulat steelCalamine brassFonte (métallurgie)CelestriumChinese silverChromelChromeChromium hydrideCobaltColored goldConstantanCuivreCopper hydrideCopper–tungstenBronze de CorintheCrown goldAcier au creusetCunifeCupronickelCymbal alloysAcier de DamasAlliage de DevardaAlliages d'aluminium pour corroyage#Série 2000 (aluminium cuivre)Dutch metalFer douxÉlectrumElektronÉlinvarFernicoFerroalliagePierre à briquetFerrochromeFerromanganèseFerromolybdèneFerrosiliciumFerrotitaneFerrouraniumField's metalFlorentine bronzeGalfenolGalinstanGalliumLaiton rougeVerreGlucydurOrGuanín (bronze)GunmetalHaynes InternationalHepatizonHiduminiumAcier rapideHigh-strength low-alloy steelHydronaliumInconelIndiumInvarFerHydrure de ferItalmaKanthalKovarPlombMagnaliumMagnésiumMagnox (alloy)MangalloyManganinAcier maragingMarine grade stainlessMartensitic stainless steelMegalliumMaillechortMercuryMolybdochalkosMonelMu-métalMuntz metalMushet steelNichromeNickelHydrure de nickelMaillechortNitinolNicrosilNisilOr nordiqueDorure#Dorure au mercurePermalloyBronze phosphoreuxFonte brutePinchbeck (alloy)Matière plastiquePlexiglasPlutoniumPotassiumReynolds 531rhoditeRhodiumRose's metalSamariumSanicro 28ScandiumShakudōArgentSilver steelSodiumSolderSpeculum metalSpiegeleisenSpring steelStaballoyAcier inoxydableAcierStellite (alliage)Structural steelSupermalloySurgical stainless steelTerneÉtainTitaneTombacAcier à outilsTumbagaPlomb typographiqueUraniumVitalliumAcier CortenMétal de WoodWootzY alloyZeron 100ZincZirconiumNaKMischmétalLithiumTerfenol-DPseudo palladiumScandium hydrideAimant samarium-cobaltArgentium sterling silverArgent BritanniaDoré bullionGoloidPlatinum sterlingShibuichiArgent sterlingTibetan silverTitanium Beta CAlliage de titaneHydrure de titaneGum metalTitanium goldNitrure de titaneBabbitt (alloy)BritanniumAlliage plomb-étainQueen's metalWhite metalHydrure d'uranium(III)ZamakZirconium hydrideHydrogèneHéliumBoreAzoteOxygèneFluorMéthaneMezzanine (architecture)Atome

This article uses material from the Wikipedia article "Alliage plutonium-gallium", which is released under the Creative Commons Attribution-Share-Alike License 3.0. There is a list of all authors in Wikipedia

Material Database

database,rohs,reach,compliancy,directory,listing,information,substance,material,restrictions,data sheet,specification