powered by CADENAS

Social Share

Bayern Munich (24537 views - Sports List)

Le Fußball-Club Bayern München e.V., couramment abrégé en FC Bayern München ou FC Bayern et partiellement francisé en FC Bayern Munich, Bayern Munich ou Bayern de Munich, est un club de football allemand fondé en 1900 et basé à Munich, en Bavière. Surnommé Rekordmeister (en français : Champion des records), il est l'un des clubs les plus titrés d'Allemagne et d'Europe. Obtenant ses premier succès dans les championnats bavarois, le club gagne rapidement en notoriété et remporte son premier titre national en 1932. Dénoncé par le régime nazi comme « club juif », son développement est freiné jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Par la suite membre fondateur de l'Oberliga Sud, le club se distingue en remportant le DFB-Pokal, la Coupe d'Allemagne, en 1957 mais ne se qualifie pas pour le premier championnat professionnel. Le FC Bayern rejoint la Bundesliga en 1965 et s'impose rapidement en cador du championnat, remportant notamment quatre titres entre 1969 et 1973. Triple-Champion d'Europe des Clubs entre 1974 et 1976, le FCB gagne alors une carrure internationale confirmée par un titre en Coupe intercontinentale 1976. Dix fois champion d'Allemagne entre 1980 et 1999, vainqueur de la Coupe UEFA 1996 et trois fois finaliste de la C1 en 1982, en 1987 et en 1999, le club, alors dirigé par l'ancien international Franz Beckenbauer confirme sa position dominante sur le football allemand et mondial en réalisant un doublé Ligue des champions-Coupe intercontinentale en 2001. Auteur d'un triplé national en 2008 où il remporte le Liga-Pokal, le DFB-Pokal et la Bundesliga, le FC Bayern se fait à nouveau remarquer en remportant la Supercoupe de l'UEFA et la Coupe du monde des clubs en 2013, année depuis laquelle le club a accumulé cinq titres consécutifs de champion d'Allemagne, le dernier obtenu en 2017.
Go to Article

Explanation by Hotspot Model

Bayern Munich

Bayern Munich

Bayern Munich
FC Bayern Munich
Généralités
Nom complet Fußball-Club Bayern München
Surnoms FC Bayern, die Bayern, die Roten, der Rekordmeister
Noms précédents MTV München (1900-1919)
TuSpV. Jahn München (1919-1923)
Fondation (117 ans)
Couleurs Rouge et blanc
Stade Allianz-Arena
(75 024 places)
Siège Säbener Str. 51-57,
81547 Munich
Championnat actuel 1. Bundesliga
Président Uli Hoeness
Entraîneur Carlo Ancelotti
Joueur le plus capé Sepp Maier (696)
Meilleur buteur Gerd Müller (564)
Site web fcbayern.de
Palmarès principal
National[note 1] Championnat d'Allemagne (27)
Coupe d'Allemagne (18)
Coupe de la Ligue (6)
Supercoupe d'Allemagne (6)
International[note 1] Coupe du monde des clubs (1)
Coupe intercontinentale (2)
Supercoupe de l'UEFA (1)
Ligue des champions (5)
Coupe des Coupes (1)
Coupe UEFA (1)

Maillots

Domicile
Extérieur
Neutre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2017-2018 du Bayern Munich
0

Le Fußball-Club Bayern München e.V., couramment abrégé en FC Bayern München ou FC Bayern et partiellement francisé en FC Bayern Munich, Bayern Munich ou Bayern de Munich[note 2], est un club de football allemand fondé en 1900 et basé à Munich, en Bavière. Surnommé Rekordmeister (en français : Champion des records), il est l'un des clubs les plus titrés d'Allemagne et d'Europe.

Obtenant ses premier succès dans les championnats bavarois, le club gagne rapidement en notoriété et remporte son premier titre national en 1932. Dénoncé par le régime nazi comme « club juif », son développement est freiné jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Par la suite membre fondateur de l'Oberliga Sud, le club se distingue en remportant le DFB-Pokal, la Coupe d'Allemagne, en 1957 mais ne se qualifie pas pour le premier championnat professionnel. Le FC Bayern rejoint la Bundesliga en 1965 et s'impose rapidement en cador du championnat, remportant notamment quatre titres entre 1969 et 1973. Triple-Champion d'Europe des Clubs entre 1974 et 1976, le FCB gagne alors une carrure internationale confirmée par un titre en Coupe intercontinentale 1976.

Dix fois champion d'Allemagne entre 1980 et 1999, vainqueur de la Coupe UEFA 1996 et trois fois finaliste de la C1 en 1982, en 1987 et en 1999, le club, alors dirigé par l'ancien international Franz Beckenbauer confirme sa position dominante sur le football allemand et mondial en réalisant un doublé Ligue des champions-Coupe intercontinentale en 2001. Auteur d'un triplé national en 2008 où il remporte le Liga-Pokal, le DFB-Pokal et la Bundesliga, le FC Bayern se fait à nouveau remarquer en remportant la Supercoupe de l'UEFA et la Coupe du monde des clubs en 2013, année depuis laquelle le club a accumulé cinq titres consécutifs de champion d'Allemagne, le dernier obtenu en 2017.

Historique

Article détaillé : Histoire du Bayern Munich.

Premières années (1900-1919)

Le football commence à se développer à Munich à la fin du XIXe siècle. Il y a à l'origine plusieurs clubs de football à Munich, sans qu'aucun ne puisse prétendre à exercer sa suprématie sur les autres clubs de la ville. Les premiers clubs de football fondés sont le 1. Münchner Fußball-Club von 1896 et le FC Nordstern 1896 München, tous deux créés en 1896. Le FC Bayern est pour sa part fondé en 1900. En comparaison avec le reste de l'Allemagne du Sud — Alsace-Lorraine, Bade, Wurtemberg, Hohenzollern et Hesse — le football arrive donc relativement tardivement à Munich, pourtant plus grande ville de la région[C 1],[note 3].

En mars 1900, le FC Bayern joue son premier match face au 1. Münchner Fußball-Club von 1896, qu'il bat 5-2[1]. Le , le FC Bayern bat le FC Nordstern München sur le score de 15-0, ce qui constitue encore aujourd'hui l'une de ses plus larges victoires[1].

Fusion avec le TV Jahn puis premiers succès nationaux (1919-1933)

Le « club juif » (1933-1945)

Années de transition (1945-1965)

Après la Seconde Guerre mondiale, le Städtisches Stadion an der Grünwalder Straße est complètement détruit par les bombardements[E 1]. En application des accords de Yalta, la Bavière est intégrée à la Zone d'occupation américaine en Allemagne dès mai 1945. Les Américains, conscients de l'utilisation du sport à des fins de propagande sous le Troisième Reich, apportent leur soutien au FC Bayern, « victime du nazisme », au détriment du TSV 1860[2],[3].

Accession en Bundesliga et premier âge d'or (1965-1979)

Le club accède à l'élite en 1965, deux ans après la création de la Bundesliga en 1963. À ce moment-là, le grand club munichois est le TSV Munich 1860 ce qui donne lieu à des derbys de haute qualité. Mais il se fait très vite remarquer et dépasse son rival, notamment en coupes d'Europe (victoire en Coupe des coupes en 1967) et en championnat (victoire en 1969).

L'histoire du club est intimement liée à celle des trois figures emblématiques du football allemand des années 1970 : Franz Beckenbauer, le libéro et capitaine de l'équipe d'Allemagne, Gerd Müller, l'habile chasseur de buts, et le gardien Sepp Maier. À eux trois, ils forment l'ossature, aussi bien en sélection qui ne cesse de remporter titre sur titre (Euro 72 et Coupe du monde 74), que du Bayern. Le triplé bavarois succède au palmarès de la Coupe des clubs champions européens à celui du grand Ajax Amsterdam vainqueur des trois éditions précédentes : en 1974 (face à l'Atlético de Madrid) et s'impose comme la référence en remportant de nouveau cette compétition en 1975 (face à Leeds United) et enfin en 1976 (face à l'AS Saint-Étienne). Cette année-là, le club remporte aussi sa première Coupe intercontinentale contre le club brésilien du Cruzeiro EC.

Rencontre Hambourg SV-Bayern en 1981

Succès nationaux (1980-1994)

Cette période glorieuse lui permet d'être le plus célèbre des clubs allemands, statut confirmé dans les années 1980 et 1990, où le Bayern continue de glaner les titres nationaux en s'imposant dix fois en championnat entre 1980 et 1999 et jouant trois finales de Coupe des clubs champions en 1982, en 1987 et en 1999 sans jamais s'y imposer; seule une Coupe UEFA en 1996 face au Bordeaux de Zinédine Zidane est à mettre à l'actif de son palmarès européen. Le Bayern construit sa légende toujours sur des grands joueurs comme Karl-Heinz Rummenigge, Lothar Matthäus ou Jürgen Klinsmann.

Depuis les années 1990, grâce à une gestion excellente du club par ses dirigeants Karl-Heinz Rummenigge, Franz Beckenbauer et son président du conseil de surveillance Uli Hoeness, il est l'un des clubs les plus sains d'Europe. Il continue de fournir la majorité des joueurs à l'équipe d'Allemagne.

Retour au premier plan international (depuis 1994)

Les années 2000 assoient la suprématie du club qui remporte six championnats en neuf ans dont le dernier en 2008, et le doublé Ligue des champions-Coupe intercontinentale en 2001. Cette période est associée aux noms de Stefan Effenberg, Michael Ballack ou encore Oliver Kahn.

En 2007, le Bayern de Munich accueille Franck Ribéry en provenance de l'Olympique de Marseille, le montant du transfert atteint 30 millions d'euros, ce qui constitue un record en Allemagne avant les arrivées de Mario Gómez(30 M€ en 2009) puis de Javi Martínez(40 M€ en 2012).

Lors de la saison 2007-2008, le Bayern réalise le triplé en remportant la Coupe de la ligue face à Schalke 04, la Coupe d'Allemagne face au Borussia Dortmund et la Bundesliga devant le Werder Brême.

Le 6 avril 2013, le Bayern remporte son 23e titre de champion d'Allemagne devant le Borussia Dortmund avant d'être sacré champion d'Europe le 25 mai après une victoire 2 buts à 1 face au même club au stade Wembley de Londres. Grâce à sa victoire en Coupe d'Allemagne le 1er juin, le Bayern Munich devient le septième club européen à réaliser le triplé Championnat-Coupe d'Europe-Coupe nationale après le Celtic Glasgow (1967), l'Ajax Amsterdam (1972), le PSV Eindhoven (1988), Manchester United (1999), le FC Barcelone (2009) et l'Inter Milan (2010). Jupp Heynckes quitte le club sur ce triplé historique à la fin de la saison, il est remplacé par Pep Guardiola. Ce dernier remportera trois Championnats en 2014, en 2015 et en 2016 ainsi que deux Coupe d'Allemagne en 2014 et en 2016, la Supercoupe de l'UEFA 2013 et la Coupe du monde des clubs de la FIFA 2013.

Palmarès

Titres et trophées

Avant l'introduction du professionnalisme et l'accession du club à la Bundesliga en 1965, le FC Bayern Munich remporte plusieurs titres régionaux et est notamment Champion d'Allemagne du Sud en 1926 et 1928. Il remporte son groupe de Gauliga Südbayern en 1944; et en 1965, c'est à la suite d'un titre de champion de Regionalliga Süd que le club obtient le statut professionnel.

Le FC Bayern remporte son premier titre de niveau national en 1931, où le club est Champion d'Allemagne pour la première fois. Il faut attendre 1957 pour que le club se distingue à nouveau à l'échelle nationale, en remportant le DFB-Pokal, la Coupe d'Allemagne. À partir de la deuxième moitié des années 1960, le club remporte régulièrement de nouveaux titres nationaux. Ainsi, en 2017, le FC Bayern compte vingt-sept titres de Champion d'Allemagne et dix-huit Coupes d'Allemagne, étant ainsi le club le plus titré dans ces deux compétitions. Le FC Bayern complète son palmarès avec six Supercoupes d'Allemagne et six Coupes de la Ligue.

Le club remporte avec la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe de football 1966-1967 son premier titre européen. Le FC Bayern remporte par la suite cinq Ligue des champions de l'UEFA, une Coupe UEFA en 1996, et une Supercoupe de l'UEFA en 2013. À l'échelle mondiale, le club est honoré en 1976 et 2001 par deux Coupe intercontinentale, et en 2013 par une Coupe du monde des clubs de la FIFA.

Le tableau suivant liste le palmarès du club, actualisé en août 2017, dans les principales compétitions officielles auxquelles il a participé[4].

Compétitions internationales Compétitions nationales Compétitions régionales

Le FC Bayern Munich participe également à de nombreux tournois ou trophées. Il est notamment le club le plus titré lors du Trophée Santiago Bernabéu derrière l'organisateur, le Real Madrid, avec trois succès en 1979, 1980 et 2002 ainsi qu'une finale en 1985. Le club munichois a également remporté une Coupe Mohammed V en 1972. Il gagne aussi le Trophée Naranja en 1972 et le Trophée Teresa Herrera en 1989. Le FC Bayern Munich est également finaliste du Trophée Joan Gamper en 1987 et 2006, du Trophée Luigi Berlusconi en 1994, Trophée Ciudad de Palma en 2007, et du Tournoi de Paris en 1973.

Bilan sportif

Le FC Bayern Munich compte 51 saisons en Bundesliga. Il se place en 2016 à la première place du classement de Bundesliga toutes saisons confondues établi par la Ligue d'Allemagne de football[5].

Bilan du FC Bayern Munich dans les compétitions officielles
Championnat Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Championnat allemand Bundesliga (1965-) 51 27 1738 1018 389 331 3764 1919 1845

Statistiques

Source[6]:

Générales :

En compétitions UEFA :

mise à jour : 31 décembre 2010

Personnalités du club

Présidents

De Franz John (en)[d 1] à Karl Hopfner - la liste des présidents du Bayern Munich dans l'histoire de plus de 110 ans du club est longue et illustre. Membre fondateur, John tient le bureau de 1900 à 1903, tandis que Karl Hopfner est élu à l'emploi en 2014. Trente présidents séparent les premiers du titulaire actuel, y compris Kurt Landauer, qui occupe le poste à quatre reprises entre 1913 et 1951[7]. Il est d'ailleurs le seul à rester plus de 10 ans en poste (lors de son dernier mandat : 1922-1933) avant Wilhelm Neudecker, arrivé en 1962.

  • 1900 - 1903 : Franz John (en)
  • 1903 - 1906 : Willem Hesselink (en)
  • 1906 - 1907 : Kurt Müller
  • 1907 - 1913 : Angelo Knorr
  • 1913 - 1914 : Kurt Landauer
  • 1914 - 1915 : Fred Dunn
  • 1915 : Hans Tusch
  • 1915 : Fritz Meier
  • 1916 : Hans Bermühler
  • 1916 - 1919 : Fritz Meier
  • 1919 - 1921 : Kurt Landauer
  • 1921 - 1922 : Fred Dunn
  • 1922 - 1933 : Kurt Landauer
  • 1933 - 1934 : Siegfried Hermann
  • 1934 - 1935 : Karl-Heinz Oettinger
  • 1935 - 1937 : Richard Amesmeier
  • 1937 - 1938 : Franz Nußhardt
  • 1938 - 1943 : Franz Keller
  • 1943 - 1945 : Josef Sauter
  • 1945 : Franz Xaver Heilmansseder
  • 1945 : Josef Bayer
  • 1945 - 1947 : Siegfried Hermann (de)
  • 1947 - 1951 : Kurt Landauer
  • 1951 - 1953 : Julius Scheuring
  • 1953-1955 : A. Fischer, K. Wild et H. Theisinger
  • 1955 - 1958 : Alfred Reitlinger
  • 1958 - 1962 : Roland Endler
  • 1962 - 1979 : Wilhelm Neudecker
  • 1979 - 1985 : Willi O. Hoffmann
  • 1985 - 1994 : Fritz Scherer (de)
  • 1994 - 2009 : Franz Beckenbauer
  • 2009 - 2014 : Uli Hoeness[8]
  • 2014 - 2016 : Karl Hopfner[9],[10]

Dirigeants actuels

Conseil de surveillance[11] Comité directeur[12]

Entraîneurs

sources[d 1],[13],[14],[15],[16] :

De la fondation à 1963

Entraîneurs du Bayern Munich de 1902 à 1945
Nom Début Fin
Willem Hesselink 1902 1905
Thomas Taylor 1907 1908
V. Hoerr 1908 1909
Charles Griffiths 16 août 1911 6 avril 1912
William Townley 1er décembre 1913 31 mars 1914
1er juillet 1919 31 mars 1921
Izidor Kürschner 1er juillet 1921 31 décembre 1921
James Mac Pherson jr. 1924 1926
Leo Weisz 1927 1928
Kálmán Konrád (en) 1er juillet 1928 30 juin 1930
Richard Kohn 1er juillet 1930 30 juin 1932
Hans Tauchert 1er juillet 1933 30 juin 1934
Ludwig Hofmann (de) 1934 1935
Dr Richard Michalke 1936 1937
Heinrich Körner (de) 1er juillet 1937 30 juin 1938
Ludwig Goldbrunner 1938 1943
Konrad Heidkamp (de) 1943 1945
Alfréd Schaffer 1945 30 juin 1945
Entraîneurs du Bayern Munich de 1945 à 1963
Nom Début Fin
Richard Högg 1945 1946
Josef Pöttinger (de) 1946 1947
Franz Dietl 1947 1948
Alwin Riemke 1er juillet 1948 30 juin 1950
David Davison 1950 1950
Herbert Moll 1950 1950
Konrad Heidkamp (de) 1951 1951
Max Schäfer (de) 1er juillet 1951 30 juin 1953
Georg Bayerer (de) 1er juillet 1953 30 juin 1954
Georg Knöpfle (de) 1954 1955
Jakob Streitle 1955 30 juin 1955
Herbert Moll (de) 1er juillet 1955 30 juin 1956
Willibald Hahn (de) 1er juillet 1956 30 juin 1958
Herbert Moll (de) 1958 1958
Adolf Patek (en) 1er juillet 1958 30 juin 1961
Helmut Schneider 1er juillet 1961 30 juin 1963
Herbert Erhardt 1963 1963

Depuis la création de la Bundesliga

De Zlatko Čajkovski à Carlo Ancelotti, la liste des entraîneurs qui ont pris en charge le Bayern en Bundesliga est longue et illustre. Depuis que les hommes en rouge jouent dans l'élite allemande (1965), un certain nombre de grands entraîneurs ont pris la tête FCB et conduit le club à trophées à gogo. Cinq entraîneurs (Udo Lattek, Jupp Heynckes, Giovanni Trapattoni, Franz Beckenbauer et Ottmar Hitzfeld) sont revenus s'assoir une seconde fois sur le banc bavarois[17].

Entraîneurs du Bayern Munich de 1963 à 1995
Nom Début Fin
Zlatko Čajkovski 1er juillet 1963 30 juin 1968
Branko Zebec 1er juillet 1968 13 mars 1970
Udo Lattek 14 mars 1970 2 janvier 1975
Dettmar Cramer 16 janvier 1975 1er décembre 1977
Gyula Lóránt 2 décembre 1977 28 février 1979
Pál Csernai 1er mars 1979 16 mai 1983
Reinhard Saftig (en) 17 mai 1983 30 juin 1983
Udo Lattek 1er juillet 1983 30 juin 1987
Jupp Heynckes 1er juillet 1987 8 octobre 1991
Sören Lerby 9 octobre 1991 11 mars 1992
Erich Ribbeck 12 mars 1992 27 décembre 1993
Franz Beckenbauer 28 décembre 1993 30 juin 1994
Giovanni Trapattoni 1er juillet 1994 30 juin 1995
Entraîneurs du Bayern Munich de 1995 à aujourd’hui
Nom Début Fin
Otto Rehhagel 1er juillet 1995 27 avril 1996
Franz Beckenbauer 29 avril 1996 30 juin 1996
Klaus Augenthaler (intérim) 18 mai 1996 30 juin 1996
Giovanni Trapattoni 1er juillet 1996 30 juin 1998
Ottmar Hitzfeld 1er juillet 1998 30 juin 2004
Felix Magath 1er juillet 2004 31 janvier 2007
Ottmar Hitzfeld 1er février 2007 30 juin 2008
Jürgen Klinsmann 1er juillet 2008 27 avril 2009
Jupp Heynckes (intérim) 27 avril 2009 30 juin 2009
Louis van Gaal 1er juillet 2009 9 avril 2011
Andries Jonker (intérim) 10 avril 2011 30 juin 2011
Jupp Heynckes 1er juillet 2011 30 juin 2013
Pep Guardiola 1er juillet 2013 30 juin 2016
Carlo Ancelotti 1er juillet 2016

Joueurs

Article détaillé : Liste des joueurs du Bayern Munich.

Le Bayern Munich doit ses succès à pléthore de joueurs extraordinaires: Klaus Augenthaler, Franz Beckenbauer, Paul Breitner, Stefan Effenberg, Giovane Élber, Uli et Dieter Hoeness, Oliver Kahn, Bixente Lizarazu, Sepp Maier, Lothar Matthäus, Gerd Müller, Karl-Heinz Rummenigge, Hans-Georg Schwarzenbeck, Mehmet Scholl ou encore Roland Wohlfarth. La majorité de ces joueurs faisant partie du « Hall of Fame » édité par le club (voir ci-dessous). Dans les prochaines années, ils pourraient être rejoints par quelques joueurs actuels, tels que Philipp Lahm ou Bastian Schweinsteiger, mais aussi Franck Ribéry et Arjen Robben[18],[19].

En 2005, pour l’inauguration de l'Allianz Arena, les fans votent pour élire un gardien, quatre défenseurs, trois milieux de terrain, trois attaquants et un entraîneur parmi une liste de 60 dignes candidats. Le résultat (cf. ci-contre) est annoncé dans un tonnerre d'applaudissements des 66 000 spectateurs présents lors du match inaugural. Les joueurs sont présentés un par un ainsi que l'entraîneur élu : Ottmar Hitzfeld[20].

« Hall of Fame »

Paul Breitner en 1982.

Le « Hall of Fame » du FC Bayern Munich est une liste officielle de seize joueurs éditée par le Bayern Munich[Quand ?] pour honorer les joueurs emblématiques du club[21]. Giovane Élber et Bixente Lizarazu en sont les seuls joueurs étrangers.

Le défenseur Konrad Heidkamp (de), qui joue au club de 1928 à 1937 est le seul joueur cité dont la période d'activité date d'avant les années 1960.

Parmi les autres joueurs du Hall of Fame, on retrouve le trio Beckenbauer-Maier-Müller, colonne vertébrale de l'équipe emblématique des années 1960-1970. Franz Beckenbauer (1964–1977, défenseur), surnommé le Kaiser, est le plus grand joueur de l'histoire du club et capitaine de la génération qui remporte trois années de suite la Coupe des champions (1974, 1975, 1976). Au cœur des années 1970, le Bayern tire sa force de son mental, de sa complémentarité, de sa puissance physique, mais aussi et surtout du talent de son leader, lequel, mieux que quiconque, fait repartir le jeu de derrière et prend les bonnes décisions[22]. Sepp Maier (1962–1979, gardien) passe lui 14 saisons au Bayern à accumuler les titres. Son agilité et ses réflexes lui valent le surnom de Katze von Anzing (le chat d'Anzing). En finale de la Coupe des champions 1975, il livre une prestation exceptionnelle face à Leeds United (2-0)[23]. Gerd Müller (1964–1979, attaquant), connu comme Der Bomber, un sobriquet qui en dit long sur ses qualités d'attaquant. Sept fois meilleur buteur de RFA, il inaugure le style du renard des surfaces. Il est aussi le premier Ballon d'or allemand en 1970[24].

À ce trio, plusieurs joueurs viennent se greffer pour alors former une des meilleures équipes du monde comme Franz Roth (1966-1981, milieu). Le 12 mai 1976, le milieu défensif du Bayern Munich marque le seul but de la finale de la Coupe des clubs champions européens 1975-1976, plongeant les Verts et la France entière dans la désolation[25]. Hans-Georg Schwarzenbeck (1966–1981, défenseur), inséparable partenaire de Beckenbauer en défense centrale en club comme en sélection, il effectue la totalité de sa carrière en Bavière. Son but en prolongation contre l'Atletico en 1974, lors de la première finale de Coupe des champions du club, permet à l'équipe de rester en jeu pour ensuite remporter le trophée[26]. Uli Hoeneß (1970–1978, attaquant) malgré sa carrière stoppée prématurément fait partie de cette liste. Milieu offensif ou attaquant, il est une légende du Bayern. C'est lui qui inscrit deux des quatre buts munichois lors de la finale rejouée de Coupe des champions contre l'Atletico Madrid (4-0), en 1974. Blessé en 1975, il met un terme à sa carrière à seulement 27 ans. Il devient manager général du club pendant trente ans puis président du conseil de surveillance en 2009[27]. Paul Breitner (1970–1974 puis 1978–1983, défenseur ou milieu), champion d'Europe avec le Bayern (et du monde avec la RFA) en 1974 au poste d'arrière gauche, il quitte Munich cette année-là pour le Real Madrid en raison d'un conflit avec Franz Beckenbauer. De retour au Bayern en 1978 (après le départ de Beckenbauer) en tant que milieu de terrain, il conduit le club bavarois à plusieurs titres (1980 et 1981), à la finale de la Coupe des champions 1982 et réintègre la Nationalmanschaft pour le Mondial 1982 en Espagne[28].

Lothar Matthäus, ballon d'or 1990

Succédant à Paul Breitner, parti au Real Madrid, Karl-Heinz Rummenigge (1974–1984, attaquant) arrive au Bayern en 1974. Il éblouit par sa capacité à dribbler plus que par ses qualités de finisseur, un rôle encore dévolu à cette époque à Gerd Müller. C'est à la fin des années 1970 que Kalle s'impose à la pointe de l'attaque munichoise, où il fait des merveilles. Vainqueur de la Coupe des champions 1976 contre Saint-Étienne et capitaine malheureux en 1982 contre Aston Villa, Rummenige est élu deux fois Ballon d'or en 1980 et 1981[29]. Durant la même préiode, Klaus Augenthaler (1976–1991, défenseur) ne connait qu'un seul club : le Bayern de Munich. Capitaine à partir de 1984, le défenseur central est sept fois champion. Il est par la suite entraîneur adjoint du club pendant cinq ans[30].

Lothar Matthäus (1984–1988 puis 1992–2000, milieu puis défenseur), Champion du monde 1990 et Ballon d'or la même année, est un joueur emblématique du Bayern des années 1980 et 1990. Grand meneur d'homme, aussi à l'aise dans les phases défensives qu'offensives, Matthaus gagne presque tout avec le Bayern, excepté la Ligue des champions (défaite en finale en 1999 face à Manchester United). Il quitte le Bayern en 2000 à 39 ans[31]. Il croise par intermittence Stefan Effenberg (1990–1992 puis 1998–2002, milieu). Joueur de caractère, voire caractériel, le milieu de terrain est le leader du Bayern entre 1998 et 2002, après un premier passage de 1990 à 1992. Très technique et doté d'une remarquable frappe de balle, il conduit ses coéquipiers à la victoire en Ligue des champions en 2001[32]. Dans le même temps deux jeunes joueurs sortent du centre de formation : Scholl et Kahn. Mehmet Scholl (1992–2007, milieu) passe quinze saisons en Bavière et un palmarès riche de huit Championnats, cinq Coupes d'Allemagne, une Coupe de l'UEFA en 1996 et une Ligue des champions en 2001. Joueur technique et instinctif, Scholl reste une icône du Bayern. Il intègre l'encadrement technique dès 2008 et dirige ensuite l'équipe réserve[33]. À 25 ans, Oliver Kahn (1994–2008, gardien) succède au prestigieux Raimond Aumann dans les buts bavarois. En quatorze saisons au club, il gagne tout : une Coupe de l'UEFA en 1996, huit titres de champion, six coupes et une Ligue des champions en 2001. Leader autoritaire, Kahn sait transmettre à son équipe sa rage de vaincre[34].

Arrivés tous deux en 1997, Élber et Lizarazu sont les seuls joueurs étrangers de cette liste. Giovane Élber (1997–2003, attaquant) éclabousse de sa classe les pelouses de Bundesliga. Quatre fois champion d'Allemagne (1999, 2000, 2001 et 2003), vainqueur de la Ligue des champions 2001, Elber marque 115 buts en 229 matches avec le Bayern[35]. Bixente Lizarazu (1997–2004 puis 2005–2006, défenseur) compte lui six titres de champion d'Allemagne et une Ligue des champions en 2001. Il est élu trois fois meilleur arrière latéral de Bundesliga. Un mental de guerrier et un fort tempérament qui ne peuvent que convenir au Bayern[36].

Capitaines

Les capitaines du Bayern Munich depuis que la création de la Bundesliga[37]. En 2008, le hollandais Mark van Bommel devient le premier capitaine étranger.

Lors de son dernier match, le 2 août 2008, Oliver Kahn est élu capitaine honoraire du Bayern Munich par les administrateurs du FCB[38].

Records

Joueurs les plus capés
# Nom Période Matchs
1 Oliver Kahn 1994–2008 632
2 Sepp Maier 1962–1979 623
3 Gerd Müller 1964–1979 573
4 Hans-Georg Schwarzenbeck 1966–1981 554
5 Klaus Augenthaler 1976–1991 545
6 Franz Beckenbauer 1964–1977 539
7 Bernd Dürnberger 1972-1985 505
8 Philipp Lahm 2002-2017 504
9 Bastian Schweinsteiger 2002-2015 500
10 Mehmet Scholl 1992–2007 469
Meilleurs buteurs
# Nom Période Buts
1 Gerd Müller 1964–1979 564
2 Karl-Heinz Rummenigge 1974–1984 217
3 Rainer Ohlhauser 1961-1970 215
4 Thomas Müller 2008 - 161
5 Roland Wohlfarth 1984–1993 155
6 Arjen Robben 2009- 145
7 Dieter Hoeneß 1979–1987 145
8 Giovane Élber 1997–2003 139
9 Dieter Brenninger 1962–1971 132
10 Claudio Pizarro 2001-2015 125

Effectif actuel

Effectif professionnel du Bayern Munich de la saison 2017-2018
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[note 5] Nom Date de naissance Sélection[note 6] Club précédent Contrat
1 G Neuer, ManuelManuel Neuer 27/03/1986 (31 ans) Allemagne Schalke 04 2011-2019
26 G Ulreich, SvenSven Ulreich 03/08/1988 (29 ans)
VfB Stuttgart 2015-2018
36 G Früchtl, ChristianChristian Früchtl 28/01/2000 (17 ans)
0 Formé au club 2017-2018
4 D Süle, NiklasNiklas Süle 03/09/1995 (21 ans) Allemagne 1899 Hoffenheim 2017-2022
5 D Hummels, MatsMats Hummels 16/12/1988 (28 ans) Allemagne Borussia Dortmund 2016-2021
13 D Rafinha, Rafinha 07/09/1985 (31 ans) Brésil Genoa CFC 2011-2018
17 D Boateng, JérômeJérôme Boateng 03/09/1988 (28 ans) Allemagne Manchester City 2011-2021
18 D Bernat, JuanJuan Bernat 01/03/1993 (24 ans) Espagne Valence CF 2014-2019
20 D Götze, FélixFélix Götze 11/02/1998 (19 ans) Allemagne -19 ans 0 Formé au club 2017-2019
27 D Alaba, DavidDavid Alaba 24/06/1992 (25 ans) Autriche Austria Vienne 2009-2021
34 D Friedl, MarcoMarco Friedl 16/03/1998 (19 ans) Autriche -21 ans 0 Formé au club 2017-2022
6 M Alcántara, ThiagoThiago Alcántara 11/04/1991 (26 ans) Espagne FC Barcelone 2013-2021
7 M Ribéry, FranckFranck Ribéry 07/04/1983 (34 ans) France Olympique de Marseille 2007-2018
8 M Martínez, JaviJavi Martínez 02/09/1988 (28 ans) Espagne Athletic Bilbao 2012-2021
10 M Robben, ArjenArjen Robben 23/01/1984 (33 ans) Pays-Bas Real Madrid 2009-2018
11 M  Rodriguez, JamesJames Rodriguez 12/07/1991 (26 ans) Colombie Real Madrid 2017-2019
19 M Rudy, SebastianSebastian Rudy 28/02/1990 (27 ans) Allemagne 1899 Hoffenheim 2017-2020
23 M Vidal, ArturoArturo Vidal 22/05/1987 (30 ans) Chili Juventus 2015-2019
24 M Tolisso, CorentinCorentin Tolisso 03/08/1994 (23 ans) France Olympique lyonnais 2017-2022
30 M Dorsch, NiklasNiklas Dorsch 15/01/1998 (19 ans) Allemagne -19 ans 0 Formé au club 2016-2018
32 M Kimmich, JoshuaJoshua Kimmich 08/02/1995 (22 ans) Allemagne RB Leipzig 2015-2020
35 M Sanches, RenatoRenato Sanches 18/08/1997 (20 ans) Portugal Benfica Lisbonne 2016-2021
40 M Benko, FabianFabian Benko 05/06/1998 (19 ans) Allemagne -18 ans 0 Formé au club 2016-2018
9 A Lewandowski, RobertRobert Lewandowski 21/08/1988 (29 ans) Pologne Borussia Dortmund 2014-2021
25 A Müller, ThomasThomas Müller 13/09/1989 (27 ans) Allemagne 0 Formé au club 2007-2021
29 A Coman, KingsleyKingsley Coman 13/06/1996 (21 ans) France Juventus 2015-2020
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Giovanni Mauri
  • Francesco Mauri
Entraîneur(s) des gardiens
  • Toni Tapalović
Kinésithérapeute
  • Christian Huhn
  • Helmut Erhard
  • Stephan Weickert
  • Gianni Bianchi
  • Bernd Schosser
Médecin(s)
  • Volker Braun
  • Holger Broich
  • Roland Schmidt

Légende

Le tableau suivant liste les joueurs en prêts pour la saison 2017-2018.

Joueurs prêtés
P. Nat. Nom Date de naissance Sélection Club en prêt
- M Costa, DouglasDouglas Costa 14/09/1990 (26 ans) Brésil Juventus Turin
- M Gnabry, SergeSerge Gnabry 14/07/1995 (22 ans) Allemagne TSG 1899 Hoffenheim

Distinctions individuelles reçues

Distinctions individuelles reçues par des joueurs ou entraineurs durant leur passage au Bayern Munich
Joueurs de champ Gardiens Entraîneurs

Couleurs et tenues

À la constitution initiale du club, les couleurs du Bayern sont désignées comme blanc et bleu, mais le club joue en maillot blanc et short noir jusqu'en 1905, quand le Bayern rejoint le Münchener SC. Le MSC décrète que les footballeurs doivent jouer en short rouge. Les jeunes du club sont alors appelés les "shorts rouges", ce qui est vécu comme une insulte[39]. Le Bayern joue ensuite en rouge et blanc pour la plupart de son existence, mais le bleu est adopté à quelques occasions. Lors de la saison 1968-1969, les maillots sont rayés de bleu et de rouge, et les shorts et les chaussettes sont bleu. Bayern porte également des rayures rouges et bleues entre 1995 et 1997, année où le bleu devient la couleur dominante pour la première fois quand Adidas publie un kit bleu marine à domicile avec une bande rouge sur la poitrine. En 1999, le Bayern revient à un kit à dominante rouge avec les manches bleues et en 2000 le club a publié un kit tout rouge traditionnelle avec les rayures blanches pour être portés en Ligue des champions[40].

Le kit extérieur porte une large gamme de couleurs au fil des ans, y compris le blanc, le noir, le bleu, l'or et le vert. En 2009, alors que le kit domicile est rouge, celui pour l'extérieur est bleu foncé tandis que le troisième maillot est blanc. Pour la saison 2010-2011, le Bayern joue en maillot rayé rouge et blanc à l'Allianz Arena, haut blanc avec bas bleu foncé à l'extérieur, et ensemble bleu foncé pour tous les matchs internationaux. Pour la saison 2012-2013, le Bayern joue en maillot rouge et or à la maison, les deux autres tenues sont blanches et orange.

Dans les années 1980 et 1990, le Bayern utilise un kit spécial à l'extérieur pour jouer contre le FC Kaiserslautern représentant les couleurs de l'équipe du Brésil (bleu et jaune), une superstition né du fait que le club ait du mal à y gagner.

1900-1945
1967
1991-93
1993-95
1995-97
1997-99
1999-2001
2001-03
2003-05
2005-06
2006-07
2007-09
2009-10
2010-11
2011-13
depuis 2013

Structures du club

Finances

À l'intersaison 2013, le club conserve des comptes excédentaires pour la vingtième année, ses fonds propres de 278 millions d'euros et une trésorerie estimée à 127,2 millions. Le Bayern Munich construit ses succès sportifs sur un modèle économique pérenne avec maîtrise des coûts et stratégie de diversification des ressources en guise de fondamentaux. Il est considéré comme un exemple pour le football européen, dont l'endettement reste endémique. Alors que l'ensemble des clubs européens cumule alors 1,7 milliard d'euros de pertes pour l'exercice 2011-2012 selon l'UEFA, le club bavarois affiche 11 millions de profits dans la même période. Le Bayern est en effet dans l'obligation d'équilibrer ses comptes pour s'autofinancer comme l'ensemble des clubs de Bundesliga. Une disposition édictée en 2002 stipule en effet que 50 % + 1 part d'un club allemand doivent appartenir à ses membres. Cette règle rend impossible toute prise de contrôle par un investisseur privé. Et en conséquence ferme la porte d'entrée aux oligarques russes ou aux capitaux du Golfe. « Cette mesure garantit notre indépendance et nous préserve de certaines dérives financières. Le Bayern ne reverse pas de dividendes à des actionnaires. Nos profits servent à nous refinancer et à investir sur le marché des transferts en ciblant des joueurs d'avenir. Nous utilisons notre argent de manière rationnelle », assure Karl-Heinz Rummenigge, alors président du conseil d'administration du Bayern Munich[41].

Boutique de supporters à Munich.

Précurseur avant l'heure du fair-play financier, auquel les clubs qualifiés pour les compétitions de l'UEFA doivent se conformer à l'horizon 2014, le Bayern ne dépense pas plus d'argent qu'il n'en génère. Sa masse salariale estimée alors à 156 millions d'euros représente seulement 47 % de ses revenus. Ce faible ratio comparé aux usages de certains concurrents européens permet au Bayern de dégager des fonds pour renforcer ses structures comme la construction de l'Allianz Arena et investir dans la formation[41].

Quatrième club le plus du riche du monde à cette époque (373,4 millions d'euros de revenus pour 2011-2012 et plus de 400 millions lors de la suivante), le Bayern s'appuie sur des recettes équilibrées, le préservant même d'un retournement de conjoncture. Ainsi les droits télés domestiques (36,7 millions) ne représentent alors que 11 % du budget du club, contre notamment 39 % pour la billetterie (129,2 millions d'euros), 25 % de sponsoring (82,3 millions d'euros) et 17 % pour le merchandising (57,5 millions d'euros)[41].

La prospérité du club tient à sa capacité à élargir ses différents postes de ressources avec, au cœur du dispositif, l'Allianz Arena dont il devient l'unique propriétaire après avoir racheté les parts détenues par l'autre club de la ville, le TSV Munich 1860. Les coûts de construction (346 millions d'euros) de ce stade de 71 000 places seront intégralement remboursés en 2020. Édifié en 2005, l'enceinte, dont le naming rapporte 6 millions annuels, affiche complet depuis son inauguration. Grâce à son espace restauration et sa boutique officielle qui ravissent les supporteurs, l'Allianz Arena est une véritable cash machine. « L'Allianz Arena a permis au club de changer de dimension et de développer une politique de marketing efficace. Nos contrats de sponsoring ont tous été renégociés à la hausse », explique Karl-Heinz Rummenigge[41].

Sponsoring

Adidas, principal sponsor et propriétaire à hauteur de 9% du Bayern.
Sponsors maillot du Bayern
Marque Période
Adidas 1974–1978
Magirus-Deutz bzw. Iveco 1978–1984
Commodore 1984–1989
Opel 1989–2002
Deutsche Telekom depuis 2002

Le Bayern revendique 32 partenaires commerciaux répartis en trois catégories : les deux principaux (Adidas et Deutsche Telekom) déboursent 25 millions d'euros par saison, les premiums (dont Allianz, Audi, Coca-Cola, Samsung ou Lufthansa) s'acquittent d'un ticket d'entrée annuel de 5 millions, tandis que les classiques (dont Nestlé, Sheraton, Siemens ou Continental) versent 2 millions. Pour une manne globale de 82,3 millions annuels validant une politique commerciale en adéquation avec l'identité du club. « Nous avons étudié le système de formation de l'Ajax Amsterdam, la politique de sponsoring de Manchester United ou la gestion du merchandising des San Francisco 49ers mais, au final, nous nous sommes appuyés sur nos spécificités pour développer notre propre modèle », insiste le dirigeant[41].

Partenaire du Bayern Munich depuis 2002, Deutsche Telekom renouvèle pour 3 ans le contrat de sponsoring qui le lie au club Bavarois fin 2009 pour un montant de 25 M€ annuels. Il continue ainsi, entre autres, d'apparaître sur les maillots des joueurs du club. La particularité de cet accord réside dans le fait que le montant varie à la hausse comme à la baisse selon les résultats du club sur la scène européenne notamment[42]. En 2011, le Bayern Munich renouvèle jusqu'en 2020 son engagement avec l'équipementier Adidas, portant à 60 ans la durée de leur union[43].

Si, sur les pelouses, le club bavarois est sponsorisé par Adidas, en dehors du terrain, c'est la marque Hugo Boss qui prend le relais. Joueurs et membres du staff du Bayern Munich revêtent la collection de costumes « Boss black » lors des sorties officielles. Une tenue spéciale Ligue des Champions est prévue pour la saison 2010-2011 : blazer marine et pantalon gris[44].

Stades

Modèle du Leopoldstrasse, stade utilisé de 1906 à 1924

Bayern effectue ses premiers entraînement à la Schyrenplatz dans le centre de Munich. Les premiers matchs officiels ont lieu sur la Theresienwiese. En 1901, le Bayern déménage à son premier stade, le Clemensstraße dans Schwabing.

Stadion Leopoldstraße (1906-1924)

Après avoir rejoint le Münchner Sport-Club en 1906, le Bayern se déplace au Leopoldstraße, terrain de MSC, en mai 1907[45]. Avec sa tribune couverte offerte par l'usine, il est le premier stade de football de Munich protégé contre le vent et les intempéries. Il possède une capacité de 8 000 places et est clôturé permettant ainsi au club de faire payer les places d'entrée. Le match d'ouverture est remporté 8-1 contre le FC Wacker Munich[46].

Comme les foules qui se rassemblent aux matchs à domicile du Bayern ne cessent d'augmenter au début des années 1920, le Bayern passe dans divers stades de Munich[47].

Grünwalder Stadion (1925-1972)

Dès 1925, le club partage le Grünwalder Stadion avec le TSV Munich 1860, les deux clubs évolueront ensuite toujours dans le même stade. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, le stade appartient au Munich 1860, et est encore familièrement connu comme le Sechzger (stade de 60, en référence à Munich 1860). Il est détruit pendant la guerre puis reconstruit.

Le record d'affluence pour un match du Bayern au Grünwalder Stadion est de plus de 50 000 personnes contre 1. FC Nuremberg lors de la saison 1961-1962[48]. Lors de la mise en place de la Bundesliga, le stade a une capacité maximale de 44 000 places qui est atteinte à plusieurs reprises. Aujourd'hui, les équipes amateurs et jeunes des deux clubs y jouent à domicile[49],[50].

Olympiastadion (1972-2005)

Article détaillé : Stade olympique de Munich.

Construit pour les Jeux olympiques d'été de 1972, par le cabinet de Günter Behnisch basé à Stuttgart, l'Olympiastadion est inauguré lors du dernier match de Bundesliga de la saison 1971-72, avec une capacité de 79 000 spectateurs, qui est atteinte en de nombreuses occasions durant son histoire. Au fil du temps, le stade olympique voit défiler les meilleures équipes du monde, les clubs les plus prestigieux comme l’Inter Milan, le FC Barcelone, le Real Madrid ou Manchester United sont tous venus défier le Bayern Munich dans son antre. Les plus grands artistes ont également défilé sur cette pelouse, dont Diego Maradona en demi-finale de la Coupe UEFA 1988-1989 avec le SSC Naples. Le club partage une grande part de son succès avec l’Olympiastadion : 18 titres de champion, 11 Coupes d’Allemagne, 4 Coupes d’Europe des clubs champions ou Ligue des champions (1974, 1975, 1976 et 2001), le titre d'équipe de l'année 1976 et les Coupes intercontinentales en 1976 et 2001[51]. Hélas, cette pelouse chargée d'histoire n'est plus témoin des exploits des meilleurs joueurs. Le Bayern Munich partage le stade avec le TSV 1860 Munich (football) jusqu'en 2005, année du déménagement pour l'Allianz Arena[52].

L'Olympiastadion, stade du Bayern Munich de 1972 à 2005.

Allianz Arena (depuis 2005)

Article détaillé : Allianz Arena.

Après le Grünwald Stadium et plus tard, l'Olympiastadion, l'Allianz Arena est le troisième de la longue histoire du Bayern et certainement le plus spectaculaire[53].

En 2002 le Bayern Munich et le TSV 1860 entreprennent conjointement la construction d'un nouveau stade, l'Allianz Arena, dans la périphérie nord de Munich. Stade le plus moderne d'Europe avec une capacité de plus de 70 000 places, il s'est déjà établi dans la conscience collective des fans de football du monde entier dans un court délai. La façade est composées de 2 760 coussins en forme de diamant formant le plus grand revêtement de la membrane du monde couvrant une superficie de 66 500 m2. Celle-ci s'illumine alternativement en rouge quand joue le Bayern Munich, en bleu pour le Munich 1860 et en blanc pour l'équipe d'Allemagne.

Cette première architecturale est conçue par les architectes de renommée mondiale Jacques Herzog et Pierre de Meuron. Le stade est particulièrement bien accueilli par le public de Munich, lors d'un référendum tenu durant l'automne 2001 qui voit une majorité écrasante de 65,8 % des citoyens munichois voter en faveur du projet de construction. La première pierre est posée le 21 octobre 2002 et moins de trois ans plus tard, le Bayern Munich affronte l'équipe d'Allemagne le 31 mai 2005 pour le match d'inauguration de l'arène[53]. Le premier joueur à y marquer un but en match officiel est l'Anglais Owen Hargreaves lors d'une victoire 3-0 contre le Borussia Mönchengladbach.

Schéma de la propriété de l'Allianz Arena.

Environ deux millions de fans visitent le stade chaque saison avec ses 71 000 places assises et debout. Le Bayern se permet même d'afficher une affluence moyenne de 68 000 personnes en Ligue des champions, c'est-à-dire 100 %, le stade étant réduit de 3 000 places en configuration UEFA. De plus 6 000 m2 d'installations de restauration prennent soin des exigences culinaires et le plus grand parc de stationnement à étages d'Europe fournit près de 10 000 places de parking[53].

Depuis mai 2012, le Erlebniswelt FCB, musée du club logé à l'Allianz Arena, attire plusieurs milliers des cinq millions de visiteurs de Munich chaque année. Le plus grand musée de club de football allemand raconte l'histoire de l'association dans une installation interactive qui couvre plus de 3 000 m2. L'exposition au niveau 3 du stade dispose d'innombrables expositions y compris les trophées, les chaussures et les maillots portés par les grands joueurs du Bayern passés et présents. L'histoire du clubs est racontée en utilisant un mélange enivrant de faits et d'informations, modernes mais en même temps tout à fait authentiques. Trophées, coupes et plus de 500 autres objets sont exposés. Les visiteurs peuvent aussi visiter le gigantesque FC Bayern Megastore qui propose les produits dérivés officiels dédiés au club sur près de 1 000 m2[53].

Le Bayern est aujourd'hui le seul actionnaire de l'Allianz Arena. Le TSV 1860 Munich (football), à l'origine lui aussi occupant du stade, est locataire jusqu'à 30 juin 2025. Selon une enquête menée par la revue politique Cicero, le stade devient le lieu de sport favori d'Allemagne ainsi que l'un des dix meilleurs sites nationaux, seulement trois ans après avoir été construit[53].

Vue intérieure de l'Allianz Arena.

Siège, centre d'entraînement et de formation

Entrée du siège social.

Après seulement 14 mois de travaux, le ServiceCenter FCB ouvre ses portes au public en juin 2008. La nouvelle installation de la marque au siège Säbener Straße offre à ses membres, fans et clients une vaste gamme de services liés au club dont la billetterie, les bureaux des groupes de supporters et un nouveau magasin dédié au Bayern Munich. La façade de 95 mètres bénéficie d'un régime de conception rouge, des panneaux de verre anthracite et d'énormes logos du club. La réception et les bureaux de l'administration ainsi que la billetterie sont des répliques miniatures de l'Allianz Arena, fournissant l'un des nombreux plaisirs visuels du nouveau stade. Le nouveau mégastore de 250 mètres carrés est un véritable trésor pour les fidèles du club et ses superstars Ribéry, Schweinsteiger, Lahm & Co, avec les répliques des tenues, les maillots, casquettes et bien plus encore. À côté, l'agence de voyage Bayern Tours offre un service complet idéal pour les professionnels et particuliers, et propose des activités sportives et autres services de voyage aux supporters. Le parking hors-sol possède une capacité de 65 voitures et quatre bus[54].

Au lendemain de la saison 2007-2008, d'importants travaux de reconstruction débutent à la Säbener Straße. Les quartiers des joueurs professionnels, base du personnel depuis 1990, est entièrement vidé, reconstruits. La création d'un tout nouveau centre de performance a lieu en l'espace de seulement six semaines. En tant que président Karl-Heinz Rummenigge déclare alors : « Nous sommes tous ravis. C'est une véritable oasis pour les joueurs, ce qui leur permet de se concentrer à 100 % sur le football ». Le centre de la performance de 2 000 mètres carrés est principalement conçu pour aider les joueurs à développer leurs compétences à la fois sur et hors du terrain. Les plans sont en partie inspirés par les salons des joueurs des plus grands clubs de NFL et NBA. Le premier étage dispose également d'une salle de formation en ligne (e-learning), destinée à des cours de langue et d'informatique. Un escalier mène sur le toit, où la coupole de verre reconnaissables de l'ancien magasin de fans abrite aujourd'hui un auditorium. La salle de cinéma privée avec un écran de 2,8 m et 39 sièges en cuir est utilisée pour des entretiens avec l'équipe et l'analyse vidéo, des cabines paravent sont installées pour un maximum de cinq traducteurs simultanés. Les principaux vestiaires, celui des entraîneurs et les douches, avec trois salles de bains d'eau glacée, sont situées au rez-de-chaussée. Chacun des casiers du vestiaire reconstruit intègre une petite planche de messages numériques et l'affichage horaire quotidien spécifique de chaque individu[55].

Terrains d'entraînement avec les bureaux en fond.

La reconstruction offre également l'occasion de réunir la famille administrative du Bayern. Un nouvel espace de bureau sur les premier et deuxième étages permet à la section merchandising de retourner « à la maison » après des années dans un logement temporaire dans la banlieue de Oberhaching . Les billetterie, les services aux abonnés, le recrutement, les clubs de fans ainsi que les départements d'autographes, électronique et du trafic sont également logés dans le nouveau bâtiment. Les membres du conseil ont des bureaux au deuxième étage avec une excellente vue sur les terrains d'entraînement des joueurs. Les sections des finances et de comptabilité sont situés à côté des bureaux de gestion. Le premier étage abrite les médias et la communication, les départements juridique, parrainage, marketing-événementiel et droits des médias. Le rez-de-chaussée et sous-sol contiennent la section informatique ainsi que les vestiaires et les quartiers de joueurs pour la réserve et les équipes juniors[56].

Le site de Säbener Strasse héberge toutes les équipes du Bayern, des séniors jusqu'aux moins de huit ans. Les stars d'aujourd'hui et de demain perfectionnent leurs compétences sur cinq terrains en herbe, dont deux chauffés. En gazon naturel, ceux-ci sont entretenus par une équipe de jardinier à temps plein. Le site de 80 000 mètres carrés dispose également de deux terrains en pelouse synthétique de troisième génération, d'un terrain de beach volley et d'une salle polyvalente de sport. Les professionnels comme les juniors bénéficient de ces installations[57].

L'immeuble adjacent au siège social est construit en 1990 en même temps que le quartier des professionnels. L'établissement peut accueillir jusqu'à 14 joueurs âgés de 15 à 18 ans, dont les familles sont trop loin de Munich pour les déplacements quotidiens. Une salle commune à l'étage dispose d'une cuisine et d'une salle de jeux. Une équipe allant jusqu'à onze tuteurs est disponible pour aider aux devoirs l'après-midi. L'académie est gérée depuis 2007 par Gertrud Wanke. Elle est assistée par de jeunes travailleurs qualifiés et le tuteur Andreas Kronenberg, spécifiquement chargée d'aider les gars pour un usage productif de leur temps libre. Les bureaux administratifs de l'équipe juniors sont situées au rez-de-chaussée de l'immeuble, centré sur le bureau de Wolfgang Dremmler, directeur des sections jeunes et de la réserve du club. Le complexe dispose également d'une salle de conférence avec des équipements modernes de communication, la salle est utilisée pour des réunions et des présentations[58].

Rivalités

Derby de Munich

Article détaillé : Derby de Munich.

Le derby de Munich (Münchner Stadtderby) désigne les rencontres entre le Bayern Munich et son rival local le TSV Munich 1860, qui sont les deux clubs de football munichois ayant connu le plus de succès. Ces rencontres sont aussi appelées derby local de Munich (Münchner Lokalderby). Le premier match entre ces deux équipes a lieu le 21 septembre 1902 dans le quartier de Schwabing dans la Clemensstraße, lorsque le TSV 1860 Munchen s'appelait encore TV 1860 München[59].

D'après le comptage usuel, la rencontre remportée par le Bayern Munich en quart de finale de la Coupe d'Allemagne 2007-2008 est le 204e derby entre les deux clubs. Ce comptage est cependant incomplet. Les archives du TSV 1860 ayant été en majeure partie détruites lors de la Seconde Guerre mondiale, les derby précédant cette période sont presque entièrement documentés par les archives du Bayern. Il existe toutefois, dans des journaux ou des publications du TSV 1860, des indices concernant d'autres rencontres entre les deux clubs, par exemple une victoire 8-0 du TSV 1860 le 22 décembre 1918[60] ou un match nul 3-3 en 1938[61].

Les 204 rencontres du comptage usuel comportent des rencontres officielles et des matchs amicaux. Les statistiques penchent pour le Bayern[62] puisque celui-ci totalise 105 victoires, pour 49 victoires du TSV 1860 et 50 matchs nuls. De plus, le Bayern Munich marque 437 buts et en encaisse 278, soit une différence de +159. La plus grosse victoire du Bayern date du 3 octobre 1909 et un score finale de 7-0 pour le Bayern Munich, tandis que le plus gros revers est une défaite 7-1 le 27 octobre 1918. Trois ans plus tôt, le 4 juillet 1915, le TSV s'impose 9-4[62]. Les deux clubs évoluent depuis 2004 dans des championnats différents, respectivement en première et deuxième Bundesliga.

Derby de Bavière

Le Bayernderby (derby de Bavière) opposant le Bayern Munich et le FC Nuremberg est une rivalité encore peu connue en Europe entre les deux clubs les plus titrés d’Allemagne[63].

Le premier match officiel a lieu après la Seconde Guerre mondiale lors de la saison 1945-1946. Les équipes évoluent alors en Öberliga Süd, championnat qui réunit les clubs de la zone d’occupation américaine située dans les futurs Länder du Bade-Wurtemberg, d’Hesse et de Bavière. Le régime Nazi affaibli le Bayern Munich, considéré comme le « club des juifs », il se retrouve fortement affaibli face au FC Nuremberg qui fait alors partie des clubs puissants. En effet, ils remportent en 1948 le premier championnat national allemand de l’après-guerre. Nuremberg glane ensuite plusieurs titres (six au total) durant l’entre deux guerres (entre 1918 et 1939), ce qui lui vaut le surnom de Die Legende en Allemagne[63].

La puissance de Nuremberg continue jusqu’en 1968 et la fin d’une époque, les années 1970 marquant le début de la suprématie du Bayern Munich en RFA. La génération Breitner, Maier, Hoeness, Beckenbauer et Müller écrit la première ligne d’un long palmarès pour le FCB. Cette domination s’accélère lors de la réunification allemande au début des années 1990[63].

Bayern - Dortmund

La rivalité entre le Borussia Dortmund et le Bayern Munich se réfère à l'antagonisme entre deux des principaux clubs de football du championnat d'Allemagne. Le Bayern voit le jour en 1900 tandis que le Borussia est fondé 9 ans plus tard à Dortmund. Si la première rencontre entre les deux équipes a lieu en 1965, la rivalité s'accentue depuis le milieu des années 1990, période à partir de laquelle le Borussia prive à plusieurs reprises les bavarois d'un sacre national. Par ailleurs, les deux clubs se rencontrent également en Ligue des Champions en 1998, Dortmund élimine alors Munich après prolongations.

Les statistiques des confrontations tout comme le palmarès respectif sont à l'avantage du club munichois. Le Bayern est le club le plus titré d'Allemagne, détenant plus de titres de champion d'Allemagne et de coupes d'Allemagne qu'aucun autre club du pays. Il remporte également à cinq reprises la Ligue des champions ainsi qu'une Coupe des Coupes et une Coupe UEFA, là où le BVB ne remporte qu'une Ligue des Champions et une Coupe des Coupes.

Supporters

Dans la rubrique supporters, Munich récolte aussi les bons points. Ses ultras procurent l'une des meilleures ambiances d’Allemagne lors de matchs à l’extérieur et combattent, aux côtés de nombreuses amitiés telles qu’avec le VfL Bochum, le Hertha Berlin ou le FC Sankt Pauli, l’homophobie et le racisme dans les stades[63].

Supporters en 2014.

Ils sont connus aussi pour avoir protestés contre la venue de Manuel Neuer, ancien joueur de Schalke 04. En effet, Schalke 04 est un grand ennemi du Bayern à cause de ses liens officiels avec le régime nazi. La Schikeria Munich, un des grands groupes d’ultras du club, le conspue avant et après son arrivée au Bayern à coups de « Koan Neuer » (Pas de Neuer en bavarois) mais les prestations de hautes qualités du joueur ont finalement raison de l’animosité des ultras qui l’applaudissent longuement en avril 2012 après la victoire en demi-finale de Ligue des champions face au Real Madrid[63].

Grande particularité des supporters munichois, ils n’utilisent ni mégaphone, ni porte-voix durant les matchs. Ils communiquent de vive voix avec leurs tribunes respectives. La Südkurve (tribune Sud) fait partie des meilleures ambiances d’Allemagne[63].

En novembre 2013, les supporters du Bayern affichent une banderole signifiant « 75 ans après les pogroms, personne n’a oublié » lors de la réception du FC Augsbourg. À l’heure où l’Europe du foot est gangrénée par la judéophobie et le racisme, les supporters du Bayern se tiennent dans la droite ligne de leur passé (le club était qualifié pendant la Shoah de « club des juifs »), se remémorant ainsi la Nuit de Cristal[64]. Quelques mois plus tard, à l'occasion du huitième de finale de la Ligue des champions face à Arsenal FC, le Bayern Munich prend en charge une partie des frais de déplacement des supporters. Pour leur soutien apporté au cours de l'année 2013, les dirigeants du clubs décident de faire un geste et de prendre en charge 90 000 euros des frais de billets dépensés par les fans pour le déplacement à l'Emirates Stadium le 19 février 2014. Les supporters bavarois bénéficiant ainsi d'une réduction de 30 euros sur leur billet pour se rendre à Londres[65]. Dans les semaines qui suivent, le club décide de ne pas renouveler l’abonnement des fans qui assistent à moins de 8 matchs à domicile. Cette décision s’explique par le fait que beaucoup d’abonnés préfèrent rester chez eux surtout quand le club affronte des formations de calibre inférieur, laissant certaines places inoccupées et pénalisant ainsi d’autres supporters qui désireraient venir au stade[66].

Le Bayern de Munich possède plusieurs fans célèbres dont l'ex-pape Benoît XVI[67], Boris Becker[68] et Arnold Schwarzenegger[69]

Évolution du nombre de supporters depuis 2000[70],[71]
Saison 2000-2001 2001-2002 2002-2003 2003-2004 2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 nov 2013
Membres 91 288 95 195 96 440 97 810 104 720 121 119 135 752 147 072 151 227 162 187 171 345 187 865 195 689 223 985
Fanclubs 1 909 1 980 2 055 2 123 2 189 2 290 2 329 2 437 2 535 2 764 2 952 3 202 3 576
Membres de fanclubs 115.343 121.348 132.308 136.563 146.009 156.673 164.580 176.976 181.688 192.160 204.235 231.197 262.077

Autres sections

En plus d'être l'un des clubs le plus populaire d'Allemagne, le Bayern Munich possède d'autres sections apparues pour la majorité autour des années 1940, quand l'ensemble du département juniors est étendu à tous les gymnases disponibles de Munich après que l'équipe de football soit tombée en disgrâce avec le Reich. Cela contribue à façonner la suprématie du Bayern, non seulement dans le football mais aussi dans des domaines comme le basket-ball, la gymnastique ou le handball[72].

Équipe réserve et centre de formation

Célébration d'une victoire en 2008.

L'équipe réserve sert principalement de dernière marche de progression pour les jeunes joueurs prometteurs avant d'être promu en équipe première. Depuis la création de la Regionalliga en 1994, l'équipe joue dans la Regionalliga Sud, après avoir joué en Oberliga jusqu’en 1978. Durant la saison 2007-08, les Bavarois se qualifient pour le 3e Liga nouvellement créée, où ils restent jusqu'en 2011. Cela met alors fin à 33 années consécutives durant lesquelles l'équipe évolue dans la ligue la plus élevée que la Fédération allemande de football permet pour la deuxième équipe d'un club professionnel.

Une autre particularité qui façonne le Bayern, en étant différent des autres équipes de football, est qu'il dépense peu d'argent pour acheter des joueurs étrangers et se repose essentiellement sur les juniors de son centre de formation. Philipp Lahm, Thomas Müller, Bastian Schweinsteiger ou encore Owen Hargreaves sont tous passés par les équipes junior du club. Leur programme de formation s'avère efficace et s'appuie sur tous les joueurs vivant plusieurs heures de route de la Munich. Le Bayern organise aussi chaque année le Talent Day où plus de 500 enfants sont invités à disputer un tournoi sous forme de matchs de 20 minutes entre équipes de 5 joueurs, à la fin entre de 7 et 10 joueurs sont retenus. Ce tournoi a aujourd'hui une portée internationale. En 1990, le Bayern Munich construit une résidence pour les joueurs qui vivent trop loin du terrain d'entraînement. Il peut accueillir jusqu'à 14 jeunes, le club a également recruté des enseignants à temps partiel pour les aider à combler les lacunes possibles dans leur éducation. Ainsi, les résultats d'une stratégie de transfert intelligent combiné avec les possibilités étonnantes offertes par l'académie des jeunes est la réponse trouvée par le club au problème de stabilité d'un effectif[72].

Football féminin

Article détaillé : Bayern Munich (féminines).

Après des années fastes à ses débuts dans les années 1970-1980, avec un titre de championne en 1976, un deuxième en 2015 et 4 secondes places, l'équipe connait une période de creux dans les années 1990. Aujourd'hui l'équipe revit après sa promotion en Bundesliga féminine en 2000. L'équipe une est un pilier de la Bundesliga, l'une des meilleures ligues féminine du monde. L'entraîneur en chef de l'équipe fanion, Thomas Wörle, s'appuie sur un mélange sain des joueuses jeunes, talentueuses et expérimentées. Avec ce mélange, les FCB remporte durant la saison 2011/12 sa première Coupe DFB. En tout, le club compte 4 équipes féminines : deux équipes séniors évoluant dans les deux premières divisions nationales et deux équipes de moins de 17 ans. Karin Danner manage ces équipes qui jouent soit au Grünwalder Stadion (équipe fanion), au Sportpark Aschheim (réserve et équipe 1 des U17) ou alors au centre d'entraînement de la Säbener Straße (pour la réserve U17)[73].

Basket-ball

Article détaillé : Bayern Munich (basket-ball).

La section basket-ball est fondée par Franz Kronberger en 1946, lors de son retour blessé de la guerre qui le force à changer de sport qui jusque-là était le football. Une dizaine d'années plus tard, le club remporte deux championnats d'Allemagne consécutifs (1954 et 1955). Klaus Schultz devient le premier joueur à être transféré en ligue supérieure alors que le club remporte sa première Coupe d'Allemagne en 1968. Même si en 1974 l'équipe est reléguée en deuxième division, les Reds n'abandonne pas et lancent en 2008 un projet de retour ancienne gloire du club. En 2010, l'équipe est promue en Bundesliga. Depuis lors, ils sont toujours classés parmi les meilleures équipes[72] et gagnent le titre en 2014. Actuellement ils sont entraînés par le serbe Svetislav Pešić.

Échecs

Tout comme la majorité des autres sections sportives du Bayern Munich, le principal objectif du club d'échecs est la formation de nouveaux talents dans les confins de l'école "Wilhelm-Hausenstein". La section d'échecs existe depuis 1908 et remporte en 1992 la Coupe d'Europe des clubs, mais il prend sa retraite des compétitions de haut niveau en 1995 en continuant à jouer dans les ligues locales. En 2000, l'équipe participe au championnat national allemand et réussi à terminer parmi les premiers[72].

Autres

Le Bayern Munich comprend aussi des sections football séniors, handball, quilles et tennis de table.

Anciennes sections

L'association sportive Fußball-Club Bayern München a également trois anciennes sections sportives.

Le club comporte une équipe de baseball principalement dans les années 1960. Peu de temps après sa création, elle remporte en 1962 le championnat d'Allemagne de baseball en dominant le champion en titre du TB Germania Mannheim sur le score de 10-6. L'année suivante, les Munichois s'inclinent en finale contre ce même adversaire. Après être devenu vice-champion national en 1966, le Bayern Munich remporte une nouvelle fois le titre de champion d'Allemagne en 1969. La dissolution de la section baseball a lieu au début des années 1970 après un troisième titre de vice-champion en 1970[74].

Une section de hockey sur glace existe au sein du club de 1966 à 1969. Le Münchener Eislauf-Verein von 1883, ou de manière abrégée MEV 1883, est un club munichois de sports de glace, où le hockey sur glace est pratiqué depuis le début du vingtième siècle. Dans la nuit du 7 janvier 1966, la section de hockey sur glace du MEV 1883 décide de rejoindre le Bayern Munich. À l'issue de la saison 1966-1967, l'équipe obtient la montée dans le championnat d'Allemagne. En 1967, elle remporte également le DEV-Pokal, une compétition de hockey organisée jusqu'en 1968. À la suite de la montée, l'équipe du Bayern participe à deux éditions du championnat d'Allemagne avant la dissolution de la section en 1969. Après cette dissolution, l'équipe rejoint à nouveau les rangs du MEV 1883.

La section gymnastique du Bayern Munich est créé en 1974. Elle promeut les disciplines olympiques de la gymnastique artistique. Bernhard Simmelbauer, membre du club, prend part aux Jeux olympiques d'été de 1984 et 1988 ainsi qu'aux championnats du monde de gymnastique artistique 1985 de Montréal, atteignant la quatrième place au concours par équipes des Jeux olympiques en 1984. Le club remporte quatre titres de champion d'Allemagne dans les années 1980 en 1983, 1986, 1987 et 1988, ainsi que cinq titres de vice-champion en 1981, 1982, 1984, 1985 et 1989[72]. Après deux relégations en deuxième division nationale en 2008 puis 2012, l'équipe de gymnastique retrouve à chaque fois immédiatement la première division dès 2009 et 2013 respectivement. Peu de temps après, la dissolution de la section gymnastique est décidée par l'association en janvier 2014[75].



This article uses material from the Wikipedia article "Bayern Munich", which is released under the Creative Commons Attribution-Share-Alike License 3.0. There is a list of all authors in Wikipedia

Sports List

Air sports
• Aerobatics
• Air racing
• Cluster ballooning
• Hopper ballooning

Wingsuit flying
• Gliding
• Hang gliding
• Powered hang glider
• Human powered aircraft
• Model aircraft
• Parachuting
• Banzai skydiving
• BASE jumping
• Skydiving
• Skysurfing
• Wingsuit flying
• Paragliding
• Powered paragliding
• Paramotoring
• Ultralight aviation

Archery
• Field archery
• Flight archery
• Gungdo
• Indoor archery
• Kyūdō
• Popinjay
• Target archery

Ball-over-net games
• Badminton
• Ball badminton
• Biribol
• Bossaball
• Fistball
• Footbag net
• Football tennis
• Footvolley
• Hooverball
• Jianzi
• Padel
• Peteca
• Pickleball
• Platform tennis
• Sepak takraw
• Sipa
• Throwball
• Volleyball
• Beach volleyball
• Water volleyball
• Paralympic volleyball
• Wallyball
• Ringo


Basketball family
• Basketball
• Beach basketball
• Deaf basketball
• Streetball
• Water basketball
• Wheelchair basketball
• Cestoball
• Korfball
• Netball
• Fastnet
• Indoor netball
• Ringball
• Slamball

Bat-and-ball (safe haven)
• Baseball
• Softball
• Slow pitch
• Fast-pitch softball
• 16-inch softball
• Bat and trap
• British baseball – four posts
• Brännboll – four bases
• Corkball – four bases (no base-running)
• Cricket – two creases
• Indoor cricket
• Limited overs cricket
• One Day International
• Test cricket
• Twenty20
• Danish longball
• Kickball
• Kilikiti
• Lapta – two salos (bases)
• The Massachusetts Game – four bases
• Matball
• Oina
• Old cat – variable
• Over-the-line – qv
• Palant
• Pesäpallo – four bases
• Punchball
• Rounders – four bases or posts
• Scrub baseball – four bases (not a team game per se)
• Stickball – variable
• Stool ball – two stools
• Tee-ball
• Town ball – variable
• Vigoro – two wickets
• Wireball
• Wiffleball

Baton twirling
• Baton twirling

Acro sports
• Ballet
• Dancing
• Cheerleading
• Gymnastics

Performance sports
• Drum corps
• Marching band

Board sports

• Skateboarding
• Scootering
• Casterboarding
• Freeboard (skateboard)
• Longboarding
• Streetboarding
• Skysurfing
• Streetluge
• Snowboarding
• Mountainboarding
• Sandboarding
• Snowkiting
• Surfing
• Wakesurfing
• Bodyboarding
• Riverboarding
• Skimboarding
• Windsurfing
• Wakeboarding
• Kneeboarding
• Paddleboarding

Catch games
• Dodgeball
• Ga-ga
• Keep away
• Kin-Ball
• Newcomb ball
• Quidditch
• Rundown (a.k.a. Pickle)
• Yukigassen

Climbing

• Abseiling
• Aid climbing
• Ice climbing
• Mixed climbing
• Mountaineering
• Rock climbing
• Bouldering
• Deep-water soloing
• Sport climbing
• Traditional climbing
• Other
• Canyoning (Canyoneering)
• Coasteering
• Hiking
• Rope climbing
• Pole climbing

Cycling

• Artistic cycling
• BMX
• Cyclo-cross
• Cross-country mountain biking
• Cycle polo
• Cycle speedway
• Downhill mountain biking
• Dirt jumping
• Enduro mountain biking
• Freestyle BMX
• Hardcourt Bike Polo
• Road bicycle racing
• Track cycling
• Underwater cycling

Skibob
• Skibobbing

Unicycle

• Mountain unicycling
• Unicycling
• Unicycle basketball
• Unicycle hockey
• Unicycle trials
Combat sports: wrestling and martial arts
• Aiki-jūjutsu
• Aikido
• Jujutsu
• Judo
• Brazilian jiu-jitsu
• Sambo (martial art)
• Sumo
• Wrestling
• Amateur wrestling
• Greco-Roman wrestling
• Freestyle wrestling
• Folk wrestling
• Boli Khela
• Collar-and-elbow
• Cornish wrestling
• Dumog
• Glima
• Gouren
• Kurash
• Lancashire wrestling
• Catch wrestling
• Malla-yuddha
• Mongolian wrestling
• Pehlwani
• Professional wrestling
• Schwingen
• Shuai jiao
• Ssireum
• Varzesh-e Pahlavani
• Yağlı Güreş
• Greek wrestling

Striking

• Choi Kwang-Do
• Cockfighting
• Boxing
• Bokator
• Capoeira
• Fujian White Crane
• Karate
• Kenpō
• Kickboxing
• Lethwei
• Muay Thai
• Pradal serey
• Sanshou
• Savate
• Shaolin Kung Fu
• Sikaran
• Silat
• Subak
• Taekkyeon
• Taekwondo
• Taidō
• Tang Soo Do
• Wing Chun
• Zui quan

Mixed or hybrid
• Baguazhang
• Bando
• Bartitsu
• Bujinkan
• Hapkido
• Hwa Rang Do
• Jeet Kune Do
• Kajukenbo
• Kalaripayattu
• Krav Maga
• Kuk Sool Won
• Marine Corps Martial Arts Program
• Mixed martial arts
• Northern Praying Mantis
• Ninjutsu
• Pankration
• Pencak Silat
• Sanshou
• Shidōkan Karate
• Shōrin-ryū Shidōkan
• Shoot boxing
• Shootfighting
• Shorinji Kempo
• Systema
• T'ai chi ch'uan
• Vajra-mushti
• Vale tudo
• Vovinam
• Xing Yi Quan
• Zen Bu Kan Kempo

Weapons
• Axe throwing
• Battōjutsu
• Boffer fighting
• Eskrima
• Egyptian stick fencing
• Fencing
• Gatka
• Hojōjutsu
• Iaidō
• Iaijutsu
• Jōdō
• Jogo do pau
• Jūkendō
• Jittejutsu
• Kendo
• Kenjutsu
• Krabi–krabong
• Kung fu
• Kyūdō
• Kyūjutsu
• Modern Arnis
• Naginatajutsu
• Nguni stick-fighting
• Okinawan kobudō
• Shurikenjutsu
• Silambam
• Sōjutsu
• Sword fighting
• Wushu
• Kumdo
• Wing Chun


Skirmish
• Airsoft
• Laser tag
• Paintball


Cue sports
• Carom billiards
• Three-cushion
• Five-pins
• Balkline and straight rail
• Cushion caroms
• Four-ball (yotsudama)
• Artistic billiards
• Novuss (and cued forms of carrom)
• Pocket billiards (pool)
• Eight-ball
• Blackball (a.k.a. British eight-ball pool)
• Nine-ball
• Straight pool (14.1 continuous)
• One-pocket
• Three-ball
• Seven-ball
• Ten-ball
• Rotation
• Baseball pocket billiards
• Cribbage (pool)
• Bank pool
• Artistic pool
• Trick shot competition
• Speed pool
• Bowlliards
• Chicago
• Kelly pool
• Cutthroat
• Killer
• Russian pyramid
• Snooker
• Sinuca brasileira
• Six-red snooker
• Snooker plus
• Hybrid carom–pocket games
• English billiards
• Bottle pool
• Cowboy
• Obstacle variations
• Bagatelle
• Bar billiards
• Bumper pool
• Table Sports
• Foosball


Equine sports
• Buzkashi
• Barrel racing
• Campdrafting
• Cirit
• Charreada
• Chilean rodeo
• Cross country
• Cutting
• Dressage
• Endurance riding
• English pleasure
• Equitation
• Eventing
• Equestrian vaulting
• Gymkhana
• Harness racing
• Horse racing
• Horseball
• Hunter
• Hunter-jumpers
• Jousting
• Pato
• Reining
• Rodeo
• Show jumping
• Steeplechase
• Team penning
• Tent pegging
• Western pleasure


Fishing
• Angling
• Big-game fishing
• Casting
• Noodling
• Spearfishing
• Sport fishing
• Surf fishing
• Rock fishing
• Fly fishing
• Ice fishing

Flying disc sports

• Beach ultimate
• Disc dog
• Disc golf
• Disc golf (urban)
• Dodge disc
• Double disc court
• Flutterguts
• Freestyle
• Freestyle competition
• Goaltimate
• Guts
• Hot box
• Ultimate

Football

• Ancient games
• Chinlone
• Cuju
• Episkyros
• Harpastum
• Kemari
• Ki-o-rahi
• Marn Grook
• Woggabaliri
• Yubi lakpi
• Medieval football
• Ba game
• Caid
• Calcio Fiorentino
• Camping (game)
• Chester-le-Street
• Cnapan
• Cornish hurling
• Haxey Hood
• Knattleikr
• La soule
• Lelo burti
• Mob football
• Royal Shrovetide Football
• Uppies and Downies
• Association football
• Jorkyball
• Paralympic football
• Powerchair Football
• Reduced variants
• Five-a-side football
• Beach soccer
• Futebol de Salão
• Futsal
• Papi fut
• Indoor soccer
• Masters Football
• Street football
• Freestyle football
• Keepie uppie
• Swamp football
• Three sided football
• Australian football
• Nine-a-side footy
• Rec footy
• Metro footy
• English school games
• Eton College
• Field game
• Wall game
• Harrow football
• Gaelic football
• Ladies' Gaelic football
• Gridiron football
• American football
• Eight-man football
• Flag football
• Indoor football
• Arena football
• Nine-man football
• Six-man football
• Sprint football
• Touch football
• Canadian football
• Street football (American)
• Rugby football
• Beach rugby
• Rugby league
• Masters Rugby League
• Mod league
• Rugby league nines
• Rugby league sevens
• Tag rugby
• Touch football
• Wheelchair rugby league
• Rugby union
• American flag rugby
• Mini rugby
• Rugby sevens
• Tag rugby
• Touch rugby
• Rugby tens
• Snow rugby
• Hybrid codes
• Austus
• Eton wall game
• International rules football
• Samoa rules
• Speedball
• Universal football
• Volata


Golf

• Miniature golf
• Match play
• Skins game
• Speed golf
• Stroke play
• Team play
• Shotgun start

Gymnastics

• Acrobatic gymnastics
• Aerobic gymnastics
• Artistic gymnastics
• Balance beam
• Floor
• High bar
• Parallel bars
• Pommel horse
• Still rings
• Uneven bars
• Vault
• Juggling
• Rhythmic gymnastics
• Ball
• Club
• Hoop
• Ribbon
• Rope
• Rope jumping
• Slacklining
• Trampolining
• Trapeze
• Flying trapeze
• Static trapeze
• Tumbling

Handball family
• Goalball
• Hitbal
• Tchoukball
• Team handball
• Beach handball
• Czech handball
• Field handball
• Torball
• Water polo

Hunting

• Beagling
• Big game hunting
• Deer hunting
• Fox hunting
• Hare coursing
• Wolf hunting

Ice sports
• Bandy
• Rink bandy
• Broomball
• Curling
• Ice hockey
• Ringette
• Ice yachting
• Figure skating


Kite sports
• Kite buggy
• Kite fighting
• Kite landboarding
• Kitesurfing
• Parasailing
• Snow kiting
• Sport kite (Stunt kite)

Mixed discipline
• Adventure racing
• Biathlon
• Duathlon
• Decathlon
• Heptathlon
• Icosathlon
• Modern pentathlon
• Pentathlon
• Tetrathlon
• Triathlon

Orienteering family
• Geocaching
• Orienteering
• Rogaining
• Letterboxing
• Waymarking

Pilota family
• American handball
• Australian handball
• Basque pelota
• Jai alai
• Fives
• Eton Fives
• Rugby Fives
• Frisian handball
• Four square
• Gaelic handball
• Jeu de paume
• Palla
• Patball
• Valencian pilota

Racquet (or racket) sports
• Badminton
• Ball badminton
• Basque pelota
• Frontenis
• Xare
• Beach tennis
• Fives
• Matkot
• Padel
• Paleta Frontón
• Pelota mixteca
• Pickleball
• Platform tennis
• Qianball
• Racketlon
• Racquetball
• Racquets
• Real tennis
• Soft tennis
• Speed-ball
• Speedminton
• Squash
• Hardball squash
• Squash tennis
• Stické
• Table tennis
• Tennis
Remote control
• Model aerobatics
• RC racing
• Robot combat
• Slot car racing

Rodeo-originated
• Bullriding
• Barrel Racing
• Bronc Riding
• Saddle Bronc Riding
• Roping
• Calf Roping
• Team Roping
• Steer Wrestling
• Goat Tying

Running
• Endurance
• 5K run
• 10K run
• Cross-country running
• Half marathon
• Marathon
• Road running
• Tower running
• Ultramarathon
• Sprint
• Hurdles

Sailing / Windsurfing
• Ice yachting
• Land sailing
• Land windsurfing
• Sailing
• Windsurfing
• Kiteboarding
• Dinghy sailing

Snow sports
• Alpine skiing
• Freestyle skiing
• Nordic combined
• Nordic skiing
• Cross-country skiing
• Telemark skiing
• Ski jumping
• Ski touring
• Skijoring
• Speed skiing

Sled sports

• Bobsleigh
• Luge
• Skibobbing
• Skeleton
• Toboggan

Shooting sports
• Clay pigeon shooting
• Skeet shooting
• Trap shooting
• Sporting clays
• Target shooting
• Field target
• Fullbore target rifle
• High power rifle
• Benchrest shooting
• Metallic silhouette
• Practical shooting
• Cowboy action shooting
• Metallic silhouette shooting
Stacking
• Card stacking
• Dice stacking
• Sport stacking

Stick and ball games
• Hornussen

Hockey
• Hockey
• Ball hockey
• Bando
• Bandy
• Rink bandy
• Broomball
• Moscow broomball
• Field hockey
• Indoor field hockey
• Floorball
• Ice hockey

Ice hockey 
 • Pond hockey
• Power hockey
• Ringette
• Sledge hockey
• Underwater ice hockey
• Roller hockey
• Inline hockey
• Roller hockey (Quad)
• Skater hockey
• Rossall Hockey
• Spongee
• Street hockey
• Underwater hockey
• Unicycle hockey

Hurling and shinty
• Cammag
• Hurling
• Camogie
• Shinty
• Composite rules shinty-hurling

Lacrosse
• Lacrosse
• Box lacrosse
• Field lacrosse
• Women's lacrosse
• Intercrosse


Polo
• Polo
 • Bicycle polo
• Canoe polo
• Cowboy polo
• Elephant polo
• Horse polo
• Segway polo
• Yak polo

Street sports
• Free running
• Freestyle footbag
• Freestyle football
• Powerbocking
• Parkour
• Scootering
• Street workout

Tag games

• British bulldogs (American Eagle)
• Capture the flag
• Hana Ichi Monme
• Hide and seek
• Jugger
• Kabaddi
• Kho kho
• Kick the can
• Oztag
• Red rover
• Tag

Walking
• Hiking
• Backpacking (wilderness)
• Racewalking
• Bushwhacking
• Walking

Wall-and-ball
• American handball
• Australian handball
• Basque pelota
• Butts Up
• Chinese handball
• Fives
• Gaelic handball
• International fronton
• Jorkyball
• Racquetball
• Squash
• Squash tennis
• Suicide (game)
• Valencian frontó
• Wallball
• Wallyball

Aquatic & paddle sports
• Creeking
• Flyak
• Freeboating
• Sea kayaking
• Squirt boating
• Surf kayaking
• Whitewater kayaking

Rafting
• Rafting
• White water rafting

Rowing
• Rowing (sport)
• Gig racing
• Coastal and ocean rowing
• Surfboat
• Single scull
Other paddling sports
• Dragon boat racing
• Stand up paddle boarding
• Water polo
• Canoe polo
• Waboba

Underwater
• Underwater football
• Underwater rugby
• Underwater hockey

Competitive swimming
• Backstroke
• Breaststroke
• Butterfly stroke
• Freestyle swimming
• Individual medley
• Synchronized swimming
• Medley relay

Kindred activities
• Bifins (finswimming)
• Surface finswimming

Subsurface and recreational
• Apnoea finswimming
• Aquathlon (underwater wrestling)
• Freediving
• Immersion finswimming
• Scuba diving
• Spearfishing
• Snorkelling
• Sport diving (sport)
• Underwater hockey
• Underwater orienteering
• Underwater photography (sport)
• Underwater target shooting
Diving
• Cliff diving
• Diving

Weightlifting
• Basque traditional weightlifting
• Bodybuilding
• Highland games
• Olympic weightlifting
• Powerlifting
• Strength athletics (strongman)
• Steinstossen

Motorized sports
• Autocross (a.k.a. Slalom)
• Autograss
• Banger racing
• Board track racing
• Demolition derby
• Desert racing
• Dirt track racing
• Drag racing
• Drifting
• Folkrace
• Formula racing
• Formula Libre
• Formula Student
• Hillclimbing
• Ice racing
• Kart racing
• Land speed records
• Legends car racing
• Midget car racing
• Monster truck
• Mud bogging
• Off-road racing
• Pickup truck racing
• Production car racing
• Race of Champions
• Rally raid
• Rallycross
• Rallying
• Regularity rally
• Road racing
• Short track motor racing
• Snowmobile racing
• Sports car racing
• Sprint car racing
• Street racing
• Stock car racing
• Time attack
• Tractor pulling
• Touring car racing
• Truck racing
• Vintage racing
• Wheelstand competition

Motorboat racing
• Drag boat racing
• F1 powerboat racing
• Hydroplane racing
• Jet sprint boat racing
• Offshore powerboat racing
• Personal water craft

Motorcycle racing
• Auto Race
• Board track racing
• Cross-country rally
• Endurance racing
• Enduro
• Freestyle motocross
• Grand Prix motorcycle racing
• Grasstrack
• Hillclimbing
• Ice racing
• Ice speedway
• Indoor enduro
• Motocross
• Motorcycle drag racing
• Motorcycle speedway
• Off-roading
• Rally raid
• Road racing
• Superbike racing
• Supercross
• Supermoto
• Supersport racing
• Superside
• Track racing
• Trial
• TT racing
• Free-style moto

Marker sports
• Airsoft
• Archery
• Paintball
• Darts

Musical sports
• Color guard
• Drum corps
• Indoor percussion
• Marching band

Fantasy sports
• Quidditch
• Hunger Games(Gladiating)
• Pod Racing
• Mortal Kombat(MMA)

Other
• Stihl Timbersports Series
• Woodsman

Overlapping sports
• Tennis
• Polocrosse
• Badminton
• Polo

Skating sports
• Aggressive inline skating
• Artistic roller skating
• Figure skating
• Freestyle slalom skating
• Ice dancing
• Ice skating
• Inline speed skating
• Rinkball
• Rink hockey
• Roller derby
• Roller skating
• Short track speed skating
• Skater hockey
• Speed skating
• Synchronized skating

Freestyle skiing
• Snowboarding
• Ski flying
• Skibob
• Snowshoeing
• Skiboarding