powered by CADENAS

Social Share

Mu-métal (9824 views - Material Database)

Le mu-métal (μ-métal), ou mumétal, ou encore Mu-Metall en allemand, est un alliage de nickel et de fer. Il tire son nom du symbole μ, la lettre mu de l'alphabet grec, utilisé pour dénoter la perméabilité magnétique.
Go to Article

Mu-métal

Mu-métal

Mu-métal

Licensed under Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 de (Original téléversé par Aaronia AG sur Wikipedia allemand).

Le mu-métal (μ-métal), ou mumétal, ou encore Mu-Metall en allemand, est un alliage de nickel et de fer. Il tire son nom du symbole μ, la lettre mu de l'alphabet grec, utilisé pour dénoter la perméabilité magnétique.

Histoire

Le mu-métal a été inventé en 1923 par l'entreprise britannique The Telegraph Construction and Maintenance Company Ltd., London[1], qui fabriquait un câble pour la Western Union. La Western Union était alors en concurrence avec la Western Electric Company qui protégeait ses câbles avec du permalloy. Le brevet du permalloy appartenant à la Western Electric Company, le mu-métal permettait de contourner l'invention[2].

Les alliages de type mu-métal ou permalloy sont en effet très utiles pour les longs câbles sous-marins. Il a en effet été découvert au début du XXe siècle que l'eau de mer entourant les câbles amène de la distorsion aux signaux transmis, ce qui pénalise le débit de données. Le mu-métal ajoute de l'inductance au câble, ce qui permet de corriger la distorsion et permet d'augmenter le débit de données.

Le mu-métal originel a des caractéristiques magnétiques semblables à celle du permalloy, mais l'addition de cuivre augmente sa ductilité et permet de l'étirer en fils. Les câbles sous-marins avec du mu-métal sont plus faciles à construire que ceux en permalloy, le fil de mu-métal étant enroulé autour de l'âme du conducteur en cuivre. Un autre avantage du fil en mu-métal vient de la possibilité de varier la forme de la charge.

Alliages et utilisations

Il existe plusieurs nuances de mu-métal en fonction du fabricant. Le mu-métal « français » est composé à 80 % de nickel, 15 % de fer, et 5 % de molybdène ; sa désignation symbolique selon la norme européenne est donc NiFe15Mo5. Le Mu-Metall « allemand » est composé à 77 % de nickel, 15 % de fer, 5 % de cuivre et 3 % de molybdène (NiFe15Cu5Mo3).

Ce matériau présente une très haute perméabilité magnétique, de l'ordre de 15 à 500[3][! Conflit avec[4] ], ce qui lui permet d'attirer les lignes de champs magnétiques. Pour avoir ces propriétés, il doit subir un traitement thermique permettant le grossissement des grains (recuit de recristallisation).

La haute perméabilité du mumétal en fait un excellent matériau pour dévier les champs magnétiques statiques ou basse fréquence, contre lesquels les autres méthodes d'atténuation sont peu efficaces.

Il est utilisé dans la fabrication de blindages magnétiques pour l'industrie ou la recherche.


41xx steelAL-6XNAlGaAlloy 20Aimant AlNiCoAlumelAluminiumAluminium alloyCuproaluminiumAluminium-lithium alloyAmalgame (métallurgie)Bronze arséniéArsenical copperBell metalBérylliumBronze au bérylliumBillon (alliage)BirmabrightBismanolBismuthLaitonBrightrayBronzeBulat steelCalamine brassFonte (métallurgie)CelestriumChinese silverChromelChromeChromium hydrideCobaltColored goldConstantanCuivreCopper hydrideCopper–tungstenBronze de CorintheCrown goldAcier au creusetCunifeCupronickelCymbal alloysAcier de DamasAlliage de DevardaAlliages d'aluminium pour corroyage#Série 2000 (aluminium cuivre)Dutch metalFer douxÉlectrumElektronÉlinvarFernicoFerroalliagePierre à briquetFerrochromeFerromanganèseFerromolybdèneFerrosiliciumFerrotitaneFerrouraniumField's metalFlorentine bronzeGalfenolGalinstanGalliumLaiton rougeVerreGlucydurOrGuanín (bronze)GunmetalHaynes InternationalHepatizonHiduminiumAcier rapideHigh-strength low-alloy steelHydronaliumInconelIndiumInvarFerHydrure de ferItalmaKanthalKovarPlombMagnaliumMagnésiumMagnox (alloy)MangalloyManganinAcier maragingMarine grade stainlessMartensitic stainless steelMegalliumMaillechortMercuryMolybdochalkosMonelMuntz metalMushet steelNichromeNickelMaillechortNitinolNicrosilNisilOr nordiqueDorure#Dorure au mercureBronze phosphoreuxFonte brutePinchbeck (alloy)Matière plastiquePlexiglasPlutoniumPotassiumReynolds 531rhoditeRhodiumRose's metalSamariumSanicro 28ScandiumShakudōArgentSilver steelSodiumSolderSpeculum metalSpiegeleisenSpring steelStaballoyAcier inoxydableAcierStellite (alliage)Structural steelSurgical stainless steelTerneÉtainTitaneTombacAcier à outilsTumbagaPlomb typographiqueUraniumVitalliumAcier CortenMétal de WoodWootzY alloyZeron 100ZincZirconiumPermalloySupermalloyHydrure de nickelAlliage plutonium-galliumNaKMischmétalLithiumTerfenol-DPseudo palladiumScandium hydrideAimant samarium-cobaltArgentium sterling silverArgent BritanniaDoré bullionGoloidPlatinum sterlingShibuichiArgent sterlingTibetan silverTitanium Beta CAlliage de titaneHydrure de titaneGum metalTitanium goldNitrure de titaneBabbitt (alloy)BritanniumAlliage plomb-étainQueen's metalWhite metalHydrure d'uranium(III)ZamakZirconium hydrideHydrogèneHéliumBoreAzoteOxygèneFluorMéthaneMezzanine (architecture)AtomePierrageMetalworkingScience des matériaux

This article uses material from the Wikipedia article "Mu-métal", which is released under the Creative Commons Attribution-Share-Alike License 3.0. There is a list of all authors in Wikipedia

Material Database

database,rohs,reach,compliancy,directory,listing,information,substance,material,restrictions,data sheet,specification